1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 01:00

COMPORTEMENTS MODERNES

 

 





Comment qualifier toutes sortes de comportements modernes qui vont à l’encontre de l’effort poursuivi depuis des siècles dans les sociétés policées pour combattre l’instinct de domination et inculquer des habitudes de respect d’autrui : dire bonjour, céder sa place, s’effacer devant plus âgé, attendre pour prendre la parole qu’on vous l’ait donnée, vouvoyer par respect, exclure la violence verbale, parler un langage recherché, écouter autrui…

 

C’est toute une éducation qui est brusquement remise en question.

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 01:00

MODERNITÉ

 

 




Dans les pays les plus avancés de la modernité, l’existence quotidienne s’est plus transformée et améliorée matériellement au cours de ces dernières dizaines d’années que dans tous les siècles précédents.

 

Plus grand confort des logements, développement des loisirs, progrès de la mobilité, libération de la femme, amélioration des conditions de travail, progrès de la médecine … : il s’agit d’une sensible amélioration de la condition des êtres humains les affranchissant partiellement de la dépendance où les tenaient depuis des siècles la pauvreté générale, la rareté des biens et les contraintes du travail.

 

Si l’émancipation de l’humanité est une des fins vers laquelle tend son histoire, la modernité lui a fait franchir une étape décisive dans cette direction.

 

En partant de ce qui définit l’homme : l’intelligence, le besoin de comprendre, son appétit de connaissance, sa curiosité scientifique, la capacité d’inventer, en un mot l’exercice de la raison, tant pour se connaître soi-même que pour connaître l’univers, alors, à cet égard, le bilan de la modernité est tout simplement fabuleux.

 

On ne peut refuser d’inscrire à l’actif de la modernité le prodigieux ensemble de découvertes scientifiques et d’applications techniques.

 

En d’autre temps, on n’aurait pas manqué de tirer de ces réussites une grande fierté et on en aurait conçu la plus vive admiration pour le génie de l’homme, dont les poètes auraient célébré la grandeur.

 

Or tel n’est pas le discours le plus habituel : on s’inquiète des conséquences et on redoute plutôt le pouvoir que le progrès de la science confère à l’homme sur lui-même et sur ses semblables.

 

Le pouvoir que confère à l’homme le progrès de ses connaissances l’investit de responsabilités dont l’ampleur l’effraie autant que le déconcerte leur nouveauté.

 

Quelque jugement que l’on porte sur le phénomène et ses conséquences, force est de reconnaître qu’aucune période dans l’histoire de l’humanité n’a autant modifié les conceptions et bousculé les comportements qui concernent le plus profond la nature humaine et l’idée qu’on s’en fait.

 

Mais c’est sur un autre terrain que se tranchera le débat sur la modernité et que se jouera son sort aux yeux de la postérité.

 

La modernité sera jugée en définitive sur ce qu’elle a fait, ou n’a pas fait, pour le bonheur des hommes.

 

On la condamnera ou l’absoudra selon qu’on estimera qu’elle a amélioré ou aggravé la condition des hommes en société.





Voir également :

Postmodernité ou l'homme déconstruit

Postmodernite ou l'homme deconstruit

... Libre et sans entrave de la liberté individuelle, alors les institutions, la loi, l'ordre et la démocratie ont perdu à la fois leur autorité et leur légitimité....

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 01:00

EDGAR MORIN : LUMIÈRE

 

 






« C’est toujours ce qui éclaire qui demeure dans l’ombre »

 

(Edgar Morin)

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 01:00

MÉMOIRE

 

 





C’est parce qu’il y a une rupture de la chaîne de mémoire que notre civilisation est en grand péril.

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 01:00

MAL

MAL

 

 





Rejoindre l’homme tel qu’il est, accueillir sa dignité et ne pas désespérer de lui.

 

Savoir que, dans ce monde, il y a le mal et la mort.

 

Savoir qu’il y a aussi la puissance du pardon, qui permet d’affronter le mal, car le mal véritable sort du cœur de l’homme : volonté de puissance, de domination, possession, jalousie, haine. 

 

Le mal est constamment renaissant.

 

Le mal est ce avec quoi l’homme a à s’expliquer toujours.


Voir également :

MAL
Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 01:00

VIE ÉPANOUIE

 

 




 

 

L’amour de la vérité, le respect d’autrui et de soi-même sans lesquels on ne peut avoir accès aux œuvres de l’esprit : voilà les principales conditions pour avoir une vie épanouie.

 

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 01:00

ARGENT

 

 

 





Quand la crise a éclaté et révélé sa profondeur et ses risques majeurs pour le système économique et financier, beaucoup ont vu dans ces bouleversements la conséquence de la cupidité et du règne de l’argent qui avaient fait perdre aux agents économiques tout sens de la réalité.

 

Chacun alors de faire preuve de sursaut moralisateur sur la nécessité de changer d’approche, de valeurs et de références.

 

Or, la critique sévère de l’argent roi existe depuis longtemps, avec toujours la même vigueur et parfois plus de talent littéraire.

 

Ainsi, Charles Péguy, dans « L’argent », s’élève déjà contre le règne de l’argent, il s’offusque de n’avoir jamais vu autant d’argent pour le plaisir.

 

Péguy parle du travail, de son sens, de sa dévaluation en 1913 au profit de la dévotion à l’argent.

 

Il fustige un peuple devenu bourgeois, regrette le temps où l’on ne comptait pas, où le travail n’était pas considéré comme une « valeur en Bourse », où l’on pratiquait la « piété de l’ouvrage bien faite ».

 

Voir également :

 

ARGENT

 

 

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 00:00

DIGNITÉ HUMAINE

 








Le travail doit mettre la personne, et non le devoir, au centre du processus de production.

 

Chaque personne, indépendamment de sa race et de son sexe, a des dons qui peuvent être employés dans le monde du travail 

 

Si on fait cela, alors la dignité acquiert une nouvelle importance et une signification plus profonde parce qu'elle est liée directement à la personne et à sa dignité.

 

En effet, c'est la dignité de la personne qui fournit la base pour fixer les paramètres d'un travail digne.

 

Dans la majorité des cas, le travail n'est pas seulement un acte de la personne distinct d'intérêts personnels, mais c'est aussi un acte social où les hommes et les femmes travaillent et se mettent en relation les uns avec les autres.

 

Reconnaître que la valeur du travail réside dans la dignité de la personne permet l'insertion de la notion de travail dans un concept plus ample et plus profond qui le soutient.

 

Ainsi, quand une personne perd son travail, elle peut avoir à affronter des difficultés économiques mais elle ne perd pas sa propre dignité.

 

Un travail digne est la voie principale pour dépasser la crise actuelle, une stratégie qui peut créer les conditions d'un développement économique stable et durable.

 

Nous devons parier sur le travail créatif de la personne et sur son talent. 



Voir également : 

DIGNITE

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 02:00

PRISON MODERNE POUR TOUS

 

 




L’homme moderne vit dans une sorte d'anesthésie entretenue par les quatre heures quotidiennes que chacun consacre aux grands médias.

 

A la télévision notamment, "l'arme absolue" disait Georges Pompidou.

 

Elle est partout, offrant - et pas seulement aux esseulés - un groupe imaginaire, une famille à laquelle on appartient à condition d'en respecter les règles, le ton.

 

Sur les plateaux, un sourire permanent est de rigueur, le temps de parole est bref, impliquant une simplification appauvrissante des sujets les plus complexes.

 

Une débilité lisse en somme, la plupart du temps, qui pourrait entraîner à la longue, un risque accru d'apparition d'une maladie d'Alzheimer.

 

Dans ces médias, les informations essentielles sont rendues quasi imperceptibles parce qu'elles sont précédées par un fait divers bouleversant et suivies par des résultats sportifs, d'autant plus excitants que partout règne l'idéologie du "gagneur".

 

Le visage, la mimique des présentateurs parachève le détournement d'attention indispensable à ce numéro d'escamotage.

 

Un procédé assez proche de ce qu'Eisenstein nomme "un montage pathétique".

 

Et c'est bien dans une sorte de montage que chacun est ainsi enfermé, où les affects jouent, entre les plans, le rôle de joints, de raccords innombrables et inapparents.

 

Autant de serrures assurant la séquestration dans un piège où même les plus avertis se laissent prendre.

 

Car l'idéologie dominante est un montage subtil, insidieux, à la fois objectif et producteur de subjectivité.

 

Une prison sans paroi visible qui se donne pour indépassable.



Voir également : 

Réflexions sur la télévision

Réflexions sur la télévision

Réflexions sur la télévision Le temps passé devant la télévision laisse songeur (quatre heures en moyenne par jour). Ce spectacle permanent d’images forme maintenant la pensée. Les termes de « grille » et de « chaînes » en disent long sur la relation entre le...

Un sens à la vie

Un sens a la vie

Un sens a la vie La télévision absorbe trois heures de notre temps, en moyenne par jour. Ce qui veut dire que sur une vie entière, on passe plus de temps à regarder la télévision qu’à travailler ! Dans cette masse...

Image

Image
La réalité sociale pour un enfant est aujourd’hui d’abord virtuelle, le plus souvent, avant d’être humaine. Compte tenu du temps passé devant la télévision, ne se voit-il pas dans l’écran plus que dans le miroir du regard de ses parents ? Les enfants se vivent...

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 02:00

SUCCÈS DE L’ÉCOLOGIE ? 

 

 





La raison psychologique profonde du succès écologique réside dans le besoin de nos contemporains de croire en quelque chose à une époque où les idéologies ont beaucoup souffert et ont perdu de leur influence.

 

Ceux qui avaient cru dans le communisme ont été déçus.

 

L’écologie dans son aspect doctrinaire leur offre une nouvelle croyance.

 

Mais, comment obliger la société à accepter les mesures indispensables au salut humain et qui seront très dures, si ce n’est en réglementant étroitement la liberté individuelle, en organisant collectivement les ressources devenues rares ?

 

C’est par une société entièrement dominée par le collectif, par l’Etat, dans laquelle les entreprises libérales, surtout celles qui produisent des biens et donc du profit, doivent disparaître.

 

Il y a chez les militants écologistes le même idéalisme affiché qu’autrefois chez les « bons communistes » : faire naître le paradis sur terre.

 

Les pionniers communistes étaient des productivistes à outrance ; cette fois, la recette est d’organiser la vie frugale.

 

La nouvelle dictature du climat. 

 

Pour l’homme, c’est la punition, la vie dure ; pour la société, c’est la contrainte, la réglementation.

 

Le mouvement écologiste est pour une large part constitué de militants d’extrême gauche, qui ont pris les thèses écologistes pour déguisement.

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article

Recherche

Relations Humaines

"La grandeur d'un métier est peut-être avant tout, d'unir les Hommes.

Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des Relations Humaines.

En travaillant pour les seuls biens matériels, nous batissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre."


                                                                                                                                       Antoine de Saint- Exupéry 

English

Principal Auteur Cité

AUTRES AUTEURS CITÉS

ALBERT CAMUS : BONHEUR
ALBERT CAMUS : DIGNITÉ DE VIVRE ET DE MOURIR
ALBERT CAMUS : HAINE ET MÉPRIS
ALBERT CAMUS : JUGEMENT
ALBERT CAMUS : LE DROIT ET LA FORCE
ALBERT ROUET : CHEMIN VERS SOI
ALBERT ROUET : COMPLEXITÉ DES RELATIONS A L’AUTRE
ALBERT ROUET : L’AUTRE
ALBERT ROUET : RIGIDITÉ
ALBERT ROUET : TRAVAIL, LIEU DES CONTRADICTIONS D’UNE SOCIÉTÉ
ALBERT SCHWEITZER : CIVILISATION ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : BONHEUR
ANDRE COMTE-SPONVILLE : MORALE ET CAPITALISME
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : MORALE ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : PETIT TRAITE DES GRANDES VERTUS
ARISTOTE : BONHEUR
ARISTOTE : HEUREUX
ARISTOTE : PRUDENCE
AUGUSTIN : BONHEUR
AUGUSTIN : COMPRENDRE
AUGUSTIN : DOMINATION
AUGUSTIN : ETRE GRAND
AUGUSTIN : VOIR, SUPPORTER, ACCEPTER
AXEL KAHN : ALTÉRITÉ
AXEL KAHN : DÉFINITION DU BIEN
AXEL KAHN : SPLENDEUR DE L’HUMANITÉ
BADEN POWEL : POUR UN MONDE MEILLEUR
BERNANOS : INFIRMITÉ
BERNANOS : LE SECRET DU BONHEUR
BERNANOS : OBLIGATIONS
BERNANOS : PATIENCE
BERNANOS : RECONCILIÉ AVEC SOI MEME
CAMUS : ASPIRATIONS ESSENTIELLES DE L’HOMME
CAMUS : DIRECTION DES HOMMES
CAMUS : MONDE INSUPPORTABLE
CAMUS : NE RIEN ENVIER
CHARLES DE FOUCAULD : PARFAITE OBÉISSANCE
CHARLES DE FOUCAULD : RENAÎTRE
CHARLES JOURNET : LE MAL
CHARLES PEGUY : LE MAL
CHRISIAN DE CHERGÉ : COEUR
CHRISIAN DE CHERGÉ : L’AUTRE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : COURAGE !
CHRISTIAN DE CHERGÉ : DE RICHES VERTUS
CHRISTIAN DE CHERGÉ : ENGAGEMENT
CHRISTIAN DE CHERGÉ : LA VIE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : MERCI
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CLAUDE LÉVI STRAUSS
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : HUMILITÉ
CLAUDE RAULT : MESSAGE DU SAHARA 
CLAUDE RAULT : REFROIDISSEMENT 
DESCARTES : CE QU’EST L’HOMME
DESCARTES : LE BON SENS
DESCARTES : LES QUATRES PRÉCEPTES
DOSTOIEVSKI : RICHESSE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDITH STEIN : ETRE
EDITH STEIN : INTÉRIORITÉ ET ALTÉRITÉ
EDITH STEIN : QU'IL EST BEAU ET BON DE VIVRE 
EDITH STEIN : RESPONSABILITÉ
EDITH STEIN : SA PERSONNALITÉ
EDITH STEIN : SA VIE
EDITH STEIN : SERVICE
EDITH STEIN : TOUT SUR SA VIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’INDIVIDUALISME
EDITH STEIN ET LA RESPONSABILITÉ
ELIE WIESEL : BIEN OU MAL
ELIE WIESEL : IDÉE DE L’HOMME
EMMANUEL LEVINAS ET SARTRE : LIBERTÉ
ÉRASME : HOMME DEBOUT
ERIK ORSENNA : VALEUR TRAVAIL
ERNEST HEMINGWAY : HUMILITÉ
ETTY HILLESUM : BONHEUR
ETTY HILLESUM : ÊTRE
ETTY HILLESUM : FONDS COMMUN
ETTY HILLESUM : LA VIE EST BELLE
ETTY HILLESUM : PAROLE
ETTY HILLESUM : S’AGUERRIR
ETTY HILLESUM : UN SENS A LA VIE
ETTY HILLESUM : UN SENS DE LA VIE
ETTY HILLESUM : UNE VIE BOULEVERSÉE
FRANCOIS VARILLON : DÉSESPOIR
FRANCOIS VARILLON : JOYEUX
GANDHI : CUPIDITÉ
GRÉGOIRE DE NYSSE : CELUI QUI MONTE
HANNAH ARENDT
HANNAH ARENDT : ACTIVITÉS HUMAINES
HANNAH ARENDT : AUTORITÉ
HANNAH ARENDT : BONTÉ
HANNAH ARENDT : CHAQUE HOMME EST UNIQUE
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : ÉCONOMIE DE GASPILLAGE
HANNAH ARENDT : ÉDUCATION
HANNAH ARENDT : LE MIRACLE QUI SAUVE LE MONDE
HANNAH ARENDT : LIBERTÉ
HANNAH ARENDT : PARDON
HANNAH ARENDT : PAROLE
HANNAH ARENDT : PENSER LE TOTALITARISME
HANNAH ARENDT : POUVOIR
HANS JONAS : ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ ET ESPÉRANCE
HANS KÜNG : GRANDEUR ET MISÈRE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : STRUCTURE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : VÉRITÉ
HEIDEGGER : ÊTRE ET ÉTANT
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : LE MÉTIER DE LA PENSÉE
HEIDEGGER : LE MIRACLE DES MIRACLES
HEIDEGGER : PENSÉE
HENRI de LUBAC : IGNORANCE
HENRI de LUBAC : MÉPRIS
HENRI de LUBAC : PARADOXES
HENRI de LUBAC : PATIENCE
HENRI DE LUBAC : SOLEIL
HENRI de LUBAC : SOUFFRANCE
HENRI QUINSON : NOUVELLE SOCIÉTÉ
HENRI TEISSIER : UN MODÈLE A SUIVRE
HUSSERL : SENS DE CETTE EXISTENCE HUMAINE
JACQUES MARITAIN : ÉLOGE DU DON
JACQUES MARITAIN : ESSENTIEL
JACQUES MARITAIN : PAROLE DE SAGE
JAURES : DIRIGER
JEAN CHRYSOSTOME : BONHEUR INFINI
JEAN CHRYSOSTOME : HUMILITÉ
JEAN GIONO : CARACTÈRE INOUBLIABLE
JEAN GUITTON : DANS LE VENT
JEAN GUITTON : LA MORT
JEAN GUITTON : OBÉISSANCE
JEAN GUITTON : ORGUEIL
JEAN LUC MARION : LE PROPRE DE L’HOMME
KANT : ACTION ÉTHIQUE
KANT : ACTIONS BONNES OU MAUVAISES
KANT : CONTRAINTE
KANT : EXIGENCES DE LA PENSÉE
KANT ET LE MANAGEMENT
KARL BARTH : L’ESSENCE DU MAL
KARL JASPERS : ANONYMAT
KARL JASPERS : AUTORITÉ ET RAISON
KARL JASPERS : CONDUITE SENSÉE
KARL JASPERS : LIBERTÉ
KARL JASPERS : RACINES
KARL JASPERS : VÉRITÉ ET COMMUNICATION
KARL RAHNER : L'ÉTANT FINI
KHALIL GIBRAN : ÉLOGE DU TRAVAIL
KIERKEGAARD : ANGOISSE
KIERKEGAARD : COMPRENDRE
KIERKEGAARD : INCOMPRÉHENSIBLE
KIERKEGAARD : POUR UNE VIE NOUVELLE
KIERKEGAARD : SOUFFRANCE
KIERKEGAARD : SUR LE CHEMIN DE LA VIE
KIM EN JOONG
LA BRUYERE : MODESTIE
LACAN : LUMIÈRE
LACAN ET L’INCOMPLÉTUDE
LOUIS MARIE BILLÉ : UN MODÈLE POUR NOUS
MALRAUX : JUGER
MARCEL GAUCHET : EXTRAORDINAIRE BOULEVERSEMENT
MARCEL MAUSS : ESSAI SUR LE DON
MAURICE BELLET : LE LIEU DU COMBAT
MAURICE BLONDEL : ÉLOGE DE L’ACTION
MAURICE BLONDEL : EXIGENCE
MAURICE ZUNDEL : CONQUÊTE DE SOI
MAURICE ZUNDEL : CROYEZ-VOUS EN L’HOMME ?
MAURICE ZUNDEL : DIGNITÉ HUMAINE
MAURICE ZUNDEL : ÉCOUTE ET SILENCE
MAURICE ZUNDEL : HUMAIN
MAURICE ZUNDEL : LIBERTÉ
MAURICE ZUNDEL : RENCONTRE VÉRITABLE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE L’EXISTENCE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE LA DESTINÉE
MAURICE ZUNDEL : SILENCE 
MAURICE ZUNDEL : TRAVAIL
MAURICE ZUNDEL : VIE INACCOMPLIE
MAURICE ZUNDEL : VOCATION DE L’HOMME
MAX WEBER : ÉTHIQUE
MICHEL ALBERT : BONNE SANTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : ÉTERNITÉ
MONTESQUIEU : MÉPRIS
MONTESQUIEU : POUVOIR
NEWMAN : CONDITION HUMAINE
NEWMAN : ÉVOLUTION DE L’HOMME
NEWMAN : NÉANT DE CE MONDE
NEWMAN : VRAI GENTLEMAN
NIETZSCHE : APPRÉCIATION
NIETZSCHE : AVENIR
NIETZSCHE : CERTITUDE
NIETZSCHE : CRUAUTÉ
NIETZSCHE : ÉLOGE DU SILENCE
NIETZSCHE : FINITUDE DE L’HOMME
NIETZSCHE : MÉPRIS DE SOI
NIETZSCHE : MONDE DÉSTRUCTURÉ
NIETZSCHE : TRISTE SOCIÉTÉ
NIETZSCHE : VÉRITÉ
NIETZSCHE ET TEILHARD DE CHARDIN
NORBERT SEGARD
NORBERT SEGARD : BONHEUR
NORBERT SEGARD : UN MODÈLE
PASCAL : DIVERTISSEMENT
PASCAL : MOI
PASCAL : MORT
PASCAL : PARAÎTRE
PASCAL : PUISSANCE
PASCAL : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
PAUL CLAUDEL : VRAI ET RIEN
PAUL RICOEUR : ACTION
PAUL RICOEUR : ÉTHIQUE
PAUL RICOEUR : L’AUTRE
PAUL RICOEUR : MAL ET BONTÉ
PAUL RICOEUR : PARDON
PAUL RICOEUR : VALEUR DE L’HOMME
PAUL TILLICH : ANGOISSE
PAUL VALADIER : HOMME, ANIMAL MALADE
PÉGUY, BERNANOS, CLAUDEL : ARGENT 
PIERRE CLAVERIE
PIERRE CLAVERIE : L’AUTRE
PIERRE, PAUL ET JEAN
PLATON : AUTORITÉ
RABELAIS : DÉSESPOIR
RENÉ GIRARD : DÉSIR MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : HOMME MAÎTRE DU MONDE
RENÉ GIRARD : OPTIMISME
RENÉ GIRARD : ORIGINE DES CONFLITS
RENÉ GIRARD : RIVALITÉ MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : TERRORISME
RENÉ GIRARD : URGENCE
ROMAIN ROLLAND : BATAILLE DE L’HOMME
ROUSSEAU ET AUGUSTIN
SAINT EXUPERY : SILENCE
SAINT-EXUPERY : BUT COMMUN
SAINT-EXUPERY : CATHÉDRALE
SAINT-EXUPERY : CITATIONS POUR MANAGER
SAINT-EXUPERY : DÉSERT
SAINT-EXUPERY : HAINE
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : JUSTICE
SAINT-EXUPERY : L’ART DES PETITS PAS
SAINT-EXUPERY : L’ESSENTIEL OUBLIÉ
SAINT-EXUPERY : LE PETIT PRINCE
SAINT-EXUPERY : LE TEMPS
SAINT-EXUPÉRY : MOZART ASSASSINÉ
SAINT-EXUPERY : PAROLE DE SAGE POUR UN MANAGER
SAINT-EXUPERY : QUALITÉ DE LA CIVILISATION
SAINT-EXUPERY : RACINES
SAINT-EXUPERY : RESPONSABLE
SAINT-EXUPERY : STABILITÉ
SAINT-EXUPERY : TOURNÉ VERS SOI
SAINT-EXUPERY : VANITÉ DE L’HOMME
SAINT-EXUPERY : VOYAGE
SARTRE : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
SERGE DASSAULT : GESTION PARTICIPATIVE
SPINOZA : JUSTICE
TEILHARD DE CHARDIN : APPARITION DE L’HOMME
TEILHARD DE CHARDIN : AVENIR
TEILHARD DE CHARDIN : DÉFI A LA PENSÉE
TEILHARD DE CHARDIN : DÉSORDRE
TEILHARD DE CHARDIN : EFFORT
TEILHARD DE CHARDIN : LE MONDE SE CONSTRUIT
TEILHARD DE CHARDIN : MANTEAU D’HUMANITÉ
TEILHARD DE CHARDIN : MONDE STUPIDE
TEILHARD DE CHARDIN : OEUVRE
TEILHARD DE CHARDIN : PAIX
TEILHARD DE CHARDIN : PRENDRE DE LA HAUTEUR
TEILHARD DE CHARDIN : RÉFLEXIONS SUR LA CRISE
TEILHARD DE CHARDIN : RÉUSSITE
TEILHARD DE CHARDIN : SOUFFRANCE
TEILHARD DE CHARDIN : VALEUR ABSOLUE
TEILHARD DE CHARDIN : VIE FONTALE
TEILHARD DE CHARDIN : VISION DU MONDE
TEILHARD DE CHARDIN : VIVE LA VIE !
TEILHARD DE CHARDIN : VOLONTÉ DE VIVRE
THEODORE MONOD
THÉODORE MONOD : LE PROPRE DE L’HUMAIN
THEODORT MONOD : DÉSERT 
THOMAS D’AQUIN
THOMAS D’AQUIN : ÉQUITÉ
THOMAS HOBBES : RIRE
THOMAS JEFFERSON : UN VISIONNAIRE !
THOMAS MANN : BONHEUR
TOCQUEVILLE : RELATIVISME
TOLSTOÏ : FORMER SA RAISON
VOLTAIRE : CUPIDITÉ ET ORGUEIL
YVES CONGAR : ESPRIT POSSESSIF