19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 01:00

PRENDRE DU RECUL







Dans tous les domaines de la société, et non seulement dans l’économie, tout s’accélère.


Des êtres sages misent, en revanche, sur le " ralentissement ". Cette démarche reconnaît que la précipitation rend l’homme malade.


Le prophète Isaie, il y a deux mille sept cents ans, affirmait déjà que toute hâte et toute précipitation sont causées par le manque de confiance.


Celui qui vit dans la confiance laisse les choses advenir ; il a confiance en l’avenir de ce qui est.


Dans la précipitation, on ne peut comprendre ni les paroles des hommes ni leurs sentiments puisqu’on passe sans s’arrêter.

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans bernard-romain
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 01:00

LE SECRET DU BONHEUR


A toi qui aimes la vie, a toi qui veux le bonheur




Le secret du bonheur pourrait s’exprimer ainsi : " Sois qui tu es " (Erasme), mais évite de tourner sans cesse autour de ton ego.


Ne te fais pas d’illusions. Accepte de ne pas être un héros, ne t ‘accorde pas trop d’importance.


Travaille sur tes faiblesses mais sans acharnement.


Lâche prise.


Accepte toi avec tes inconséquences et tes contradictions. En effet, ce n’est que si tu les admets que tu pourras avancer. Alors seulement, tu seras tout à fait humain.


Vis ta vie et ne te laisses pas guider par des pressions extérieures.


Cherche à vivre en accord avec toi-même et non seulement tu trouveras l’harmonie avec toi-même mais tu pourras aussi propager l’harmonie autour de toi.


Donne un sens à ton travail mais ne te laisse pas absorber par lui. Le but est de trouver l’équilibre.


Garde du temps pour te connaître et pour connaître les autres.


Aie le courage d’aller vers les autres, non pour te donner bonne conscience mais animé par ta liberté intérieure !


Trois choses sont destructrices dans la vie : la colère, l’avidité et la surestimation de soi-même.


N’envie surtout pas.


Ne te surestime pas. Celui qui se surestime passe à côté de lui-même. Il se détruit. Il refuse de se voir tel qu’il est. La surestimation de soi finira par le faire tomber de son piédestal et l’anéantira.


L’oubli de soi, pouvoir se détacher de son ego, est une chance d’éprouver la liberté dans la vie concrète : la véritable liberté.


Où que tu ailles, ne te compare pas aux autres et tu trouveras la sérénité.


Ne laisse pas le stress de la vie quotidienne t’envahir.


Recherche le calme, le silence. Celui qui veut se transformer, mûrir, grandir a besoin de silence.


Ne te laisse pas abattre par les échecs et les blessures. Tout peut devenir une chance. Qui veut être heureux doit assumer la vie avec ses hauts et ses bas.


Au coeur de cet art de vivre se trouve une confiance originelle qui te dit : Ne t’inquiète pas, vis ici et maintenant, sois entièrement présent et savoure l’instant.


Eveille toi à la vie, ne fuis pas, sois présent à toi-même et aux autres, attache toi à ce qui est important et non à ce qui est passé, laisse venir les choses.


Cultive un espace intérieur, inaccessible aux problèmes de la vie quotidienne et dans lequel tu peux respirer, délivré du pouvoir des hommes. Là, je sais que rien n’a de pouvoir sur moi.


Aie le courage de vivre ce qui est au plus profond de toi.


Tourne ton regard vers l’intérieur. " Celui qui regarde vers l’extérieur, rêve. Celui qui tourne son regard vers l’intérieur s’éveille ".


" Sois tranquille en toi-même. " (Augustin)

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans bernard-romain
commenter cet article
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 23:01

Voeux-2014.jpg

Repost 0
Published by BERNARD ROMAIN - dans bernard-romain
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 02:05

de_laidet_76-1.jpgPENSÉE UNIQUE

 

 

 

 

 

 

 

C’est la caractéristique de toute pensée unique de croire béatement que l’efficacité d’une logique de moyens peut se passer de valeurs ou de finalités.

 

Repost 0
Published by BERNARD ROMAIN - dans bernard-romain
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 01:05

de_laidet_4-1.jpgSHAKESPEARE : QU’EST-CE QUE LA VIE ?

 

 

 

 

 

 

 

« La vie n’est-elle qu’une ombre qui passe, un pauvre acteur qui se pavane et s’agite durant son heure sur la scène et qu’ensuite on n’entend plus ?

 

Est-elle une histoire dite par un idiot, pleine de fracas et de furie et qui ne signifie rien ? »

 

(Shakespeare)

 

 

Voir également :

 

SENS DE LA VIE

Repost 0
Published by BERNARD ROMAIN - dans bernard-romain
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 01:05

de_laidet_5-1.jpgÉNIGME DE L’HOMME

 

 

 

 

 

 

 

La société est traversée par la haine, la violence, la cruauté.

 

Nous sommes devant l’énigme d’un homme capable du plus haut et du plus bas :

 

« Grandeur et misère de l’homme. » (Pascal)

 

« L’homme mélange de lumière et de nuit. » (Confucius)

Repost 0
Published by BERNARD ROMAIN - dans bernard-romain
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 01:05

de_laidet_9-1.jpgPARADOXE DE LA CONFIANCE EN SOI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque homme est appelé à devenir autonome, c'est-à-dire complètement indépendant des autres, ce qui serait possible si et seulement s’il arrivait à avoir suffisamment de confiance en lui pour pouvoir se passer des autres…

 

L'idée s'est progressivement affirmée depuis notamment les années 1980, que la ‘confiance en soi’ est une sorte de clé de voûte du développement non seulement personnel mais aussi social.

 

Une fois qu'on a confiance en soi tout s’ensuit : du succès au bonheur, de la réussite professionnelle à la réussite personnelle.

 

Comme si l’homme pouvait réellement tout contrôler, non seulement ses propres réactions et ses propres émotions, mais aussi les réactions et les émotions des autres.

 

La négation du ‘principe de réalité’ touche ainsi à son apogée, avec tout ce que cela entraîne : culpabilisation et souffrance pour les uns ; toute-puissance de la volonté et attitude méprisante pour les autres.

 

Avec comme conséquence ultime de la défiance vis-à-vis de tous les autres et la peur de tout ce qui échappe au semble échapper au contrôle.

 

A force de tout mettre en œuvre pour éloigner le danger, on assiste à la surenchère de l'angoisse et à l'effritement de toute forme de solidarité.

 

L’homme se retrouve seul. Il ne peut plus s’appuyer sur les autres.

 

Et le vivre-ensemble ne semble, ne paraît plus possible.

 

Repost 0
Published by BERNARD ROMAIN - dans bernard-romain
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 01:05

kim0101.jpgAUTONOMIE ET INDÉPENDANCE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Derrière la prétendue liberté de déterminer sa propre vie, se cache une véritable idéologie qui instrumentalise le concept d'autonomie personnelle, réduisant l'autonomie à l'indépendance et excluant la possibilité même d'une quelconque ‘dépendance’.

Repost 0
Published by BERNARD ROMAIN - dans bernard-romain
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 01:05

    de_laidet_8.jpgÉTHIQUE DE LA FRAGILITÉ  

 

 

 

 

 

 

 

La société moderne éprouve un problème avec la fragilité.

 

Un individualisme forcené, la tyrannie de la performance à tout prix, la promotion d'une normalité souvent inhumaine allant jusqu'à la recherche folle du zéro défaut dans le domaine de la procréation s'ajoutent à la pression d'un temps qui s'accélère.

 

Tout cela ne laisse que peu de place à une reconnaissance de la fragilité, d'abord considérée comme quelque chose qui ne doit pas exister et contre quoi il faut lutter par tous les moyens.

 

Au nom d'une course éperdue à la performance, qui lui fait oublier le sens et la finalité, l’homme risque de faire comme si cette fragilité n'existait pas, ou alors de l'instrumentaliser au risque de s’orienter vers des impasses éthiques.

 

Ainsi, l’homme s’arrangera pour ne pas voir les personnes fragiles, il essayera de les rendre invisibles ; ou bien il cherchera à s’occuper d’elles en les faisant devenir objets de sa solidarité sans réellement reconnaître leur dignité fondamentale et leur capacité de contribution à leur avenir.

 

La réalité est que, malgré des efforts louables pour compenser, réparer et intégrer, notre société fragilise de plus en plus.

 

Elle engendre de nouvelles  fragilités, souvent plus intimes, plus psychologiques et malheureusement plus répandues.

 

Chaque homme a un problème avec la fragilité.

 

Soit parce qu'elle est la sienne et qu’il a du mal à vivre avec, à s’accepter comme il est, soit parce qu'elle est présente chez les autres et en cela le dérange, le bouscule et le confronte à ses propres limites.

 

Pourtant, la fragilité est partout, elle fait partie de son environnement, de sa constitution,  elle a un trait commun à tout ce qui existe autour de lui.

 

La condition mortelle de l’homme et l'angoisse existentielle qui l'accompagne le poussent à vouloir bâtir pour durer, à vouloir laisser une trace.

 

Dans sa fragilité existentielle qui évoque la précarité, l'instabilité,  la faiblesse  voire la défaillance, il rêve de solidité, de force et de durée.

 

Sur le plan personnel, la fragilité le confronte au mystère de la finitude et de la mort ; sur le plan collectif elle le met devant la question de l'acceptation de ses différences et de sa capacité à entrer dans une relation vraie et équilibrée avec les autres.

 

Ce qui est en jeu n'est donc pas d'abord la fragilité en soi ni que tous les hommes soient fragiles car c'est ainsi, qu’on le veuille ou non.

 

La vraie question est celle du rapport individuel et collectif à ces fragilités, celle du regard porté sur elles et des conditions relationnelles, sociales et politiques qui influencent la vie ensemble, la détruisent ou la rendent plus vivable, plus humaine.

 

« L’extrême fragilité de la condition humaine. » (Habermas)

 

La raison de l’homme s’emploie sans cesse à repousser l’idée qu’il puisse être limité.

Repost 0
Published by BERNARD ROMAIN - dans bernard-romain
commenter cet article
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 01:05

gence25.gifRUPTURE DE CIVILISATION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec les certitudes de ces nouveaux maîtres, machiavéliques et suffisants, mais qui ont la faveur des médias, comment l’humanité peut-elle maîtriser son avenir, s’entendre sur ce qui est le bien et le mal, sur ce qui peut conduire au bonheur et sur ce qui est inacceptable ?

 

L’homme risque alors le repli, le désintérêt pour un monde désenchanté, la fuite dans de multiples addictions, aliéné aux grands marchés où tout s’achète et se vend.

 

Quand se répand l’idée selon laquelle nous vivons une rupture de civilisation, il est bon de s’assurer qu’on ne perdra pas les fondements de ce qui peut qualifier durablement des relations humaines solidaires, et la quête permanente de ce qui est beau, juste et vrai.

Repost 0
Published by BERNARD ROMAIN - dans bernard-romain
commenter cet article

Recherche

Relations Humaines

"La grandeur d'un métier est peut-être avant tout, d'unir les Hommes.

Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des Relations Humaines.

En travaillant pour les seuls biens matériels, nous batissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre."


                                                                                                                                       Antoine de Saint- Exupéry 

English

Principal Auteur Cité

AUTRES AUTEURS CITÉS

ALBERT CAMUS : BONHEUR
ALBERT CAMUS : DIGNITÉ DE VIVRE ET DE MOURIR
ALBERT CAMUS : HAINE ET MÉPRIS
ALBERT CAMUS : JUGEMENT
ALBERT CAMUS : LE DROIT ET LA FORCE
ALBERT ROUET : CHEMIN VERS SOI
ALBERT ROUET : COMPLEXITÉ DES RELATIONS A L’AUTRE
ALBERT ROUET : L’AUTRE
ALBERT ROUET : RIGIDITÉ
ALBERT ROUET : TRAVAIL, LIEU DES CONTRADICTIONS D’UNE SOCIÉTÉ
ALBERT SCHWEITZER : CIVILISATION ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : BONHEUR
ANDRE COMTE-SPONVILLE : MORALE ET CAPITALISME
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : MORALE ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : PETIT TRAITE DES GRANDES VERTUS
ARISTOTE : BONHEUR
ARISTOTE : HEUREUX
ARISTOTE : PRUDENCE
AUGUSTIN : BONHEUR
AUGUSTIN : COMPRENDRE
AUGUSTIN : DOMINATION
AUGUSTIN : ETRE GRAND
AUGUSTIN : VOIR, SUPPORTER, ACCEPTER
AXEL KAHN : ALTÉRITÉ
AXEL KAHN : DÉFINITION DU BIEN
AXEL KAHN : SPLENDEUR DE L’HUMANITÉ
BADEN POWEL : POUR UN MONDE MEILLEUR
BERNANOS : INFIRMITÉ
BERNANOS : LE SECRET DU BONHEUR
BERNANOS : OBLIGATIONS
BERNANOS : PATIENCE
BERNANOS : RECONCILIÉ AVEC SOI MEME
CAMUS : ASPIRATIONS ESSENTIELLES DE L’HOMME
CAMUS : DIRECTION DES HOMMES
CAMUS : MONDE INSUPPORTABLE
CAMUS : NE RIEN ENVIER
CHARLES DE FOUCAULD : PARFAITE OBÉISSANCE
CHARLES DE FOUCAULD : RENAÎTRE
CHARLES JOURNET : LE MAL
CHARLES PEGUY : LE MAL
CHRISIAN DE CHERGÉ : COEUR
CHRISIAN DE CHERGÉ : L’AUTRE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : COURAGE !
CHRISTIAN DE CHERGÉ : DE RICHES VERTUS
CHRISTIAN DE CHERGÉ : ENGAGEMENT
CHRISTIAN DE CHERGÉ : LA VIE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : MERCI
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CLAUDE LÉVI STRAUSS
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : HUMILITÉ
CLAUDE RAULT : MESSAGE DU SAHARA 
CLAUDE RAULT : REFROIDISSEMENT 
DESCARTES : CE QU’EST L’HOMME
DESCARTES : LE BON SENS
DESCARTES : LES QUATRES PRÉCEPTES
DOSTOIEVSKI : RICHESSE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDITH STEIN : ETRE
EDITH STEIN : INTÉRIORITÉ ET ALTÉRITÉ
EDITH STEIN : QU'IL EST BEAU ET BON DE VIVRE 
EDITH STEIN : RESPONSABILITÉ
EDITH STEIN : SA PERSONNALITÉ
EDITH STEIN : SA VIE
EDITH STEIN : SERVICE
EDITH STEIN : TOUT SUR SA VIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’INDIVIDUALISME
EDITH STEIN ET LA RESPONSABILITÉ
ELIE WIESEL : BIEN OU MAL
ELIE WIESEL : IDÉE DE L’HOMME
EMMANUEL LEVINAS ET SARTRE : LIBERTÉ
ÉRASME : HOMME DEBOUT
ERIK ORSENNA : VALEUR TRAVAIL
ERNEST HEMINGWAY : HUMILITÉ
ETTY HILLESUM : BONHEUR
ETTY HILLESUM : ÊTRE
ETTY HILLESUM : FONDS COMMUN
ETTY HILLESUM : LA VIE EST BELLE
ETTY HILLESUM : PAROLE
ETTY HILLESUM : S’AGUERRIR
ETTY HILLESUM : UN SENS A LA VIE
ETTY HILLESUM : UN SENS DE LA VIE
ETTY HILLESUM : UNE VIE BOULEVERSÉE
FRANCOIS VARILLON : DÉSESPOIR
FRANCOIS VARILLON : JOYEUX
GANDHI : CUPIDITÉ
GRÉGOIRE DE NYSSE : CELUI QUI MONTE
HANNAH ARENDT
HANNAH ARENDT : ACTIVITÉS HUMAINES
HANNAH ARENDT : AUTORITÉ
HANNAH ARENDT : BONTÉ
HANNAH ARENDT : CHAQUE HOMME EST UNIQUE
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : ÉCONOMIE DE GASPILLAGE
HANNAH ARENDT : ÉDUCATION
HANNAH ARENDT : LE MIRACLE QUI SAUVE LE MONDE
HANNAH ARENDT : LIBERTÉ
HANNAH ARENDT : PARDON
HANNAH ARENDT : PAROLE
HANNAH ARENDT : PENSER LE TOTALITARISME
HANNAH ARENDT : POUVOIR
HANS JONAS : ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ ET ESPÉRANCE
HANS KÜNG : GRANDEUR ET MISÈRE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : STRUCTURE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : VÉRITÉ
HEIDEGGER : ÊTRE ET ÉTANT
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : LE MÉTIER DE LA PENSÉE
HEIDEGGER : LE MIRACLE DES MIRACLES
HEIDEGGER : PENSÉE
HENRI de LUBAC : IGNORANCE
HENRI de LUBAC : MÉPRIS
HENRI de LUBAC : PARADOXES
HENRI de LUBAC : PATIENCE
HENRI DE LUBAC : SOLEIL
HENRI de LUBAC : SOUFFRANCE
HENRI QUINSON : NOUVELLE SOCIÉTÉ
HENRI TEISSIER : UN MODÈLE A SUIVRE
HUSSERL : SENS DE CETTE EXISTENCE HUMAINE
JACQUES MARITAIN : ÉLOGE DU DON
JACQUES MARITAIN : ESSENTIEL
JACQUES MARITAIN : PAROLE DE SAGE
JAURES : DIRIGER
JEAN CHRYSOSTOME : BONHEUR INFINI
JEAN CHRYSOSTOME : HUMILITÉ
JEAN GIONO : CARACTÈRE INOUBLIABLE
JEAN GUITTON : DANS LE VENT
JEAN GUITTON : LA MORT
JEAN GUITTON : OBÉISSANCE
JEAN GUITTON : ORGUEIL
JEAN LUC MARION : LE PROPRE DE L’HOMME
KANT : ACTION ÉTHIQUE
KANT : ACTIONS BONNES OU MAUVAISES
KANT : CONTRAINTE
KANT : EXIGENCES DE LA PENSÉE
KANT ET LE MANAGEMENT
KARL BARTH : L’ESSENCE DU MAL
KARL JASPERS : ANONYMAT
KARL JASPERS : AUTORITÉ ET RAISON
KARL JASPERS : CONDUITE SENSÉE
KARL JASPERS : LIBERTÉ
KARL JASPERS : RACINES
KARL JASPERS : VÉRITÉ ET COMMUNICATION
KARL RAHNER : L'ÉTANT FINI
KHALIL GIBRAN : ÉLOGE DU TRAVAIL
KIERKEGAARD : ANGOISSE
KIERKEGAARD : COMPRENDRE
KIERKEGAARD : INCOMPRÉHENSIBLE
KIERKEGAARD : POUR UNE VIE NOUVELLE
KIERKEGAARD : SOUFFRANCE
KIERKEGAARD : SUR LE CHEMIN DE LA VIE
KIM EN JOONG
LA BRUYERE : MODESTIE
LACAN : LUMIÈRE
LACAN ET L’INCOMPLÉTUDE
LOUIS MARIE BILLÉ : UN MODÈLE POUR NOUS
MALRAUX : JUGER
MARCEL GAUCHET : EXTRAORDINAIRE BOULEVERSEMENT
MARCEL MAUSS : ESSAI SUR LE DON
MAURICE BELLET : LE LIEU DU COMBAT
MAURICE BLONDEL : ÉLOGE DE L’ACTION
MAURICE BLONDEL : EXIGENCE
MAURICE ZUNDEL : CONQUÊTE DE SOI
MAURICE ZUNDEL : CROYEZ-VOUS EN L’HOMME ?
MAURICE ZUNDEL : DIGNITÉ HUMAINE
MAURICE ZUNDEL : ÉCOUTE ET SILENCE
MAURICE ZUNDEL : HUMAIN
MAURICE ZUNDEL : LIBERTÉ
MAURICE ZUNDEL : RENCONTRE VÉRITABLE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE L’EXISTENCE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE LA DESTINÉE
MAURICE ZUNDEL : SILENCE 
MAURICE ZUNDEL : TRAVAIL
MAURICE ZUNDEL : VIE INACCOMPLIE
MAURICE ZUNDEL : VOCATION DE L’HOMME
MAX WEBER : ÉTHIQUE
MICHEL ALBERT : BONNE SANTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : ÉTERNITÉ
MONTESQUIEU : MÉPRIS
MONTESQUIEU : POUVOIR
NEWMAN : CONDITION HUMAINE
NEWMAN : ÉVOLUTION DE L’HOMME
NEWMAN : NÉANT DE CE MONDE
NEWMAN : VRAI GENTLEMAN
NIETZSCHE : APPRÉCIATION
NIETZSCHE : AVENIR
NIETZSCHE : CERTITUDE
NIETZSCHE : CRUAUTÉ
NIETZSCHE : ÉLOGE DU SILENCE
NIETZSCHE : FINITUDE DE L’HOMME
NIETZSCHE : MÉPRIS DE SOI
NIETZSCHE : MONDE DÉSTRUCTURÉ
NIETZSCHE : TRISTE SOCIÉTÉ
NIETZSCHE : VÉRITÉ
NIETZSCHE ET TEILHARD DE CHARDIN
NORBERT SEGARD
NORBERT SEGARD : BONHEUR
NORBERT SEGARD : UN MODÈLE
PASCAL : DIVERTISSEMENT
PASCAL : MOI
PASCAL : MORT
PASCAL : PARAÎTRE
PASCAL : PUISSANCE
PASCAL : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
PAUL CLAUDEL : VRAI ET RIEN
PAUL RICOEUR : ACTION
PAUL RICOEUR : ÉTHIQUE
PAUL RICOEUR : L’AUTRE
PAUL RICOEUR : MAL ET BONTÉ
PAUL RICOEUR : PARDON
PAUL RICOEUR : VALEUR DE L’HOMME
PAUL TILLICH : ANGOISSE
PAUL VALADIER : HOMME, ANIMAL MALADE
PÉGUY, BERNANOS, CLAUDEL : ARGENT 
PIERRE CLAVERIE
PIERRE CLAVERIE : L’AUTRE
PIERRE, PAUL ET JEAN
PLATON : AUTORITÉ
RABELAIS : DÉSESPOIR
RENÉ GIRARD : DÉSIR MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : HOMME MAÎTRE DU MONDE
RENÉ GIRARD : OPTIMISME
RENÉ GIRARD : ORIGINE DES CONFLITS
RENÉ GIRARD : RIVALITÉ MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : TERRORISME
RENÉ GIRARD : URGENCE
ROMAIN ROLLAND : BATAILLE DE L’HOMME
ROUSSEAU ET AUGUSTIN
SAINT EXUPERY : SILENCE
SAINT-EXUPERY : BUT COMMUN
SAINT-EXUPERY : CATHÉDRALE
SAINT-EXUPERY : CITATIONS POUR MANAGER
SAINT-EXUPERY : DÉSERT
SAINT-EXUPERY : HAINE
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : JUSTICE
SAINT-EXUPERY : L’ART DES PETITS PAS
SAINT-EXUPERY : L’ESSENTIEL OUBLIÉ
SAINT-EXUPERY : LE PETIT PRINCE
SAINT-EXUPERY : LE TEMPS
SAINT-EXUPÉRY : MOZART ASSASSINÉ
SAINT-EXUPERY : PAROLE DE SAGE POUR UN MANAGER
SAINT-EXUPERY : QUALITÉ DE LA CIVILISATION
SAINT-EXUPERY : RACINES
SAINT-EXUPERY : RESPONSABLE
SAINT-EXUPERY : STABILITÉ
SAINT-EXUPERY : TOURNÉ VERS SOI
SAINT-EXUPERY : VANITÉ DE L’HOMME
SAINT-EXUPERY : VOYAGE
SARTRE : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
SERGE DASSAULT : GESTION PARTICIPATIVE
SPINOZA : JUSTICE
TEILHARD DE CHARDIN : APPARITION DE L’HOMME
TEILHARD DE CHARDIN : AVENIR
TEILHARD DE CHARDIN : DÉFI A LA PENSÉE
TEILHARD DE CHARDIN : DÉSORDRE
TEILHARD DE CHARDIN : EFFORT
TEILHARD DE CHARDIN : LE MONDE SE CONSTRUIT
TEILHARD DE CHARDIN : MANTEAU D’HUMANITÉ
TEILHARD DE CHARDIN : MONDE STUPIDE
TEILHARD DE CHARDIN : OEUVRE
TEILHARD DE CHARDIN : PAIX
TEILHARD DE CHARDIN : PRENDRE DE LA HAUTEUR
TEILHARD DE CHARDIN : RÉFLEXIONS SUR LA CRISE
TEILHARD DE CHARDIN : RÉUSSITE
TEILHARD DE CHARDIN : SOUFFRANCE
TEILHARD DE CHARDIN : VALEUR ABSOLUE
TEILHARD DE CHARDIN : VIE FONTALE
TEILHARD DE CHARDIN : VISION DU MONDE
TEILHARD DE CHARDIN : VIVE LA VIE !
TEILHARD DE CHARDIN : VOLONTÉ DE VIVRE
THEODORE MONOD
THÉODORE MONOD : LE PROPRE DE L’HUMAIN
THEODORT MONOD : DÉSERT 
THOMAS D’AQUIN
THOMAS D’AQUIN : ÉQUITÉ
THOMAS HOBBES : RIRE
THOMAS JEFFERSON : UN VISIONNAIRE !
THOMAS MANN : BONHEUR
TOCQUEVILLE : RELATIVISME
TOLSTOÏ : FORMER SA RAISON
VOLTAIRE : CUPIDITÉ ET ORGUEIL
YVES CONGAR : ESPRIT POSSESSIF