12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 01:00

MONDE EN DÉSARROI

 

Malaise dans la civilisation








Nous vivons dans un monde déboussolé, inégalitaire et traumatisé par les spasmes d’une crise globale, livré aux lois cyniques du profit et à une interdépendance économique dérégulée.

 

D’autres pistes sont possibles et nécessaires.

 

Il y a l’espérance d’orientations et de solutions novatrices pour trouver remède aux tactiques égoïstes du chacun-pour-soi et ouvrir un chemin pour une société de liberté et d’équité.

 

On peut faire un constat sévère des dérives criminelles de la mondialisation, dues à une finance fondée sur le gain immédiat de quelques-uns et démontrer l’aliénation d’une humanité, ravagée par une inégalité insupportable entre les êtres, les sociétés et les nations.

Ce constat, assombri par la crise actuelle, exige une redéfinition du développement – qu’on ne saurait réduire à une simple croissance économique continue.

 

On peut constater les évidents ratages : exclusion, marginalisation, misère et mépris des droits humains fondamentaux.

 

L’agir social devient la proie d’intérêts privés et de logiques du pouvoir, qui ont pour effets d’entraîner la désagrégation de la société.

Ouvrons les yeux : le progrès vorace, fondé sur des ressorts matériels et spéculatifs, a échoué.

 

Le monde se dévore lui-même, tel Cronos mastiquant ses propres enfants.

 

Il existe un autre choix : un « développement intégral », qui assure une émancipation humaniste partagée.

 

Car la croissance est un bienfait, la mondialisation n’engendre pas forcément une catastrophe, la technique n’est pas en soi perverse, mais ces forces brutes doivent être subordonnées à une éthique.

 

Dans ce monde en désarroi, les expériences les plus prometteuses ont commencé par établir de nouvelles relations entre les hommes.

 

Il faut explorer les voies du don, de la gratuité, de la répartition.

 

Il faut condamner la vacuité d’un relativisme aveugle qui prive les hommes d’un sens à leur vie collective et blâmer ainsi les deux dangers qui menacent la culture : un éclectisme où tout se vaut, sans repères ni hiérarchies, et une uniformisation des styles de vie.

Un fiasco de l’avoir et un chaos de l’être.

 

 Car, si l’on approfondit les apparences, les causes du sous-développement ne sont pas d’abord d’ordre physique.

 

Elles résident davantage dans le manque de fraternité entre les hommes et les peuples :

 

« La société toujours plus globalisée nous rapproche, mais elle ne nous rend pas frères. »

 

Cette crise nous oblige à reconsidérer notre itinéraire, car, tandis que la richesse mondiale croît, les disparités augmentent.

 

Ce magma, érodant les valeurs, conduit à mépriser la vie dans ses spécificités, à décourager la natalité, à opprimer la liberté, à terroriser la spiritualité, à décourager la confiance et l’expansion.

 

Il s’agit simplement que les hommes prennent conscience de ne former qu’une seule famille, ce qui exige le retour à des valeurs inusitées : don, refus du marché comme lien de domination, abandon du consumérisme hédoniste, redistribution, coopération, etc.

On peut entrevoir le cauchemar d’une humanité enivrée par la prétention prométhéenne de « se recréer en s’appuyant sur les prodiges de la technologie », tels le clonage, la manipulation génétique, l’eugénisme.

 

 Mais la source de ces déviances reste unique : la déshumanisation.

 

Car, où que nous vivions et à quelque degré de responsabilité que nous nous situions, chacun de nous peut renouer avec l’amour et le pardon, le renoncement au superflu, l’accueil du prochain, la justice et la paix.

 

Cette conduite relevait de l’exigence morale.

 

Elle est devenue une condition de survie.

Puisse ce message être entendu !

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 01:00

HYMNE AUX FEMMES

 

 






La vie des femmes n’est pas simple… et d’abord parce qu’elle est souvent double ; non qu’elles aient une double vie : elles en ont d’ailleurs rarement le temps ; mais parce qu’elles assurent une vie au travail sous le signe de la parité, tout en continuant de jouer, dans la plupart des cas, les premiers rôles au domicile.

 

La parité est une belle intention, toujours pas réalisée, qui contient deux pièges : d’abord, parce qu’elle est vécue socialement comme s’appliquant uniquement aux femmes ; elle n’oblige donc en rien les hommes à prendre une plus grande part à la vie domestique.

 

Ensuite, dans la vie professionnelle, parce qu’elle ôte aux hommes tout scrupule à exiger autant des femmes que d’eux-mêmes.

 

En fait de parité, c’est plutôt la double dose que l’égalité… notamment en France, en dépit de la devise républicaine.

 

Les Nations unies ont réalisé, il y a une dizaine d’années, une grande étude sur la place des femmes dans la vie publique et économique.

 

La France arrivait en 40e position, en queue de peloton européen et juste entre le Botswana et le Lesotho.

 

Les choses ont-elles vraiment changé ?

 

À l’échelle mondiale, on explique généralement le retard par un accès moindre des filles à la formation.

 

Pour la France, il faut trouver une autre raison : les filles sont plus nombreuses que les garçons dans les études supérieures et elles réussissent au moins aussi bien.

 

La tentation est grande d’aborder le problème à l’envers.

 

Plutôt que de donner aux femmes les moyens de mener une vie normale au travail, en tenant compte de leurs différences dans la vie professionnelle et en les soulageant dans leur vie personnelle, on a plutôt tendance à procéder par compensations… qui aboutissent à justifier leur situation d’infériorité.

 

Tant pis pour elles si elles ne sont pas capables de se couler dans le moule d’un mode de vie masculin !

 

Pour une femme au travail, le risque le plus fréquent n’est pas le harcèlement sexuel mais plutôt la négation du sexe, qui permet à la fois d’exiger autant d’une femme que d’un homme et d’ignorer qu’elle peut, en tant que femme, apporter une différence qui soit un enrichissement.

 

Tous « collègues » : quel mot commode, indifféremment masculin ou féminin !

 

Pourtant, l’intérêt de tous est celui d’une vie équilibrée entre le personnel et le professionnel.

 

Beaucoup de managers hommes gagneraient au travail à mieux respecter les contraintes personnelles de leurs collaboratrices.

 

Beaucoup gagneraient aussi à comprendre des femmes que le fait de tout sacrifier au travail n’est pas davantage une garantie d’épanouissement que la réussite professionnelle n’est une garantie de succès auprès d’elles.


Ces femmes, nos femmes, qu’on aimerait croire moins performantes mais qu’on apprécie plus résistantes que nous, auraient pourtant beaucoup, en tant que femmes, à apporter à la vie professionnelle.


La beauté des femmes n’est ni futile ni réservée à certains métiers.

 

Elle est une contribution précieuse au rappel permanent que l’épanouissement au travail n’est pas un luxe mais une nécessité.

 

Mais elles ont souvent d’autres qualités, que les hommes leur reconnaissent moins volontiers, au premier rang desquelles le courage.

 

Gandhi avait raison de dire qu’ «appeler les femmes “le sexe faible” est une diffamation ».

 

Le courage, quand il n’est pas physique, n’est pas toujours une vertu très masculine dans les entreprises.

 

Les hommes aiment bien la phrase d’Aragon selon laquelle « la femme est l’avenir de l’homme ».

 

Dans la pratique, on apprécie aussi qu’elle en soit le passé et, « s’il n’est de richesse que d’hommes », la femme est le seul producteur de richesses !

 

Quant au présent, l’homme se le réserve volontiers.

 

Pardon, Mesdames ! Merci, Mesdames !

 

C’est promis, nous changerons.

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 01:00

RELATIVISME CULTUREL

 

 




Le diagnostic à la crise de la mondialisation ne se trouve ni dans la finance, ni dans l’échec des négociations du round de Doha, mais plus profondément dans le relativisme culturel.

 

Qu’y-a-t-il de commun, au fond, entre le vendeur de subprime qui trompe son client, un régulateur qui consent à ne plus surveiller une part importante des transactions, un fonds de pension qui souscrit à des placements défiant tout espoir raisonnable de croissance durable, sinon une forme généralisée de mensonge aux autres et à soi-même ?



Voir également :


 

Le relativisme

Le relativisme

Le relativisme est le problème fondamental de nos jours. Le relativisme, en ne reconnaissant rien comme définitif, ne laisse comme ultime mesure que son propre moi avec...

Relativisme

Relativisme

Avec l’individualisme, qui naît avec les Lumières, commence cette perte de l’idée de Vérité avec un grand V, racine de tous les désastres des siècles suivants. Les grandes tragédies du XXe siècle, c'est-à-dire les camps de concentration nazis et les répressions du goulag soviétique,...

Relativisme

Relativisme
Le relativisme consiste à se laisser balloter de çà de là, emporté à tout vent de la mode et des médias. Sans aucunes racines pour distinguer le vrai du faux et le leurre de la vérité. Cela semble être la seule attitude...

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 01:00

IDÉES FORCES POUR BIEN MANAGER 

 

 






.
La place centrale de l’homme et la nécessité de son « développement intégral » ;

 

. Son rôle de gestionnaire de la création et de membre de la famille humaine ;

 

. Le souci du bien commun comme principe d’une justice distributive ;

 

. La subsidiarité fondée sur la dignité de chaque personne humaine ;

 

. La destination universelle des biens produits par l’homme qui doit préserver l’exercice légitime du droit de propriété des excès de la cupidité ;

 

. L’impératif du partage qui constitue le socle d’une nouvelle « économie du don » à côté des formes plus classiques de l’économie de marché et du rôle social de l’Etat.

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 01:00

VIVRE EN PAIX

 

 






« Où que tu sois, ne cherche pas à imposer ton point de vue, et tu vivras en paix. »

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 01:00

CONTESTATION

 

 





Avec la jalousie et l’envie, voici la contestation.

 

Il s’agit de cette contestation qui dégénère vite en querelle, discorde, esprit de rivalité.

 

C’est peut-être inconscient au début : on se contente de dire ce qu’on pense –ce qui est très bien -, sans trop prendre garde au fait qu’on prend souvent le contre-pied d’un autre et qu’on s’attache d’autant plus à son idée qu’elle n’est pas celle d’autrui.

 

Bien sûr, on ne va pas « contester » tout ni sur tout, au moins pour commencer.

 

Mais chacun a un domaine où il se sent plus maître de lui, plus libre de contredire, au nom de l’expérience et du bon sens.

 

Rien à voir avec le fait naturel de donner son avis.

 

Ici, c’est à la décision ou à l’autorité qu’on se heurte et il entre le plus souvent dans cet affrontement une part non négligeable de refus de toute subordination, de jalousie plus ou moins instinctive de l’autre.

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 01:00

JALOUSIE

 

 

 




La jalousie est un poison pour la relation, pour la vie en société.




Voir également :

Jalousie

Jalousie

La jalousie est un sentiment qui perturbe gravement les relations dans les équipes. Elle est sous-tendue par des sentiments de manque et de…

Jalousie

Jalousie

La jalousie se manifeste dès la cour de récréation. On pense qu’elle va s’estomper avec l’âge, grâce à l’éducation. Pourtant, il n’en est rien : elle sévit toujours avec vivacité dans la vie professionnelle. On l’observe notamment avec le système…
Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 01:00

HAINE

 

 

 

 

 

 

 

La haine détruit celui qui l’éprouve ; c’est sa mort par asphyxie.




Voir également :

Haine

Haine

« La haine ne peut chasser la haine. La haine démultiplie la haine. La violence augmente la violence. La dureté renforce la dureté dans une spirale menant à l’anéantissement. Comme une tumeur cancéreuse, la haine dévore la personne et ses forces vitales. La haine détruit le sens des valeurs…

Haine

Haine

Prenons un des mots à la mode : ils ont « la haine ». D’où vient-elle ? Elle ne naît pas spontanément dans le cœur d’un enfant, la « haine ». Elle naît du sentiment de se trouver de l’autre côté des choses, de la vie, du bien. Du mauvais côté…
Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 01:00

MÉRITES

 

 





« Ne fais point parade de tous tes mérites ; laisse aux autres le soin de les découvrir ! »

 

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 01:00

MOI

MOI

 








« Le moi est haïssable. » (Montaigne)

 

Le moi qui s’isole dans son quant à soi.

 

Nul n’est une ile.


Voir également :

Ego

Ego

Est-il une force ou une maladie ? Cette question est pertinente, lorsque l'on observe les personnes autour de nous. Pourquoi l'intelligence brillante doublée d'un caractère trempé est comme cela : « Prenez moi tel que je suis ; je me plais à vous déplaire ; vous n'êtes…

Tout a l'ego

Tout a l'ego

Déjà en 1968, le philosophe Marcuse dénonçait « l’homme unidimensionnel ». L’homme ne peut pas vivre dans la seule dimension horizontale du…

Tout a l'ego (2)

Tout a l'ego (2)

C’est dans l’air du temps : « Moi, d’abord » ! Mais qu’en est-il ce « soi-même » ? A la vérité, la difficulté à vivre est de tous les…

Acédie et égocentrisme

Acédie et égocentrisme

... Qui résulte de l’égocentrisme et des aspirations purement matérielles peut être mortelle pour une civilisation, quelle que soit son niveau de…

Le secret du bonheur

Le secret du bonheur

A toi qui aimes la vie, a toi qui veux le bonheur Le secret du bonheur pourrait s’exprimer ainsi : " Sois qui tu es " (Erasme), mais évite de tourner sans cesse autour de ton ego. Ne te fais pas d’illusions. Accepte de ne pas être un…
Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article

Recherche

Relations Humaines

"La grandeur d'un métier est peut-être avant tout, d'unir les Hommes.

Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des Relations Humaines.

En travaillant pour les seuls biens matériels, nous batissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre."


                                                                                                                                       Antoine de Saint- Exupéry 

English

Principal Auteur Cité

AUTRES AUTEURS CITÉS

ALBERT CAMUS : BONHEUR
ALBERT CAMUS : DIGNITÉ DE VIVRE ET DE MOURIR
ALBERT CAMUS : HAINE ET MÉPRIS
ALBERT CAMUS : JUGEMENT
ALBERT CAMUS : LE DROIT ET LA FORCE
ALBERT ROUET : CHEMIN VERS SOI
ALBERT ROUET : COMPLEXITÉ DES RELATIONS A L’AUTRE
ALBERT ROUET : L’AUTRE
ALBERT ROUET : RIGIDITÉ
ALBERT ROUET : TRAVAIL, LIEU DES CONTRADICTIONS D’UNE SOCIÉTÉ
ALBERT SCHWEITZER : CIVILISATION ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : BONHEUR
ANDRE COMTE-SPONVILLE : MORALE ET CAPITALISME
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : MORALE ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : PETIT TRAITE DES GRANDES VERTUS
ARISTOTE : BONHEUR
ARISTOTE : HEUREUX
ARISTOTE : PRUDENCE
AUGUSTIN : BONHEUR
AUGUSTIN : COMPRENDRE
AUGUSTIN : DOMINATION
AUGUSTIN : ETRE GRAND
AUGUSTIN : VOIR, SUPPORTER, ACCEPTER
AXEL KAHN : ALTÉRITÉ
AXEL KAHN : DÉFINITION DU BIEN
AXEL KAHN : SPLENDEUR DE L’HUMANITÉ
BADEN POWEL : POUR UN MONDE MEILLEUR
BERNANOS : INFIRMITÉ
BERNANOS : LE SECRET DU BONHEUR
BERNANOS : OBLIGATIONS
BERNANOS : PATIENCE
BERNANOS : RECONCILIÉ AVEC SOI MEME
CAMUS : ASPIRATIONS ESSENTIELLES DE L’HOMME
CAMUS : DIRECTION DES HOMMES
CAMUS : MONDE INSUPPORTABLE
CAMUS : NE RIEN ENVIER
CHARLES DE FOUCAULD : PARFAITE OBÉISSANCE
CHARLES DE FOUCAULD : RENAÎTRE
CHARLES JOURNET : LE MAL
CHARLES PEGUY : LE MAL
CHRISIAN DE CHERGÉ : COEUR
CHRISIAN DE CHERGÉ : L’AUTRE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : COURAGE !
CHRISTIAN DE CHERGÉ : DE RICHES VERTUS
CHRISTIAN DE CHERGÉ : ENGAGEMENT
CHRISTIAN DE CHERGÉ : LA VIE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : MERCI
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CLAUDE LÉVI STRAUSS
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : HUMILITÉ
CLAUDE RAULT : MESSAGE DU SAHARA 
CLAUDE RAULT : REFROIDISSEMENT 
DESCARTES : CE QU’EST L’HOMME
DESCARTES : LE BON SENS
DESCARTES : LES QUATRES PRÉCEPTES
DOSTOIEVSKI : RICHESSE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDITH STEIN : ETRE
EDITH STEIN : INTÉRIORITÉ ET ALTÉRITÉ
EDITH STEIN : QU'IL EST BEAU ET BON DE VIVRE 
EDITH STEIN : RESPONSABILITÉ
EDITH STEIN : SA PERSONNALITÉ
EDITH STEIN : SA VIE
EDITH STEIN : SERVICE
EDITH STEIN : TOUT SUR SA VIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’INDIVIDUALISME
EDITH STEIN ET LA RESPONSABILITÉ
ELIE WIESEL : BIEN OU MAL
ELIE WIESEL : IDÉE DE L’HOMME
EMMANUEL LEVINAS ET SARTRE : LIBERTÉ
ÉRASME : HOMME DEBOUT
ERIK ORSENNA : VALEUR TRAVAIL
ERNEST HEMINGWAY : HUMILITÉ
ETTY HILLESUM : BONHEUR
ETTY HILLESUM : ÊTRE
ETTY HILLESUM : FONDS COMMUN
ETTY HILLESUM : LA VIE EST BELLE
ETTY HILLESUM : PAROLE
ETTY HILLESUM : S’AGUERRIR
ETTY HILLESUM : UN SENS A LA VIE
ETTY HILLESUM : UN SENS DE LA VIE
ETTY HILLESUM : UNE VIE BOULEVERSÉE
FRANCOIS VARILLON : DÉSESPOIR
FRANCOIS VARILLON : JOYEUX
GANDHI : CUPIDITÉ
GRÉGOIRE DE NYSSE : CELUI QUI MONTE
HANNAH ARENDT
HANNAH ARENDT : ACTIVITÉS HUMAINES
HANNAH ARENDT : AUTORITÉ
HANNAH ARENDT : BONTÉ
HANNAH ARENDT : CHAQUE HOMME EST UNIQUE
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : ÉCONOMIE DE GASPILLAGE
HANNAH ARENDT : ÉDUCATION
HANNAH ARENDT : LE MIRACLE QUI SAUVE LE MONDE
HANNAH ARENDT : LIBERTÉ
HANNAH ARENDT : PARDON
HANNAH ARENDT : PAROLE
HANNAH ARENDT : PENSER LE TOTALITARISME
HANNAH ARENDT : POUVOIR
HANS JONAS : ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ ET ESPÉRANCE
HANS KÜNG : GRANDEUR ET MISÈRE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : STRUCTURE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : VÉRITÉ
HEIDEGGER : ÊTRE ET ÉTANT
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : LE MÉTIER DE LA PENSÉE
HEIDEGGER : LE MIRACLE DES MIRACLES
HEIDEGGER : PENSÉE
HENRI de LUBAC : IGNORANCE
HENRI de LUBAC : MÉPRIS
HENRI de LUBAC : PARADOXES
HENRI de LUBAC : PATIENCE
HENRI DE LUBAC : SOLEIL
HENRI de LUBAC : SOUFFRANCE
HENRI QUINSON : NOUVELLE SOCIÉTÉ
HENRI TEISSIER : UN MODÈLE A SUIVRE
HUSSERL : SENS DE CETTE EXISTENCE HUMAINE
JACQUES MARITAIN : ÉLOGE DU DON
JACQUES MARITAIN : ESSENTIEL
JACQUES MARITAIN : PAROLE DE SAGE
JAURES : DIRIGER
JEAN CHRYSOSTOME : BONHEUR INFINI
JEAN CHRYSOSTOME : HUMILITÉ
JEAN GIONO : CARACTÈRE INOUBLIABLE
JEAN GUITTON : DANS LE VENT
JEAN GUITTON : LA MORT
JEAN GUITTON : OBÉISSANCE
JEAN GUITTON : ORGUEIL
JEAN LUC MARION : LE PROPRE DE L’HOMME
KANT : ACTION ÉTHIQUE
KANT : ACTIONS BONNES OU MAUVAISES
KANT : CONTRAINTE
KANT : EXIGENCES DE LA PENSÉE
KANT ET LE MANAGEMENT
KARL BARTH : L’ESSENCE DU MAL
KARL JASPERS : ANONYMAT
KARL JASPERS : AUTORITÉ ET RAISON
KARL JASPERS : CONDUITE SENSÉE
KARL JASPERS : LIBERTÉ
KARL JASPERS : RACINES
KARL JASPERS : VÉRITÉ ET COMMUNICATION
KARL RAHNER : L'ÉTANT FINI
KHALIL GIBRAN : ÉLOGE DU TRAVAIL
KIERKEGAARD : ANGOISSE
KIERKEGAARD : COMPRENDRE
KIERKEGAARD : INCOMPRÉHENSIBLE
KIERKEGAARD : POUR UNE VIE NOUVELLE
KIERKEGAARD : SOUFFRANCE
KIERKEGAARD : SUR LE CHEMIN DE LA VIE
KIM EN JOONG
LA BRUYERE : MODESTIE
LACAN : LUMIÈRE
LACAN ET L’INCOMPLÉTUDE
LOUIS MARIE BILLÉ : UN MODÈLE POUR NOUS
MALRAUX : JUGER
MARCEL GAUCHET : EXTRAORDINAIRE BOULEVERSEMENT
MARCEL MAUSS : ESSAI SUR LE DON
MAURICE BELLET : LE LIEU DU COMBAT
MAURICE BLONDEL : ÉLOGE DE L’ACTION
MAURICE BLONDEL : EXIGENCE
MAURICE ZUNDEL : CONQUÊTE DE SOI
MAURICE ZUNDEL : CROYEZ-VOUS EN L’HOMME ?
MAURICE ZUNDEL : DIGNITÉ HUMAINE
MAURICE ZUNDEL : ÉCOUTE ET SILENCE
MAURICE ZUNDEL : HUMAIN
MAURICE ZUNDEL : LIBERTÉ
MAURICE ZUNDEL : RENCONTRE VÉRITABLE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE L’EXISTENCE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE LA DESTINÉE
MAURICE ZUNDEL : SILENCE 
MAURICE ZUNDEL : TRAVAIL
MAURICE ZUNDEL : VIE INACCOMPLIE
MAURICE ZUNDEL : VOCATION DE L’HOMME
MAX WEBER : ÉTHIQUE
MICHEL ALBERT : BONNE SANTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : ÉTERNITÉ
MONTESQUIEU : MÉPRIS
MONTESQUIEU : POUVOIR
NEWMAN : CONDITION HUMAINE
NEWMAN : ÉVOLUTION DE L’HOMME
NEWMAN : NÉANT DE CE MONDE
NEWMAN : VRAI GENTLEMAN
NIETZSCHE : APPRÉCIATION
NIETZSCHE : AVENIR
NIETZSCHE : CERTITUDE
NIETZSCHE : CRUAUTÉ
NIETZSCHE : ÉLOGE DU SILENCE
NIETZSCHE : FINITUDE DE L’HOMME
NIETZSCHE : MÉPRIS DE SOI
NIETZSCHE : MONDE DÉSTRUCTURÉ
NIETZSCHE : TRISTE SOCIÉTÉ
NIETZSCHE : VÉRITÉ
NIETZSCHE ET TEILHARD DE CHARDIN
NORBERT SEGARD
NORBERT SEGARD : BONHEUR
NORBERT SEGARD : UN MODÈLE
PASCAL : DIVERTISSEMENT
PASCAL : MOI
PASCAL : MORT
PASCAL : PARAÎTRE
PASCAL : PUISSANCE
PASCAL : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
PAUL CLAUDEL : VRAI ET RIEN
PAUL RICOEUR : ACTION
PAUL RICOEUR : ÉTHIQUE
PAUL RICOEUR : L’AUTRE
PAUL RICOEUR : MAL ET BONTÉ
PAUL RICOEUR : PARDON
PAUL RICOEUR : VALEUR DE L’HOMME
PAUL TILLICH : ANGOISSE
PAUL VALADIER : HOMME, ANIMAL MALADE
PÉGUY, BERNANOS, CLAUDEL : ARGENT 
PIERRE CLAVERIE
PIERRE CLAVERIE : L’AUTRE
PIERRE, PAUL ET JEAN
PLATON : AUTORITÉ
RABELAIS : DÉSESPOIR
RENÉ GIRARD : DÉSIR MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : HOMME MAÎTRE DU MONDE
RENÉ GIRARD : OPTIMISME
RENÉ GIRARD : ORIGINE DES CONFLITS
RENÉ GIRARD : RIVALITÉ MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : TERRORISME
RENÉ GIRARD : URGENCE
ROMAIN ROLLAND : BATAILLE DE L’HOMME
ROUSSEAU ET AUGUSTIN
SAINT EXUPERY : SILENCE
SAINT-EXUPERY : BUT COMMUN
SAINT-EXUPERY : CATHÉDRALE
SAINT-EXUPERY : CITATIONS POUR MANAGER
SAINT-EXUPERY : DÉSERT
SAINT-EXUPERY : HAINE
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : JUSTICE
SAINT-EXUPERY : L’ART DES PETITS PAS
SAINT-EXUPERY : L’ESSENTIEL OUBLIÉ
SAINT-EXUPERY : LE PETIT PRINCE
SAINT-EXUPERY : LE TEMPS
SAINT-EXUPÉRY : MOZART ASSASSINÉ
SAINT-EXUPERY : PAROLE DE SAGE POUR UN MANAGER
SAINT-EXUPERY : QUALITÉ DE LA CIVILISATION
SAINT-EXUPERY : RACINES
SAINT-EXUPERY : RESPONSABLE
SAINT-EXUPERY : STABILITÉ
SAINT-EXUPERY : TOURNÉ VERS SOI
SAINT-EXUPERY : VANITÉ DE L’HOMME
SAINT-EXUPERY : VOYAGE
SARTRE : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
SERGE DASSAULT : GESTION PARTICIPATIVE
SPINOZA : JUSTICE
TEILHARD DE CHARDIN : APPARITION DE L’HOMME
TEILHARD DE CHARDIN : AVENIR
TEILHARD DE CHARDIN : DÉFI A LA PENSÉE
TEILHARD DE CHARDIN : DÉSORDRE
TEILHARD DE CHARDIN : EFFORT
TEILHARD DE CHARDIN : LE MONDE SE CONSTRUIT
TEILHARD DE CHARDIN : MANTEAU D’HUMANITÉ
TEILHARD DE CHARDIN : MONDE STUPIDE
TEILHARD DE CHARDIN : OEUVRE
TEILHARD DE CHARDIN : PAIX
TEILHARD DE CHARDIN : PRENDRE DE LA HAUTEUR
TEILHARD DE CHARDIN : RÉFLEXIONS SUR LA CRISE
TEILHARD DE CHARDIN : RÉUSSITE
TEILHARD DE CHARDIN : SOUFFRANCE
TEILHARD DE CHARDIN : VALEUR ABSOLUE
TEILHARD DE CHARDIN : VIE FONTALE
TEILHARD DE CHARDIN : VISION DU MONDE
TEILHARD DE CHARDIN : VIVE LA VIE !
TEILHARD DE CHARDIN : VOLONTÉ DE VIVRE
THEODORE MONOD
THÉODORE MONOD : LE PROPRE DE L’HUMAIN
THEODORT MONOD : DÉSERT 
THOMAS D’AQUIN
THOMAS D’AQUIN : ÉQUITÉ
THOMAS HOBBES : RIRE
THOMAS JEFFERSON : UN VISIONNAIRE !
THOMAS MANN : BONHEUR
TOCQUEVILLE : RELATIVISME
TOLSTOÏ : FORMER SA RAISON
VOLTAIRE : CUPIDITÉ ET ORGUEIL
YVES CONGAR : ESPRIT POSSESSIF