9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 02:00
L'ÉTHIQUE AU SERVICE DU MANAGEMENT








On dit communément que pour motiver un salarié il faut mettre en évidence le gain qu’il peut escompter. On se fait plutôt une représentation matérielle de ce gain. Cette approche, sans doute vraie, est cependant insuffisante au vu de ce qu’est devenue l’entreprise et de l’évolution des aspirations des salariés.


N’est-ce pas aussi le sens qu’elle pourra y trouver qui peut motiver une personne dans l’entreprise ?
   

L’entreprise n’a jamais été aussi exigeante vis-à-vis des salariés. Le défi qu’elle leur lance est considérable. Elle les oblige :

¨ à puiser dans leurs ressources personnelles pour trouver la force de s’impliquer, sachant que les visibilités offertes sont faibles ;

¨ à faire attention aux conséquences de leur comportement, emprunt d’idéaux et de conceptions particulières, sur les autres. Jamais sans doute l’influence de chacun n’a été aussi importante pour le bien-être ou le malaise des autres !

¨ à ne pas tomber dans un excès d’individualisme subordonnant trop l’engagement dans l’entreprise au "chacun pour soi". Dans les situations de travail complexes et aléatoires, la tentation peut être grande de se replier alors qu’il faudrait au contraire redoubler d’implication et de sens collectif !


L’engagement demandé aux salariés est de plus en plus global. Distinguer le professionnalisme et la personne est devenu artificiel. La généralisation de l’approche du professionnalisme à travers la notion de compétence en dit long sur cet état de fait.

Dès que l’on parle des compétences d’une personne, les qualités techniques, les qualités personnelles se confondent.

Le salarié qui veut maintenir sa compétence doit élargir  le domaine de sa technicité, et peut-être surtout, développer ses qualités humaines et relationnelles.

Réunir les conditions d’un engagement professionnel ne consiste pas simplement à accumuler de la technicité mais aussi et surtout à mettre en concordance ses activités professionnelles avec son projet personnel, à s’interroger sur son comportement vis-à-vis de ses collègues, à trouver un sens à s’investir dans l’entreprise.


Cependant, ce que l’entreprise attend de ses salariés n’est pas arbitraire. Elle conditionne sa performance. L’entreprise n’a jamais été aussi tributaire de la qualité du comportement de chacun de ses membres. Cette approche éthique part de l’individu.

L’éthique, telle que nous allons la développer, aide à  construire une assise qui  évite le seul individualisme ou les recherches d’entraides uniquement corporatistes. Elle constitue une des conditions de cette fameuse confiance à laquelle tout le monde aspire.

Dans le cadre de la vie en entreprise actuelle, l’éthique constitue une ressource stratégique pour trouver une force de motivation qui concilie développement personnel et performance de l’entreprise.

Au cours des trente dernières années, nous sommes progressivement passés d’une entreprise qui laissait peu de place à l’individu à une entreprise qui  en fait  le pivot de sa réussite. Cette nouvelle condition faite aux salariés s’exprime par la grande qualité de conduite professionnelle et personnelle qui est attendue d’eux. Elle se met en place avec de nombreuses tensions et contradictions. Les salariés sont mis dans des positions d’autonomie et de responsabilité qui répondent à leurs aspirations mais sont lourdes à porter. L’éthique vient au service de cette nouvelle condition salariale.


Un développement éthique en situation de travail peut être un levier d’estime de soi, de confiance et d’engagement sensé dans l’entreprise.


L’interactivité et l’importance du relationnel

La capacité à s’intégrer dans des systèmes de relation, mais aussi à les promouvoir et à les développer, est devenue un levier clé du professionnalisme. Cette capacité relationnelle est non seulement indissociable de la technicité mais tend à en devenir une condition nécessaire.

Cet aspect relationnel est omniprésent dans l’entreprise. Dès l’entretien d’embauche, il est au cœur des préoccupations de l’entreprise. Ainsi, pour les professionnels dûment qualifiés techniquement, qui sont nombreux et en concurrence, l’entretien d’embauche portera peu sur la technicité, mais ce sont les capacités relationnelles qui seront sondées.

Ce critère du relationnel n’est pas seulement un moyen pour des candidats de faire la différence, il est de plus en plus reconnu et recherché comme constitutif du professionnalisme.

Réactivité et capacités relationnelles sont liées.

Il faut prendre la mesure de ce que représente ces défis relationnels de nos jours. Le temps est révolu des traditions de solidarité générées par des équipes homogènes.

Désormais ce sont des individualités, avec des parcours et des aspirations différenciés, qui doivent inventer des formes de coopération.

Le temps est également lointain où l’encadrement de proximité décrétait et imposait ses solutions.

Le traitement des problèmes suppose désormais des processus qui suscitent l’adhésion.

L’entreprise performante se mobilise pour satisfaire les besoins de ses clients.

A l’entreprise cloisonnée et verticalisée fait place l’entreprise centrée transversalement sur la satisfaction de ceux-ci. Le client n’est pas seulement le client externe ou final, c’est aussi le collègue ou le service qui attend une prestation répondant à ses propres besoins.

L’image de l’entreprise comme une chaîne où chacun est un maillon met en évidence cette interdépendance. La difficulté à se centrer sur les besoins des autres affaiblit la chaîne. Ce qui est techniquement bon pour soi n’est pas nécessairement l’optimum pour celui qui est destinataire de cette activité.

La relation client/fournisseur  suppose cette capacité à se décentrer pour agir en se mettant à la place de l’autre.

Dans cette logique, certaines entreprises reconfigurent leur organisation afin de s’assurer que les prestations individuelles constituent bien une valeur ajoutée maximum par rapport à leur destinataire interne et du client final. Dans ces entités ayant fait l’objet de reingeniering, l’interdépendance est extrême.

Cette interdépendance ne peut pas être complètement régulée par des procédures, des contrats ou par les périmètres d’action définis par les postes de travail.

Les ajustements et les régulations s’opèrent par le relationnel, la disponibilité, l’accueil, l’amabilité, l’écoute, l’aide « après vente ».

Au quotidien le travail d’équipe est bien souvent devenu la modalité principale des activités.

Générer et maintenir une compétence collective est une tâche difficile.

Il faut s’assurer que les rôles optimisent la motivation. Il ne peut y avoir d’un côté ceux qui pensent et qui ont les tâches nobles, même s’ils sont hiérarchiques, et de l’autre les exécutants. Les opérateurs exigent leur part de pouvoir et de responsabilité comme condition de leur propre motivation.

Les équilibres sont constamment remis en question. Au-delà des descriptifs de poste et des contrats, la régulation relationnelle a un rôle primordial. Elle seule permet, par la discussion, l’échange, l’écoute réciproque, de construire cette efficacité collective qui est la somme des compétences individuelles.


Le cas des experts

L’expertise pourrait être la filière qui échappe à cette omniprésence du relationnel. Pourtant l’expert ne pouvant plus par lui-même détenir l’état de l’art de son domaine, sa compétence tient aussi à sa capacité à pouvoir solliciter un réseau. Ce réseau ne se constituera pas spontanément. Il supposera de la part de l’expert une capacité minimum à jouer le jeu du « don et du contre-don » qui font vivre les réseaux.

La portée du comportement sur les autres

L’autre est d’abord rencontré, dans l’entreprise, comme un instrument ou une ressource nécessaire à l’accomplissement de son propre travail.

Dans ce contexte peut-on faire l’économie d’une interrogation sur la portée du comportement sur l’autre ?

Ne doit-on  pas être vigilant dans toutes les circonstances qui amènent à réduire l’autre à une utilité ? Où se situe la frontière entre les décisions nécessaires à l’intérêt de l’entreprise et ce qui devient de l’indifférence ou du mépris de l’autre ?

A quelles conditions est-il envisageable d’aborder l’autre avec le même souci que nous avons de nous-mêmes ? Comment faire qu’à un développement de soi corresponde une possibilité au moins identique de développement de l’autre ?

Intellectuellement on peut se mettre d’accord sur l’importance de ce que chacun doit aux autres. Si nous étions cohérents, ne devrions-nous pas agir dans le sens de l’ouverture à l’autre ? Pourtant les pratiques sont loin d’en être là. Comment édifier un rapport aux autres qui réduise ces contradictions ?

La qualité des relations est tributaire de la façon dont chacun construit son rapport à l’autre.

Cela amène à l’aspect éthique du comportement.


L’approche éthique

L’approche éthique considère que l’idéal de ce qu’il est bon de faire procède d’une construction personnelle. Cet idéal de ce qu’il est bon de faire s’enracine dans la recherche par chacun d’une vie heureuse. Alors que la morale recherche la conformité, l’éthique est plus une élaboration dans laquelle chacun cherche à développer le meilleur de lui-même. La tradition philosophique aristotélicienne représente cette approche éthique.

La démarche éthique correspond à un mouvement d’élaboration plus personnel, plus pragmatique aussi, où peuvent se concilier, et non pas se neutraliser, un mouvement d’amélioration de soi et un mouvement d’amélioration de sa performance au travail.


Le rapport éthique aux autres et la confiance

Le rapport éthique aux autres correspond à ce questionnement par lequel l’individu se préoccupe de son comportement envers les autres.

En situation de travail, le fait d’inspirer confiance peut être le fil conducteur pragmatique d’une construction de son rapport aux autres. Quelle sérénité lorsque la confiance est au rendez-vous !

Le geste éthique constitue ce moment où, alors qu’il va s’immerger d’une manière technicienne dans l’action, l’individu l’éclaire et la subordonne à une autre dimension, beaucoup plus subjective et personnelle. Le cadre de référence de cette dimension n’est plus seulement le résultat opérationnel direct à obtenir mais aussi un questionnement à la fois plus global et plus personnel de l’action dans son rapport à soi, aux autres et à l’entreprise.

Le geste éthique élève l’exigence de qualité de l’action.


La logique technicienne et la logique éthique

L’approche éthique invite à une construction plus exhaustive et plus exigeante de l’action dans l’entreprise. L’action y répond à une double finalité, celle de la résolution des problèmes opérationnels, c’est la finalité technicienne, et la finalité éthique qui la réfère et la soumet à une intériorité porteuse de l’exigence d’évaluer ce qu’elle vaut pour soi, pour les autres et pour l’entreprise.

L’éthique de la responsabilité correspond à une approche où le responsable essaie de prendre en compte, dans ses décisions, les effets de ses actions. Il est ainsi amené à s’appuyer sur ceux  qui sont potentiellement concernés par ses décisions, pour anticiper avec eux les effets qu’elles vont avoir.


Produire du sens
 
Le rapport éthique à l’entreprise consiste à se construire un comportement à travers lequel nous influençons l’entreprise pour qu’elle se développe comme institution, c’est-à-dire produise une sociabilité digne de notre époque, respecte et génère des valeurs qui « réenchantent  la vie collective ».

Le sens est au bout de cette conduite personnelle ; il en est l’aboutissement et non le préalable.

La production du sens, par chaque salarié, est une condition déterminante pour s’impliquer dans des entreprises en perpétuel changement et dont l’objectif premier doit être le résultat.

Produire du sens, c’est avoir trouvé un rapport positif à l’entreprise.

Partager cet article

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article

commentaires

Recherche

Relations Humaines

"La grandeur d'un métier est peut-être avant tout, d'unir les Hommes.

Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des Relations Humaines.

En travaillant pour les seuls biens matériels, nous batissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre."


                                                                                                                                       Antoine de Saint- Exupéry 

English

Principal Auteur Cité

AUTRES AUTEURS CITÉS

ALBERT CAMUS : BONHEUR
ALBERT CAMUS : DIGNITÉ DE VIVRE ET DE MOURIR
ALBERT CAMUS : HAINE ET MÉPRIS
ALBERT CAMUS : JUGEMENT
ALBERT CAMUS : LE DROIT ET LA FORCE
ALBERT ROUET : CHEMIN VERS SOI
ALBERT ROUET : COMPLEXITÉ DES RELATIONS A L’AUTRE
ALBERT ROUET : L’AUTRE
ALBERT ROUET : RIGIDITÉ
ALBERT ROUET : TRAVAIL, LIEU DES CONTRADICTIONS D’UNE SOCIÉTÉ
ALBERT SCHWEITZER : CIVILISATION ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : BONHEUR
ANDRE COMTE-SPONVILLE : MORALE ET CAPITALISME
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : MORALE ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : PETIT TRAITE DES GRANDES VERTUS
ARISTOTE : BONHEUR
ARISTOTE : HEUREUX
ARISTOTE : PRUDENCE
AUGUSTIN : BONHEUR
AUGUSTIN : COMPRENDRE
AUGUSTIN : DOMINATION
AUGUSTIN : ETRE GRAND
AUGUSTIN : VOIR, SUPPORTER, ACCEPTER
AXEL KAHN : ALTÉRITÉ
AXEL KAHN : DÉFINITION DU BIEN
AXEL KAHN : SPLENDEUR DE L’HUMANITÉ
BADEN POWEL : POUR UN MONDE MEILLEUR
BERNANOS : INFIRMITÉ
BERNANOS : LE SECRET DU BONHEUR
BERNANOS : OBLIGATIONS
BERNANOS : PATIENCE
BERNANOS : RECONCILIÉ AVEC SOI MEME
CAMUS : ASPIRATIONS ESSENTIELLES DE L’HOMME
CAMUS : DIRECTION DES HOMMES
CAMUS : MONDE INSUPPORTABLE
CAMUS : NE RIEN ENVIER
CHARLES DE FOUCAULD : PARFAITE OBÉISSANCE
CHARLES DE FOUCAULD : RENAÎTRE
CHARLES JOURNET : LE MAL
CHARLES PEGUY : LE MAL
CHRISIAN DE CHERGÉ : COEUR
CHRISIAN DE CHERGÉ : L’AUTRE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : COURAGE !
CHRISTIAN DE CHERGÉ : DE RICHES VERTUS
CHRISTIAN DE CHERGÉ : ENGAGEMENT
CHRISTIAN DE CHERGÉ : LA VIE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : MERCI
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CLAUDE LÉVI STRAUSS
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : HUMILITÉ
CLAUDE RAULT : MESSAGE DU SAHARA 
CLAUDE RAULT : REFROIDISSEMENT 
DESCARTES : CE QU’EST L’HOMME
DESCARTES : LE BON SENS
DESCARTES : LES QUATRES PRÉCEPTES
DOSTOIEVSKI : RICHESSE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDITH STEIN : ETRE
EDITH STEIN : INTÉRIORITÉ ET ALTÉRITÉ
EDITH STEIN : QU'IL EST BEAU ET BON DE VIVRE 
EDITH STEIN : RESPONSABILITÉ
EDITH STEIN : SA PERSONNALITÉ
EDITH STEIN : SA VIE
EDITH STEIN : SERVICE
EDITH STEIN : TOUT SUR SA VIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’INDIVIDUALISME
EDITH STEIN ET LA RESPONSABILITÉ
ELIE WIESEL : BIEN OU MAL
ELIE WIESEL : IDÉE DE L’HOMME
EMMANUEL LEVINAS ET SARTRE : LIBERTÉ
ÉRASME : HOMME DEBOUT
ERIK ORSENNA : VALEUR TRAVAIL
ERNEST HEMINGWAY : HUMILITÉ
ETTY HILLESUM : BONHEUR
ETTY HILLESUM : ÊTRE
ETTY HILLESUM : FONDS COMMUN
ETTY HILLESUM : LA VIE EST BELLE
ETTY HILLESUM : PAROLE
ETTY HILLESUM : S’AGUERRIR
ETTY HILLESUM : UN SENS A LA VIE
ETTY HILLESUM : UN SENS DE LA VIE
ETTY HILLESUM : UNE VIE BOULEVERSÉE
FRANCOIS VARILLON : DÉSESPOIR
FRANCOIS VARILLON : JOYEUX
GANDHI : CUPIDITÉ
GRÉGOIRE DE NYSSE : CELUI QUI MONTE
HANNAH ARENDT
HANNAH ARENDT : ACTIVITÉS HUMAINES
HANNAH ARENDT : AUTORITÉ
HANNAH ARENDT : BONTÉ
HANNAH ARENDT : CHAQUE HOMME EST UNIQUE
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : ÉCONOMIE DE GASPILLAGE
HANNAH ARENDT : ÉDUCATION
HANNAH ARENDT : LE MIRACLE QUI SAUVE LE MONDE
HANNAH ARENDT : LIBERTÉ
HANNAH ARENDT : PARDON
HANNAH ARENDT : PAROLE
HANNAH ARENDT : PENSER LE TOTALITARISME
HANNAH ARENDT : POUVOIR
HANS JONAS : ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ ET ESPÉRANCE
HANS KÜNG : GRANDEUR ET MISÈRE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : STRUCTURE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : VÉRITÉ
HEIDEGGER : ÊTRE ET ÉTANT
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : LE MÉTIER DE LA PENSÉE
HEIDEGGER : LE MIRACLE DES MIRACLES
HEIDEGGER : PENSÉE
HENRI de LUBAC : IGNORANCE
HENRI de LUBAC : MÉPRIS
HENRI de LUBAC : PARADOXES
HENRI de LUBAC : PATIENCE
HENRI DE LUBAC : SOLEIL
HENRI de LUBAC : SOUFFRANCE
HENRI QUINSON : NOUVELLE SOCIÉTÉ
HENRI TEISSIER : UN MODÈLE A SUIVRE
HUSSERL : SENS DE CETTE EXISTENCE HUMAINE
JACQUES MARITAIN : ÉLOGE DU DON
JACQUES MARITAIN : ESSENTIEL
JACQUES MARITAIN : PAROLE DE SAGE
JAURES : DIRIGER
JEAN CHRYSOSTOME : BONHEUR INFINI
JEAN CHRYSOSTOME : HUMILITÉ
JEAN GIONO : CARACTÈRE INOUBLIABLE
JEAN GUITTON : DANS LE VENT
JEAN GUITTON : LA MORT
JEAN GUITTON : OBÉISSANCE
JEAN GUITTON : ORGUEIL
JEAN LUC MARION : LE PROPRE DE L’HOMME
KANT : ACTION ÉTHIQUE
KANT : ACTIONS BONNES OU MAUVAISES
KANT : CONTRAINTE
KANT : EXIGENCES DE LA PENSÉE
KANT ET LE MANAGEMENT
KARL BARTH : L’ESSENCE DU MAL
KARL JASPERS : ANONYMAT
KARL JASPERS : AUTORITÉ ET RAISON
KARL JASPERS : CONDUITE SENSÉE
KARL JASPERS : LIBERTÉ
KARL JASPERS : RACINES
KARL JASPERS : VÉRITÉ ET COMMUNICATION
KARL RAHNER : L'ÉTANT FINI
KHALIL GIBRAN : ÉLOGE DU TRAVAIL
KIERKEGAARD : ANGOISSE
KIERKEGAARD : COMPRENDRE
KIERKEGAARD : INCOMPRÉHENSIBLE
KIERKEGAARD : POUR UNE VIE NOUVELLE
KIERKEGAARD : SOUFFRANCE
KIERKEGAARD : SUR LE CHEMIN DE LA VIE
KIM EN JOONG
LA BRUYERE : MODESTIE
LACAN : LUMIÈRE
LACAN ET L’INCOMPLÉTUDE
LOUIS MARIE BILLÉ : UN MODÈLE POUR NOUS
MALRAUX : JUGER
MARCEL GAUCHET : EXTRAORDINAIRE BOULEVERSEMENT
MARCEL MAUSS : ESSAI SUR LE DON
MAURICE BELLET : LE LIEU DU COMBAT
MAURICE BLONDEL : ÉLOGE DE L’ACTION
MAURICE BLONDEL : EXIGENCE
MAURICE ZUNDEL : CONQUÊTE DE SOI
MAURICE ZUNDEL : CROYEZ-VOUS EN L’HOMME ?
MAURICE ZUNDEL : DIGNITÉ HUMAINE
MAURICE ZUNDEL : ÉCOUTE ET SILENCE
MAURICE ZUNDEL : HUMAIN
MAURICE ZUNDEL : LIBERTÉ
MAURICE ZUNDEL : RENCONTRE VÉRITABLE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE L’EXISTENCE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE LA DESTINÉE
MAURICE ZUNDEL : SILENCE 
MAURICE ZUNDEL : TRAVAIL
MAURICE ZUNDEL : VIE INACCOMPLIE
MAURICE ZUNDEL : VOCATION DE L’HOMME
MAX WEBER : ÉTHIQUE
MICHEL ALBERT : BONNE SANTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : ÉTERNITÉ
MONTESQUIEU : MÉPRIS
MONTESQUIEU : POUVOIR
NEWMAN : CONDITION HUMAINE
NEWMAN : ÉVOLUTION DE L’HOMME
NEWMAN : NÉANT DE CE MONDE
NEWMAN : VRAI GENTLEMAN
NIETZSCHE : APPRÉCIATION
NIETZSCHE : AVENIR
NIETZSCHE : CERTITUDE
NIETZSCHE : CRUAUTÉ
NIETZSCHE : ÉLOGE DU SILENCE
NIETZSCHE : FINITUDE DE L’HOMME
NIETZSCHE : MÉPRIS DE SOI
NIETZSCHE : MONDE DÉSTRUCTURÉ
NIETZSCHE : TRISTE SOCIÉTÉ
NIETZSCHE : VÉRITÉ
NIETZSCHE ET TEILHARD DE CHARDIN
NORBERT SEGARD
NORBERT SEGARD : BONHEUR
NORBERT SEGARD : UN MODÈLE
PASCAL : DIVERTISSEMENT
PASCAL : MOI
PASCAL : MORT
PASCAL : PARAÎTRE
PASCAL : PUISSANCE
PASCAL : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
PAUL CLAUDEL : VRAI ET RIEN
PAUL RICOEUR : ACTION
PAUL RICOEUR : ÉTHIQUE
PAUL RICOEUR : L’AUTRE
PAUL RICOEUR : MAL ET BONTÉ
PAUL RICOEUR : PARDON
PAUL RICOEUR : VALEUR DE L’HOMME
PAUL TILLICH : ANGOISSE
PAUL VALADIER : HOMME, ANIMAL MALADE
PÉGUY, BERNANOS, CLAUDEL : ARGENT 
PIERRE CLAVERIE
PIERRE CLAVERIE : L’AUTRE
PIERRE, PAUL ET JEAN
PLATON : AUTORITÉ
RABELAIS : DÉSESPOIR
RENÉ GIRARD : DÉSIR MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : HOMME MAÎTRE DU MONDE
RENÉ GIRARD : OPTIMISME
RENÉ GIRARD : ORIGINE DES CONFLITS
RENÉ GIRARD : RIVALITÉ MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : TERRORISME
RENÉ GIRARD : URGENCE
ROMAIN ROLLAND : BATAILLE DE L’HOMME
ROUSSEAU ET AUGUSTIN
SAINT EXUPERY : SILENCE
SAINT-EXUPERY : BUT COMMUN
SAINT-EXUPERY : CATHÉDRALE
SAINT-EXUPERY : CITATIONS POUR MANAGER
SAINT-EXUPERY : DÉSERT
SAINT-EXUPERY : HAINE
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : JUSTICE
SAINT-EXUPERY : L’ART DES PETITS PAS
SAINT-EXUPERY : L’ESSENTIEL OUBLIÉ
SAINT-EXUPERY : LE PETIT PRINCE
SAINT-EXUPERY : LE TEMPS
SAINT-EXUPÉRY : MOZART ASSASSINÉ
SAINT-EXUPERY : PAROLE DE SAGE POUR UN MANAGER
SAINT-EXUPERY : QUALITÉ DE LA CIVILISATION
SAINT-EXUPERY : RACINES
SAINT-EXUPERY : RESPONSABLE
SAINT-EXUPERY : STABILITÉ
SAINT-EXUPERY : TOURNÉ VERS SOI
SAINT-EXUPERY : VANITÉ DE L’HOMME
SAINT-EXUPERY : VOYAGE
SARTRE : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
SERGE DASSAULT : GESTION PARTICIPATIVE
SPINOZA : JUSTICE
TEILHARD DE CHARDIN : APPARITION DE L’HOMME
TEILHARD DE CHARDIN : AVENIR
TEILHARD DE CHARDIN : DÉFI A LA PENSÉE
TEILHARD DE CHARDIN : DÉSORDRE
TEILHARD DE CHARDIN : EFFORT
TEILHARD DE CHARDIN : LE MONDE SE CONSTRUIT
TEILHARD DE CHARDIN : MANTEAU D’HUMANITÉ
TEILHARD DE CHARDIN : MONDE STUPIDE
TEILHARD DE CHARDIN : OEUVRE
TEILHARD DE CHARDIN : PAIX
TEILHARD DE CHARDIN : PRENDRE DE LA HAUTEUR
TEILHARD DE CHARDIN : RÉFLEXIONS SUR LA CRISE
TEILHARD DE CHARDIN : RÉUSSITE
TEILHARD DE CHARDIN : SOUFFRANCE
TEILHARD DE CHARDIN : VALEUR ABSOLUE
TEILHARD DE CHARDIN : VIE FONTALE
TEILHARD DE CHARDIN : VISION DU MONDE
TEILHARD DE CHARDIN : VIVE LA VIE !
TEILHARD DE CHARDIN : VOLONTÉ DE VIVRE
THEODORE MONOD
THÉODORE MONOD : LE PROPRE DE L’HUMAIN
THEODORT MONOD : DÉSERT 
THOMAS D’AQUIN
THOMAS D’AQUIN : ÉQUITÉ
THOMAS HOBBES : RIRE
THOMAS JEFFERSON : UN VISIONNAIRE !
THOMAS MANN : BONHEUR
TOCQUEVILLE : RELATIVISME
TOLSTOÏ : FORMER SA RAISON
VOLTAIRE : CUPIDITÉ ET ORGUEIL
YVES CONGAR : ESPRIT POSSESSIF