13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 02:00


PETITE ANTHROPOLOGIE DE LA SOCIÉTÉ FRANCAISE (3)


Vous trouverez ci-dessous une synthèse des articles que j’ai déjà publiés sur notre société contemporaine, sur le monde qui nous entoure.

Ce monde qui se présente comme un grand chantier, ce monde où se mettent en application les découvertes des sciences, les progrès de la civilisation, ce monde est incapable de rendre l’homme vraiment heureux.

Autour de nous, de nombreuses personnes se plaignent de plus en plus de mal-être, de souffrance, d’épuisement.

L’origine de ce malaise vient que nous nous reposons pour résoudre nos difficultés sur nos propres forces. Comme si on pouvait à soi seul, faire face à l’immensité de sa tâche.

Il me semble également qu’aujourd’hui, c’est le sentiment de n’être pas reconnus, de n’être comptés pour rien qui fait désespérer beaucoup de gens.

Dans cette anthropologie de la société française, nous tenterons d’analyser les causes de ce malaise.

Certains articles peuvent paraître redondants, mais ils ont été rédigés sur un an, en fonction de l’actualité : le lecteur voudra bien me pardonner.


LA CRISE DE L’AUTORITE


La crise de l’autorité traverse aujourd’hui l’ensemble de notre société.

Ce qui est en cause avec l’autorité, c’est la question de la transmission et de sa légitimité. Il faut que la personne qui exerce l’autorité soit légitime. Aujourd’hui, le pouvoir légitime n’est plus soutenu par une instance extérieure, qu’elle soit institutionnelle ou sociale.

L’individu moderne s’inspire et s’alimente du désir d’auto-construction.

Il construit son propre sens.

Nous assistons à un processus extrême d’individualisation.

L’idée moderne est de considérer maintenant le sens reçu comme un sens qui enferme.

Or, la Tradition a montré combien il est possible à la fois de recevoir et de créer dans bien des domaines de la vie.

La modernité est de considérer comme antinomique le fait de recevoir et de créer.

Quand on se construit en ne cherchant à ne recevoir de rien, on est très seul, ce qui peut mener à une vie de souffrance.

La liberté cultivée dans l’hédonisme cache souvent une angoisse très présente.

Le constat semble impitoyable : l’autorité s’effondre partout, et notamment dans notre monde développé. Crise profonde qui éclate au grand jour dans les institutions politiques, l’école, la justice.. Elle vient même se nicher jusque dans la famille, dont le modèle hérité a connu ces dernières décennies de nombreux chambardements. A vrai dire, partout où les hommes vivent ensemble, la rupture est là, manifeste.

1. Mais qu’est-ce que l’autorité ?

L’autorité n’est pas à confondre avec le pouvoir ou avec la contrainte, elle n’est pas  « tout ce qui fait obéir les gens ».

L’autorité n’ordonne pas, elle conseille, elle guide, elle oriente. Il ne faut pas la confondre avec l’ordre : l’ordre peut régner sans autorité, la coercition lui suffit.

L’éloge de la toute puissance de la volonté et de la liberté de l’individu, le règne moderne de la subjectivité s’accommodent mal des figures d’autorité.

L’autorité est le pouvoir d’obtenir, sans recours à la contrainte, un certain comportement de la part de ceux qui lui sont soumis.

L’autorité c’est la capacité d’obtenir l’obéissance sans recourir à la force.

L’exercice de l’autorité suppose un consentement de celui sur qui elle s’exerce, donc, de sa part, une reconnaissance de la personne dont émane l’autorité. L’autorité implique donc une relation librement consentie. Elle rejette la contrainte, la pression, l’intimidation ou la menace. Tout se passe comme s’il y avait, dans l’autorité, un caractère naturel, une forme d’évidence.

L’autorité, du latin auctoritas, se rattache par sa racine au même groupe qu’augere (augmenter). L’autorité est donc le moyen de « tirer vers le haut », de « tirer le meilleur de chacun ».

Cela suppose la confiance. Une confiance qui ne peut naître que d’une certaine crédibilité. En conclusion, celui qui exerce l’autorité doit  non seulement avoir la compétence technique, mais détenir l’épaisseur morale, l’intériorité nécessaires à cet exercice. L’autorité ne se confond pas avec le pouvoir. Une autorité qui n’est pas reconnue n’est pas une autorité. L’autorité n’est pas réductible à une technique, elle se construit chaque jour.

L’autorité est indispensable à la vie en société et doit jouer son rôle de lien, notamment entre les générations.

2.  Mais comment a évolué l’autorité ?

La crise de l’autorité est venue de 2 renversements :

L’homme de la tradition recevait le sens.

Avec le siècle des Lumières, naît un individu libre de penser seul - ce qui est un bien - mais aussi libre de contester la coutume, les anciens, les croyances collectives. Ce qui faisait le lien social s’étiole, en même temps qu’est brisée l’idée d’une continuité. C’est à l’avenir, et non plus au passé, à la tradition qu’il faut se référer. Ce premier renversement n’a pas été sans trouble.

Ce premier renversement est accentué avec la crise mai 1968. La société française s’engage dans la « seconde révolution française » : individualisme, égalité des sexes, remise en question des institutions : Etat, famille.., contestation des instances qui donnaient le sens, libéralisation des moeurs...

La conscience moderne aspire, plus que jamais, à la liberté de penser, à l’autonomie de l’agir ; elle a le goût de la concertation et de la co-responsabilité.  La croyance dans le progrès s’est installée, et a fait son œuvre pendant quelques temps. La crise de l’autorité est venue avec l’élévation du niveau de connaissance de la population. Les gens sont désireux de mieux connaître les règles qui vont s’imposer à eux. Cette plus grande maturité est  un phénomène positif. Il y a parallèlement, et c’est plus inquiétant, l’érosion de la solidarité nationale, une crispation des différents groupes sociaux sur leurs petits avantages acquis. On ne peut qu’être préoccupé par cet égoïsme, ce scepticisme, cette pensée désabusée, refusant les réformes et ne retrouvant aujourd’hui un semblant d’unité que pour descendre dans la rue. 


Deuxième renversement avec la crise récente et à la panne du désir d’avenir. Les gens désormais ne croient plus aux bienfaits de la modernité.

Avec la mondialisation, la crise profonde des systèmes d’éducation, le sida, la pollution, le sang contaminé, la vache folle, les catastrophes climatiques.... se dissipe l’illusion que les progrès scientifiques parviendraient pour l’essentiel à améliorer la condition humaine.

Le scientisme du 19ème siècle s’effondre.

La crise des idéologies (chute du mur de Berlin), la crise des raisons de vivre créent l’homme de la relativité et de l’incertitude.

Alors, sur quoi fonder l’autorité, quand ont disparu à la fois la nécessité de la continuité et la confiance dans l’avenir ?     

La crise centrale de l’autorité aujourd’hui n’est pas tant l’absence de l’autorité elle-même que la multiplication des autorités rivales. La confusion guette et l’autorité revient sous une forme dévoyée : l’autoritarisme.



LA CRISE DES POUVOIRS


Dans notre société, c’est la fonction symbolique du pouvoir comme pôle de référence assumant des orientations et des choix clairs, permettant à chacun de se situer, qui est mise en cause.

N’ayant plus de vis-à-vis solide auquel il puisse faire face, ni de collectif intermédiaire protecteur, nos contemporains sont placés dans des situations paradoxales : ils sont renvoyés à eux-mêmes et rendus responsables de la réussite ou de l’échec d’orientations confuses, souvent incohérentes et mal assumées.

Le collectif se délite et les rapports sociaux dégénèrent en rapports
«  interindividuels » où le face-à-face ne parvient plus à se distancier et à se réguler en référence à une instance tierce permettant un désinvestissement salutaire.

Sont ainsi créées des conditions favorables à l’expression débridée des affects et des pulsions. D’où l’origine de la violence que l’on voit monter autour de nous.

Ce qu’on dénomme le « mal-être » est révélateur de cette « psychologisation » des rapports sociaux, symptomatique d’une crise des pouvoirs et des institutions qui ont de plus en plus de mal à assumer leur rôle. Et les thérapies en tout genre forment une sorte d’infirmerie sociale et d’accompagnement à cette crise dont nous n’avons pas fini de subir les effets.

Les difficultés actuelles du management sont révélatrices de ce phénomène qui engendre un mal-être existentiel et social que la croissance économique ne pourra pas, à elle seule, dissiper.


LA CRISE DE LA FAMILLE


Aujourd’hui, plus de 40% des naissances sont extra-conjugales.

En vingt ans, le nombre de mariages a baissé de 45% alors que celui des enfants vivant dans un foyer monoparental a augmenté de 63%.

Le divorce, concerne aujourd’hui près d’un mariage sur deux.

La première conséquence de cet état de fait est l’affaiblissement du rôle du père, pourtant indispensable à la construction de la personne, avec tous les dangers que comportent l’indifférenciation des statuts et la perte des repères identitaires, notamment l’autorité et l’obéissance.

L’enfant est devenu l’objet de toutes les sollicitudes au point que cette surprotection le prive du sens du réel et de l’épreuve qui l’incitera à prendre sa vie en mains.

Et, paradoxalement, à l’opposé du désir affiché par le législateur de ne pas s’immiscer dans la vie du couple, du désir de l’individu de vivre libre et sans contrainte, on assiste en réalité à une véritable judiciarisation des relations familiales. Chaque année, en cas de séparation des parents, le sort de près de 20% des enfants dépendent des juges !

On ne mesure pas assez les évolutions qui se passent sous nos yeux : la famille de demain ressemblera de moins en moins au modèle « papa - maman - enfants ».

Voué à disparaître ce schéma sera remplacé par des foyers recomposés, parfois plusieurs fois. Le couple lui-même ne suivra plus une norme fixée par la bonne morale ou par une exigence sociale et religieuse.

Chacun fera ce qui sera bon pour sa personne.

On trouvera des ménages stables mais ne partageant pas le même toit, ou d’autres vivant dans le même appartement mais de manière très indépendante, avec d’avantage de sphères d’autonomie. Finis, le lit conjugal, la baignoire commune. Ils prendront même de moins en moins leurs repas ensemble, chacun ayant à cœur de s’adonner à ses activités personnelles ou professionnelles.

Cette individualisation croissante ne va pas aller sans heurts. Alors qu’ils sont de plus en plus stressés par leur avenir, les enfants trouveront moins de réconfort et de repères dans ces familles à géométrie variable, ce qui risque de les fragiliser.

La nouvelle organisation des foyers influera aussi sur l’ensemble de la vie sociale : chacun voudra se construire son propre univers, la société va se fragmenter. Les individus auront besoin de se regrouper en microcommunautés autour de leurs passions personnelles.

Paradoxalement, pour éviter de vivre dans ne société totalement atomisée, nos jeunes seront de plus en plus en quête d’un bien-être personnel.  


LA CRISE DE L’EDUCATION


Des collèges jésuites du XVIè siècle aux lycées de la IIIè République, c’est l’enseignement qui a assuré la transmission du patrimoine culturel et la pérennité des valeurs morales qui fondaient le lien social.

Or, dans les années 1960, l’enseignement a subi de plein fouet les effets de l’esprit du temps et d’un nouveau conformisme, l’impact d’une critique radicale par une école sociologique qui a détruit la confiance de la société et sapé l’estime que les enseignants avaient pour leur métier. Ils pensaient travailler à la démocratisation et pour la promotion sociale ; on les assurait qu’ils concouraient à la reproduction d’une caste. Ils s’imaginaient diffuser des valeurs universelles : on leur démontraient qu’ils entretenaient des idées qui perpétuaient la domination d’une classe ; l‘institution s’en est trouvée délégitimée.

Avec ce doute sur l’universalité, nous touchons sans doute à la racine même de la crise qui affecte les valeurs sur lesquelles se fonde la cohésion du corps social ; si ces valeurs n’étaient que celles d’une classe sociale ou d’une civilisation particulière, sur quoi édifier un socle commun ?

Un mélange de suspicion et d’esprit critique fait aujourd’hui le fond de l’esprit public et règle toutes nos relations, par exemple avec la politique. Il n’encourage guère le citoyen à sacrifier ses aises, son confort à l’intérêt général ou à des valeurs réputées supérieures.


UNE SOCIETE EN PANNE DE TRANSMISSION


Ce que les Arrières Grands Parents ont transmis aux Grands Parents, ce que les Grands Parents ont transmis aux Parents, les Parents ne le transmettent plus à leurs enfants.

Nous vivons une fracture historique.

Les plus grandes difficultés rencontrées dans notre Société ne viennent pas seulement des « accidents » de la vie familiale : familles éclatées, enfants dispersés... Elles viennent aussi de nos inhibitions qui nous font redouter d’« influencer » les jeunes dans leur liberté personnelle.

Nous croyons que le silence sur les valeurs que nous avons reçues, manifeste un plus grand respect de la liberté. Nous oublions aussi combien ce silence, augmenté du silence sur les repères moraux de la vie, conditionne des jeunes libertés plus qu’une parole authentique.

Alors que beaucoup de Parents sont soucieux, jusqu'à l’anxiété, d’équiper le mieux possible leurs enfants pour l’avenir, ils prennent un peu vite leur parti de ce qui constitue la meilleure chance de réussir leur vie.

Ils choisissent de ne pas leur faire découvrir :

· Qui fonde la dignité de la personne humaine  

· Ou est la source du vrai Bonheur

Nous ne pouvons transmettre que ce que nous avons reçu.

Quel drame pour les générations futures ! !

Quelle lourde responsabilité pour notre génération ! !


LA CRISE DU LOGEMENT


Ils poussent par paquets de quinze ou vingt, ces lotissements de maisonnettes.

Chacun chez soi, dans son domaine qui parfois n’excède pas les six cents mètres carrés. Les villes s’éclatent partout, en mille et mille miettes de maisons sans génie, de façades et de toitures sans lien avec le goût ancestral des contrées où elles poussent comme du chiendent.

C’est la France ni urbaine, ni rurale, annonciatrice des temps futurs d’une nation où le rêve commun est de constituer des donjons mentaux derrière les haies de thuyas d’où s’échappent les nuages des barbecues et, dès onze heures du matin, les effluves d’apéritif.

Une France du claquemuré. Le prix des logements qui devient hors de portée et aussi l’insécurité des quartiers populaires ont fait fuir vers ce qu’ils croient être la campagne des millions de Français.

Ils ne demandent rien à personne, sauf au banquier d’être souple pour le remboursement de prêts excessifs. Ces habitants, on ne les voit pas : partis tôt le matin, enfermés le soir. Le jardinet est l’unique patrie, la commune une adresse, l’école un dû, la télévision le lien avec le monde extérieur. On ne les voit pas se promener.

A vingt heures plus personne ne bouge.

Ces villages, qui n’en sont plus, vont transformer la France en une Amérique pauvre et sans repères. 


Parmi les difficultés que rencontrent les familles, le logement est sûrement un problème majeur.

Notre pays connaît aujourd’hui une crise profonde du logement.

Son coût conduit trop de familles à un éloignement de leurs lieux de travail, source d’épuisement et de déstructuration. L’accès à la propriété reste souvent un rêve inaccessible.

Les logements sociaux sont trop peu nombreux, pas toujours habités par ceux qui y auraient droit ou alors isolés dans des quartiers sans mixité sociale.

La séparation des couples et la recomposition des familles augmentent les besoins.

Au-delà des difficultés techniques considérables pour résoudre cette question, le logement doit être, pour l’État, une priorité politique essentielle.

Il n’existe pas de bonne économie sans le respect des personnes et le logement est une priorité.

Partager cet article

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article

commentaires

Recherche

Relations Humaines

"La grandeur d'un métier est peut-être avant tout, d'unir les Hommes.

Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des Relations Humaines.

En travaillant pour les seuls biens matériels, nous batissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre."


                                                                                                                                       Antoine de Saint- Exupéry 

English

Principal Auteur Cité

AUTRES AUTEURS CITÉS

ALBERT CAMUS : BONHEUR
ALBERT CAMUS : DIGNITÉ DE VIVRE ET DE MOURIR
ALBERT CAMUS : HAINE ET MÉPRIS
ALBERT CAMUS : JUGEMENT
ALBERT CAMUS : LE DROIT ET LA FORCE
ALBERT ROUET : CHEMIN VERS SOI
ALBERT ROUET : COMPLEXITÉ DES RELATIONS A L’AUTRE
ALBERT ROUET : L’AUTRE
ALBERT ROUET : RIGIDITÉ
ALBERT ROUET : TRAVAIL, LIEU DES CONTRADICTIONS D’UNE SOCIÉTÉ
ALBERT SCHWEITZER : CIVILISATION ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : BONHEUR
ANDRE COMTE-SPONVILLE : MORALE ET CAPITALISME
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : MORALE ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : PETIT TRAITE DES GRANDES VERTUS
ARISTOTE : BONHEUR
ARISTOTE : HEUREUX
ARISTOTE : PRUDENCE
AUGUSTIN : BONHEUR
AUGUSTIN : COMPRENDRE
AUGUSTIN : DOMINATION
AUGUSTIN : ETRE GRAND
AUGUSTIN : VOIR, SUPPORTER, ACCEPTER
AXEL KAHN : ALTÉRITÉ
AXEL KAHN : DÉFINITION DU BIEN
AXEL KAHN : SPLENDEUR DE L’HUMANITÉ
BADEN POWEL : POUR UN MONDE MEILLEUR
BERNANOS : INFIRMITÉ
BERNANOS : LE SECRET DU BONHEUR
BERNANOS : OBLIGATIONS
BERNANOS : PATIENCE
BERNANOS : RECONCILIÉ AVEC SOI MEME
CAMUS : ASPIRATIONS ESSENTIELLES DE L’HOMME
CAMUS : DIRECTION DES HOMMES
CAMUS : MONDE INSUPPORTABLE
CAMUS : NE RIEN ENVIER
CHARLES DE FOUCAULD : PARFAITE OBÉISSANCE
CHARLES DE FOUCAULD : RENAÎTRE
CHARLES JOURNET : LE MAL
CHARLES PEGUY : LE MAL
CHRISIAN DE CHERGÉ : COEUR
CHRISIAN DE CHERGÉ : L’AUTRE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : COURAGE !
CHRISTIAN DE CHERGÉ : DE RICHES VERTUS
CHRISTIAN DE CHERGÉ : ENGAGEMENT
CHRISTIAN DE CHERGÉ : LA VIE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : MERCI
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CLAUDE LÉVI STRAUSS
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : HUMILITÉ
CLAUDE RAULT : MESSAGE DU SAHARA 
CLAUDE RAULT : REFROIDISSEMENT 
DESCARTES : CE QU’EST L’HOMME
DESCARTES : LE BON SENS
DESCARTES : LES QUATRES PRÉCEPTES
DOSTOIEVSKI : RICHESSE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDITH STEIN : ETRE
EDITH STEIN : INTÉRIORITÉ ET ALTÉRITÉ
EDITH STEIN : QU'IL EST BEAU ET BON DE VIVRE 
EDITH STEIN : RESPONSABILITÉ
EDITH STEIN : SA PERSONNALITÉ
EDITH STEIN : SA VIE
EDITH STEIN : SERVICE
EDITH STEIN : TOUT SUR SA VIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’INDIVIDUALISME
EDITH STEIN ET LA RESPONSABILITÉ
ELIE WIESEL : BIEN OU MAL
ELIE WIESEL : IDÉE DE L’HOMME
EMMANUEL LEVINAS ET SARTRE : LIBERTÉ
ÉRASME : HOMME DEBOUT
ERIK ORSENNA : VALEUR TRAVAIL
ERNEST HEMINGWAY : HUMILITÉ
ETTY HILLESUM : BONHEUR
ETTY HILLESUM : ÊTRE
ETTY HILLESUM : FONDS COMMUN
ETTY HILLESUM : LA VIE EST BELLE
ETTY HILLESUM : PAROLE
ETTY HILLESUM : S’AGUERRIR
ETTY HILLESUM : UN SENS A LA VIE
ETTY HILLESUM : UN SENS DE LA VIE
ETTY HILLESUM : UNE VIE BOULEVERSÉE
FRANCOIS VARILLON : DÉSESPOIR
FRANCOIS VARILLON : JOYEUX
GANDHI : CUPIDITÉ
GRÉGOIRE DE NYSSE : CELUI QUI MONTE
HANNAH ARENDT
HANNAH ARENDT : ACTIVITÉS HUMAINES
HANNAH ARENDT : AUTORITÉ
HANNAH ARENDT : BONTÉ
HANNAH ARENDT : CHAQUE HOMME EST UNIQUE
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : ÉCONOMIE DE GASPILLAGE
HANNAH ARENDT : ÉDUCATION
HANNAH ARENDT : LE MIRACLE QUI SAUVE LE MONDE
HANNAH ARENDT : LIBERTÉ
HANNAH ARENDT : PARDON
HANNAH ARENDT : PAROLE
HANNAH ARENDT : PENSER LE TOTALITARISME
HANNAH ARENDT : POUVOIR
HANS JONAS : ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ ET ESPÉRANCE
HANS KÜNG : GRANDEUR ET MISÈRE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : STRUCTURE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : VÉRITÉ
HEIDEGGER : ÊTRE ET ÉTANT
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : LE MÉTIER DE LA PENSÉE
HEIDEGGER : LE MIRACLE DES MIRACLES
HEIDEGGER : PENSÉE
HENRI de LUBAC : IGNORANCE
HENRI de LUBAC : MÉPRIS
HENRI de LUBAC : PARADOXES
HENRI de LUBAC : PATIENCE
HENRI DE LUBAC : SOLEIL
HENRI de LUBAC : SOUFFRANCE
HENRI QUINSON : NOUVELLE SOCIÉTÉ
HENRI TEISSIER : UN MODÈLE A SUIVRE
HUSSERL : SENS DE CETTE EXISTENCE HUMAINE
JACQUES MARITAIN : ÉLOGE DU DON
JACQUES MARITAIN : ESSENTIEL
JACQUES MARITAIN : PAROLE DE SAGE
JAURES : DIRIGER
JEAN CHRYSOSTOME : BONHEUR INFINI
JEAN CHRYSOSTOME : HUMILITÉ
JEAN GIONO : CARACTÈRE INOUBLIABLE
JEAN GUITTON : DANS LE VENT
JEAN GUITTON : LA MORT
JEAN GUITTON : OBÉISSANCE
JEAN GUITTON : ORGUEIL
JEAN LUC MARION : LE PROPRE DE L’HOMME
KANT : ACTION ÉTHIQUE
KANT : ACTIONS BONNES OU MAUVAISES
KANT : CONTRAINTE
KANT : EXIGENCES DE LA PENSÉE
KANT ET LE MANAGEMENT
KARL BARTH : L’ESSENCE DU MAL
KARL JASPERS : ANONYMAT
KARL JASPERS : AUTORITÉ ET RAISON
KARL JASPERS : CONDUITE SENSÉE
KARL JASPERS : LIBERTÉ
KARL JASPERS : RACINES
KARL JASPERS : VÉRITÉ ET COMMUNICATION
KARL RAHNER : L'ÉTANT FINI
KHALIL GIBRAN : ÉLOGE DU TRAVAIL
KIERKEGAARD : ANGOISSE
KIERKEGAARD : COMPRENDRE
KIERKEGAARD : INCOMPRÉHENSIBLE
KIERKEGAARD : POUR UNE VIE NOUVELLE
KIERKEGAARD : SOUFFRANCE
KIERKEGAARD : SUR LE CHEMIN DE LA VIE
KIM EN JOONG
LA BRUYERE : MODESTIE
LACAN : LUMIÈRE
LACAN ET L’INCOMPLÉTUDE
LOUIS MARIE BILLÉ : UN MODÈLE POUR NOUS
MALRAUX : JUGER
MARCEL GAUCHET : EXTRAORDINAIRE BOULEVERSEMENT
MARCEL MAUSS : ESSAI SUR LE DON
MAURICE BELLET : LE LIEU DU COMBAT
MAURICE BLONDEL : ÉLOGE DE L’ACTION
MAURICE BLONDEL : EXIGENCE
MAURICE ZUNDEL : CONQUÊTE DE SOI
MAURICE ZUNDEL : CROYEZ-VOUS EN L’HOMME ?
MAURICE ZUNDEL : DIGNITÉ HUMAINE
MAURICE ZUNDEL : ÉCOUTE ET SILENCE
MAURICE ZUNDEL : HUMAIN
MAURICE ZUNDEL : LIBERTÉ
MAURICE ZUNDEL : RENCONTRE VÉRITABLE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE L’EXISTENCE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE LA DESTINÉE
MAURICE ZUNDEL : SILENCE 
MAURICE ZUNDEL : TRAVAIL
MAURICE ZUNDEL : VIE INACCOMPLIE
MAURICE ZUNDEL : VOCATION DE L’HOMME
MAX WEBER : ÉTHIQUE
MICHEL ALBERT : BONNE SANTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : ÉTERNITÉ
MONTESQUIEU : MÉPRIS
MONTESQUIEU : POUVOIR
NEWMAN : CONDITION HUMAINE
NEWMAN : ÉVOLUTION DE L’HOMME
NEWMAN : NÉANT DE CE MONDE
NEWMAN : VRAI GENTLEMAN
NIETZSCHE : APPRÉCIATION
NIETZSCHE : AVENIR
NIETZSCHE : CERTITUDE
NIETZSCHE : CRUAUTÉ
NIETZSCHE : ÉLOGE DU SILENCE
NIETZSCHE : FINITUDE DE L’HOMME
NIETZSCHE : MÉPRIS DE SOI
NIETZSCHE : MONDE DÉSTRUCTURÉ
NIETZSCHE : TRISTE SOCIÉTÉ
NIETZSCHE : VÉRITÉ
NIETZSCHE ET TEILHARD DE CHARDIN
NORBERT SEGARD
NORBERT SEGARD : BONHEUR
NORBERT SEGARD : UN MODÈLE
PASCAL : DIVERTISSEMENT
PASCAL : MOI
PASCAL : MORT
PASCAL : PARAÎTRE
PASCAL : PUISSANCE
PASCAL : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
PAUL CLAUDEL : VRAI ET RIEN
PAUL RICOEUR : ACTION
PAUL RICOEUR : ÉTHIQUE
PAUL RICOEUR : L’AUTRE
PAUL RICOEUR : MAL ET BONTÉ
PAUL RICOEUR : PARDON
PAUL RICOEUR : VALEUR DE L’HOMME
PAUL TILLICH : ANGOISSE
PAUL VALADIER : HOMME, ANIMAL MALADE
PÉGUY, BERNANOS, CLAUDEL : ARGENT 
PIERRE CLAVERIE
PIERRE CLAVERIE : L’AUTRE
PIERRE, PAUL ET JEAN
PLATON : AUTORITÉ
RABELAIS : DÉSESPOIR
RENÉ GIRARD : DÉSIR MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : HOMME MAÎTRE DU MONDE
RENÉ GIRARD : OPTIMISME
RENÉ GIRARD : ORIGINE DES CONFLITS
RENÉ GIRARD : RIVALITÉ MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : TERRORISME
RENÉ GIRARD : URGENCE
ROMAIN ROLLAND : BATAILLE DE L’HOMME
ROUSSEAU ET AUGUSTIN
SAINT EXUPERY : SILENCE
SAINT-EXUPERY : BUT COMMUN
SAINT-EXUPERY : CATHÉDRALE
SAINT-EXUPERY : CITATIONS POUR MANAGER
SAINT-EXUPERY : DÉSERT
SAINT-EXUPERY : HAINE
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : JUSTICE
SAINT-EXUPERY : L’ART DES PETITS PAS
SAINT-EXUPERY : L’ESSENTIEL OUBLIÉ
SAINT-EXUPERY : LE PETIT PRINCE
SAINT-EXUPERY : LE TEMPS
SAINT-EXUPÉRY : MOZART ASSASSINÉ
SAINT-EXUPERY : PAROLE DE SAGE POUR UN MANAGER
SAINT-EXUPERY : QUALITÉ DE LA CIVILISATION
SAINT-EXUPERY : RACINES
SAINT-EXUPERY : RESPONSABLE
SAINT-EXUPERY : STABILITÉ
SAINT-EXUPERY : TOURNÉ VERS SOI
SAINT-EXUPERY : VANITÉ DE L’HOMME
SAINT-EXUPERY : VOYAGE
SARTRE : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
SERGE DASSAULT : GESTION PARTICIPATIVE
SPINOZA : JUSTICE
TEILHARD DE CHARDIN : APPARITION DE L’HOMME
TEILHARD DE CHARDIN : AVENIR
TEILHARD DE CHARDIN : DÉFI A LA PENSÉE
TEILHARD DE CHARDIN : DÉSORDRE
TEILHARD DE CHARDIN : EFFORT
TEILHARD DE CHARDIN : LE MONDE SE CONSTRUIT
TEILHARD DE CHARDIN : MANTEAU D’HUMANITÉ
TEILHARD DE CHARDIN : MONDE STUPIDE
TEILHARD DE CHARDIN : OEUVRE
TEILHARD DE CHARDIN : PAIX
TEILHARD DE CHARDIN : PRENDRE DE LA HAUTEUR
TEILHARD DE CHARDIN : RÉFLEXIONS SUR LA CRISE
TEILHARD DE CHARDIN : RÉUSSITE
TEILHARD DE CHARDIN : SOUFFRANCE
TEILHARD DE CHARDIN : VALEUR ABSOLUE
TEILHARD DE CHARDIN : VIE FONTALE
TEILHARD DE CHARDIN : VISION DU MONDE
TEILHARD DE CHARDIN : VIVE LA VIE !
TEILHARD DE CHARDIN : VOLONTÉ DE VIVRE
THEODORE MONOD
THÉODORE MONOD : LE PROPRE DE L’HUMAIN
THEODORT MONOD : DÉSERT 
THOMAS D’AQUIN
THOMAS D’AQUIN : ÉQUITÉ
THOMAS HOBBES : RIRE
THOMAS JEFFERSON : UN VISIONNAIRE !
THOMAS MANN : BONHEUR
TOCQUEVILLE : RELATIVISME
TOLSTOÏ : FORMER SA RAISON
VOLTAIRE : CUPIDITÉ ET ORGUEIL
YVES CONGAR : ESPRIT POSSESSIF