13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 02:00

ganagobie1.gifL’ÉTHIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES

 

 





On assiste à l’entrée en force du discours éthique dans l’entreprise.

 

Partout, les valeurs de « responsabilité » et de « dialogue » sont brandies pour mobiliser les salariés et les cadres, les impliquer dans le projet d’entreprise.

 

Partout, la confusion domine.

 

Les entreprises se réfèrent à l’éthique sans lui donner le même contenu : éthique personnelle, éthique des affaires, etc.

 

Ces discours éthiques, pleins de bons sentiments, apparaissent le plus souvent décalés par rapport aux préoccupations des salariés et déconnectés des réalités économiques et sociales dominées par le conflit et la compétition.

 

Cela signifie-t-il que l’éthique n’a pas sa place dans l’entreprise ?

 

La référence à l’éthique dans le domaine économique, comme dans les autres, est devenue une notion globalisante et fourre-tout.

 

Elle se déploie dans plusieurs registres qu’il est nécessaire de distinguer : l’éthique personnelle des dirigeants et des managers ; les valeurs de la collectivité que forme l’entreprise ; les rapports de l’entreprise avec la société et l’environnement ; l’éthique du monde des affaires concernant les pratiques des placements en bourse et des investissements ; les rapports économiques avec les pays pauvres de la planète…

 

On le voit : le champ recouvert par cette notion d’éthique est vaste ; elle n’appelle pas de réponses simples et homogènes qui s’ordonneraient naturellement autour d’une idée du Bien.

 

Il faut considérer chacun de ces domaines spécifiques et examiner les pratiques effectives ; sinon, on risque d’en rester à de grandes déclarations de principe généreuses et générales qui peuvent faire plaisir, mais ne mènent pas loin.

 

Faute de repères structurants, on verse, d’autre part, dans la confusion des genres.

 

En démocratie, chaque domaine d’activité a ses finalités propres, ce qui ne signifie pas autonomie absolue des activités, mais croisements et conflits possibles entre ces finalités.

 

En d’autres termes, il n’y a pas d’harmonie entre l’éthique, l’économique et le social, mais contradictions, difficile équilibre, compromis…

 

La rentabilité, la recherche du profit étant des finalités économiques inhérentes à l’entreprise, la question éthique intervient sur les conditions de leur obtention pour ceux qui travaillent en entreprise, sur la répartition équitable des profits, sur l’impact de l’activité économique dans la société.

 

Pour chacun de ces domaines, l’éthique de conviction ne suffit pas – et moins encore les bons sentiments.

 

Elle implique, pour reprendre la distinction de Max Weber, une « éthique de responsabilité », qui prend en compte les effets (non forcément voulus mais bien réels) de ses actes dans une situation donnée.

 

Ce qui veut dire : sortir des discours généraux et généreux sur la motivation et la fraternité, pour considérer les pratiques effectives et leurs effets, que l’on ne maîtrise pas avec de bonnes intentions.

 

On y ajoutera, enfin, une autre dimension essentielle, celle d’« institutions justes » – que Paul Ricœur n’oublie pas dans sa définition de l’éthique :

 

« La visée d’une vie bonne par et pour autrui dans des institutions justes. »

 

Cette définition implique une interaction entre l’éthique, l’économie, le droit et la politique.

 

Sans la prise en compte d’« institutions justes », l’éthique verse dans le paternalisme et dans une vision de la société où l’éthique suffirait à réguler les lois du marché.

 

Sans prétendre vouloir tout régenter, la politique et le droit n’en sont pas moins des instances essentielles de régulation de l’activité économique.

 

Autrement dit, la réflexion éthique est amenée à se poser la question du droit du travail, ainsi que d’une politique économique et sociale régulatrice, dans les nouvelles conditions historiques (qui ne sont plus celles des « trente glorieuses »), à l’heure de la mondialisation.

 

Dans ce cadre, la concurrence économique avec les pays dit émergents, qui jouent sur les écarts du coût du travail et de la protection sociale – concurrence qui existe aussi entre les différents pays de l’Union européenne –, est un problème-clef.

 

Nombre de managers conduisent une réflexion sur le sens à donner à leur activité et sur la façon dont ils la conduisent.

 

Leur éthique personnelle accorde une place centrale aux valeurs de l’exemple et du dévouement.

 

Cette démarche rompt avec le relativisme et le cynisme, mais elle ne s’accompagne pas toujours d’une lucidité sur les effets possibles d’une telle approche quand celle-ci s’érige en modèle.

 

La tendance plus ou moins consciente consiste alors à penser les rapports de travail en entreprise sur le modèle d’une relation duelle mue par la sollicitude, un dialogue fraternel de personne à personne.

 

Que de telles situations puissent exister n’implique pas pour autant de vouloir transformer les rapports de travail dans l’entreprise de la sorte, en gommant idéalement les rapports de pouvoir et de subordination, les aspirations, les intérêts, les places différentes de chacun…

 

L’éthique individuelle des managers peut facilement passer du « je » au « nous » communautaire.

 

L’entreprise tend alors à être considérée comme une communauté de personnes unies par les mêmes valeurs.

 

Certains, du reste, n’ont pas hésité à afficher l’éthique et les valeurs comme une sorte de modèle de référence auquel les salariés sont appelés à adhérer, voire sommés de se conformer.

 

La réaction de ceux qui refusent d’entrer dans un tel type de relation ne peut alors manquer d’apparaître comme un geste déloyal et ingrat, rompant un lien de sollicitude et de valeurs supposées communes.

 

Il n’y a pas de ligne droite entre l’éthique individuelle, la relation de personne à personne et la collectivité de travail qu’est l’entreprise.

 

Celle-ci a ses finalités et ses contraintes propres, qu’on ne saurait vouloir transfigurer ; et l’on ne peut « faire le bien » aux gens malgré eux, sinon au risque d’un despotisme qui ne dit pas son nom, en se parant d’une « éthique » qui donne bonne conscience.

 

Faut-il le rappeler : la volonté de faire à tout prix le bien conduit souvent à faire le mal.

 

Tel n’est pas le moindre des paradoxes sur lesquels toute réflexion sérieuse sur l’éthique se doit de méditer, en entreprise comme ailleurs.

 

Comme l’a dit si bien Charles Péguy :

 

« Ce qu’il y a de redoutable dans la réalité de la vie, ce n’est pas la constante juxtaposition du bien et du mal : c’est leur interpénétration, c’est leur mutuelle incorporation, leur nourriture mutuelle, et parfois, leur étrange, leur mystérieuse parenté. »

 

Au nom de l’éthique, le salarié peut être considéré avant tout comme un membre d’une « communauté de valeurs », lié par une sorte de contrat moral, et non comme un salarié attaché à son employeur par un contrat de travail et un citoyen à part entière.

 

La pluralité et les droits des salariés se trouvent alors dissous dans une éthique décrétée commune et qui mélange souvent les plans : la discipline productive, les rapports de coopération et la déontologie professionnelle vont de pair avec un modèle de bons comportements qui va au delà des nécessités productives et empiète sur les libertés individuelles.

 

En d’autres termes, la dimension institutionnelle de l’entreprise exerçant son activité dans le cadre d’une société civile régie par le droit et la négociation est reléguée au second plan, au profit d’une vision de l’entreprise comme communauté première d’appartenance, d’où émaneraient des valeurs et un modèle de bons comportements qui s’imposeraient naturellement et pareillement à tous.

 

Cela peut permettre d’exiger du salarié une implication dans le travail qui entraîne surcharge, stress et pathologies diverses.

 

Combinée à la pression du chômage et l’intensification du travail, une telle pression morale contribue à la déshumanisation du travail, rend l’ambiance de travail pesante et délétère.

 

Le droit du travail introduit précisément dans l’entreprise un ordre tiers et impersonnel qui reconnaît la pluralité, l’expression d’intérêts et d’aspirations différents qu’il n’entend pas réduire.

 

Il ouvre ainsi l’espace au conflit possible et à la négociation, selon des règles supposées connues de tous.

 

Ce droit du travail ne peut être simplement considéré à partir des finalités productives de l’entreprise ou d’une pure efficacité économique.

 

Si c’est le cas, il a tendance à être considéré naturellement comme un frein.

 

Le droit du travail est inséparable de l’idée démocratique, en ce qu’il constitue une barrière protectrice contre tout despotisme, contre les abus et les pressions de toutes sortes sur les salariés.

 

Il pose le principe de sujets libres, autonomes et pluriels, et institue leurs rapports mutuels selon la modalité d’un contrat dont les termes sont reconnus et garantis pas la loi.

 

La conscience de ces principes fondamentaux n’implique pas, pour autant, que le droit du travail n’ait pas à évoluer, qu’il ne faille pas prendre en compte la nouvelle situation économique, la nécessité d’une certaine flexibilité.

 

Mais, du côté patronal, les négociations sur ce point se font souvent implicitement, avec l’idée que l’évolution du droit du travail n’est qu’une simple question d’adaptation à l’économie considérée comme le fondement du réel auquel les autres domaines n’auraient qu’à s’ordonner.

 

Là aussi, la réflexion éthique ne peut se passer d’une réflexion sur la pluralité et la spécificité irréductibles des différents domaines qui ont leurs fins propres.

 

Le problème principal des directeurs de ressources humaines serait aujourd’hui la démotivation des cadres (François Dupuis, La Fatigue des élites).

 

La pression de la performance, la difficulté à gérer le stress, à « lever le pied », ne sont-elles pas préjudiciables à long terme ?

 

Sans verser dans la vision noire de l’entreprise qui se développe actuellement, force est de reconnaître qu’il existe bien un phénomène de déshumanisation du travail, qui considère les salariés comme de simples variables d’ajustement d’une activité économique subissant les pressions financières, et exigeant des retours rapides sur investissement.

 

Dans les grandes entreprises, la collectivité humaine de travail se trouve coincée entre les pressions des actionnaires et celles du « client roi », dans une situation de concurrence exacerbée.

 

Les objectifs fixés tiennent souvent de la gageure : produire et vendre au plus vite, avec moins d’effectifs et à un moindre coût, tout en exigeant une qualité irréprochable.

 

La culture du « chiffre » et du « client roi » entretient la pression.

 

La fonction de manager implique l’idée d’aide et de soutien, en particulier à ceux qui rencontrent le plus de difficultés, ce qui suppose du temps.

 

Cette fonction s’érode avec l’intensification et la surcharge de travail des managers – qui ont, comme on dit, « le nez dans le guidon ».

 

Les cadres ont été les premiers concernés par un modèle de performance individuelle – qui n’imprègne pas seulement l’entreprise, mais l’ensemble de la société : celui de performance sans faille et du perpétuel gagnant.

 

Ce modèle, plus ou moins intériorisé par les salariés, entraîne une course effrénée et sans fin.

 

Il provoque stress et angoisse : est-on jamais sûr d’être à la hauteur ?

 

Il entraîne un activisme désordonné contre-productif, et un climat délétère dans les rapports de travail.

 

Les managers n’ont pas non plus été épargnés par les restructurations et les licenciements, après avoir été placés en première ligne pour « motiver » leurs collaborateurs.

 

Comment un manager ne serait-il pas démotivé après avoir vécu deux ou trois plans de restructuration, après avoir tenu de grands discours mobilisateurs à des salariés qu’il a vus quitter l’entreprise, ou après qu’il ait perdu lui-même son emploi ?

 

Le problème n’est pas seulement d’ordre économique et social, il met en jeu une dimension anthropologique : le travail est un élément important dans la structuration de l’identité et de l’estime de soi, qui passe par la confrontation au réel, le rapport avec les autres et le sentiment d’être utile à la collectivité.

 

La démotivation au travail est souvent liée à une perte de confiance.

 

Comment faire émerger le meilleur de la personne en termes de collaboration et de créativité, à tous les échelons d’une entreprise ?

 

Pour être efficace, le travail en entreprise implique nécessairement des rapports de confiance et de coopération.

 

Ces derniers sont actuellement mis à mal par les restructurations et les licenciements, l’intensification du travail et des méthodes de management déstabilisantes.

 

Autant d’éléments qui ne sont guère favorables à la confiance et à la coopération.

 

Ces dernières ne se décrètent pas ; et les grandes déclarations de principe, l’affichage des valeurs déclinées dans les chartes et projets n’y pourront rien changer.

 

Cela ne délégitime pas pour autant l’éthique, mais conduit à la considérer autrement.

 

Pour les managers, l’éthique personnelle en situation est l’une des conditions importantes pour restaurer la confiance et faire émerger le meilleur des capacités de chacun.

 

Cette éthique personnelle en situation ne se réfère pas à un ciel de valeurs générales et généreuses, ni à un modèle de bons comportements auxquels se conformer.

 

Elle est plus incarnée, personnelle, humble et discrète.

 

Elle implique le souci de l’autre et des plus faibles, la mise en pratique du principe de cohérence entre les paroles et les actes, l’équité des décisions dans des situations souvent difficiles.

 

Cette éthique personnelle en situation n’exclut pas les dilemmes, les contradictions et le tragique.

 

Elle ne s’acquiert pas par des outils, fussent-ils décrétés « éthiques », mais par l’imprégnation d’une éducation première, par des parcours de vie et de formation permettant la rencontre avec d’autres milieux sociaux, la confrontation à la limite et à l’échec, qui sont d’excellents moyens de devenir plus humble, d’écouter et de comprendre les autres, pourvu qu’on sache en tirer les leçons.

 

C’est avant tout cet abord de l’éthique qui semble décisif pour ceux qui sont en situation d’action et de responsabilité.

 

« L’indispensable condition à remplir pour entrer réellement dans l’action est de se connaître soi-même, d’avoir pris la juste mesure de soi », écrivait justement Georges Bernanos.

 

La recherche du profit suffit-elle à stimuler les managers ?

 

Certes non, mais on peut se méfier de la volonté d’injecter à tout prix du « sens » dans le travail.

 

Les salariés sont avant tout soucieux d’emploi et de pouvoir d’achat, de bonnes conditions de travail, de reconnaissance de leur travail par une hiérarchie qui soit capable de se décentrer et de comprendre la mentalité de ceux dont elle a la responsabilité.

 

Le « sens » ne se décrète pas d’en haut ; et la « motivation » est une notion psychologisante qui laisse croire qu’on peut aiguillonner les personnes à loisir.

 

Nombre de managers qui entendent « travailler la motivation » ont des allures d’« ingénieurs des âmes », rôle dévolu autrefois aux artistes par le saint-simonisme pour encourager l’ardeur au travail.

 

Ne confondons pas les genres.

 

Les finalités de l’entreprise sont avant tout celles d’une collectivité à but limité : la production de biens et de services destinés à la vente sur le marché.

 

Cela ne signifie pas que l’entreprise soit réductible à cette seule dimension.

 

L’entreprise forme une collectivité humaine, avec des rapports hiérarchiques et de coopération dans le travail ; elle est aussi un lieu de libre sociabilité qui échappe, pour partie, aux normes productives.

 

Les phénomènes d’exploitation et de domination dans le travail n’effacent pas ces dimensions.

 

L’éthique a donc bien sa place en entreprise ; mais, si elle oublie les finalités bien spécifiques de cette dernière, elle se trompe de registre.

 

Elle projette alors sur l’entreprise des aspirations que cette dernière ne peut satisfaire, et tend à la penser, plus ou moins consciemment, sur le modèle de la famille, de l’école, de la citoyenneté…

 

C’est précisément ce qui s’est passé dans les années quatre-vingt, où l’on a vu fleurir les discours glorifiant les « valeurs de l’entreprise » dans la plus grande confusion.

 

L’entreprise moderne, débarrassée de tous les oripeaux du passé, a été célébrée comme le lieu enfin trouvé de la réconciliation de l’éthique, de l’économique et du social.

 

Elle a été considérée par certains comme porteuse d’une morale faisant défaut à la société, voire comme projet de civilisation.

 

Avec le développement du chômage de masse et la crise de l’Etat-providence, on a voulu en faire le nouveau pôle central de légitimité sociale auquel l’ensemble des activités sociales devrait s’ordonner.

 

Les restructurations et les licenciements ont constitué, à leur façon, une épreuve du réel pour cet « angélisme d’entreprise » auquel a succédé une diabolisation.

 

Angélisme et diabolisation de l’entreprise constituent les deux faces de la même mystification de l’entreprise.

 

Les managers devraient toujours avoir à l’esprit la fameuse phrase de Pascal :

 

« Qui veut faire l’ange fait la bête. »

 

Il importe d’être lucide sur les usages entrepreneuriaux de l’éthique qui dénaturent sa signification.

 

Mise au service de la performance et de l’image de marque, elle est devenue un outil de management et de communication qu’on manipule à loisir selon la conjoncture et les objectifs du moment.

 

Aux antipodes de cette dénaturation, l’éthique implique une réflexion libre et rigoureuse sur les finalités des activités productives et commerciales, sur les rapports humains dans le travail.

 

Cette réflexion libre implique le « pouvoir de dire non » aux élucubrations et à l’instrumentalisation de l’éthique à des fins qui n’ont pas grand-chose à voir avec le souci de l’autre et du bien commun. 

Partager cet article

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article

commentaires

Recherche

Relations Humaines

"La grandeur d'un métier est peut-être avant tout, d'unir les Hommes.

Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des Relations Humaines.

En travaillant pour les seuls biens matériels, nous batissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre."


                                                                                                                                       Antoine de Saint- Exupéry 

English

Principal Auteur Cité

AUTRES AUTEURS CITÉS

ALBERT CAMUS : BONHEUR
ALBERT CAMUS : DIGNITÉ DE VIVRE ET DE MOURIR
ALBERT CAMUS : HAINE ET MÉPRIS
ALBERT CAMUS : JUGEMENT
ALBERT CAMUS : LE DROIT ET LA FORCE
ALBERT ROUET : CHEMIN VERS SOI
ALBERT ROUET : COMPLEXITÉ DES RELATIONS A L’AUTRE
ALBERT ROUET : L’AUTRE
ALBERT ROUET : RIGIDITÉ
ALBERT ROUET : TRAVAIL, LIEU DES CONTRADICTIONS D’UNE SOCIÉTÉ
ALBERT SCHWEITZER : CIVILISATION ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : BONHEUR
ANDRE COMTE-SPONVILLE : MORALE ET CAPITALISME
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : MORALE ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : PETIT TRAITE DES GRANDES VERTUS
ARISTOTE : BONHEUR
ARISTOTE : HEUREUX
ARISTOTE : PRUDENCE
AUGUSTIN : BONHEUR
AUGUSTIN : COMPRENDRE
AUGUSTIN : DOMINATION
AUGUSTIN : ETRE GRAND
AUGUSTIN : VOIR, SUPPORTER, ACCEPTER
AXEL KAHN : ALTÉRITÉ
AXEL KAHN : DÉFINITION DU BIEN
AXEL KAHN : SPLENDEUR DE L’HUMANITÉ
BADEN POWEL : POUR UN MONDE MEILLEUR
BERNANOS : INFIRMITÉ
BERNANOS : LE SECRET DU BONHEUR
BERNANOS : OBLIGATIONS
BERNANOS : PATIENCE
BERNANOS : RECONCILIÉ AVEC SOI MEME
CAMUS : ASPIRATIONS ESSENTIELLES DE L’HOMME
CAMUS : DIRECTION DES HOMMES
CAMUS : MONDE INSUPPORTABLE
CAMUS : NE RIEN ENVIER
CHARLES DE FOUCAULD : PARFAITE OBÉISSANCE
CHARLES DE FOUCAULD : RENAÎTRE
CHARLES JOURNET : LE MAL
CHARLES PEGUY : LE MAL
CHRISIAN DE CHERGÉ : COEUR
CHRISIAN DE CHERGÉ : L’AUTRE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : COURAGE !
CHRISTIAN DE CHERGÉ : DE RICHES VERTUS
CHRISTIAN DE CHERGÉ : ENGAGEMENT
CHRISTIAN DE CHERGÉ : LA VIE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : MERCI
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CLAUDE LÉVI STRAUSS
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : HUMILITÉ
CLAUDE RAULT : MESSAGE DU SAHARA 
CLAUDE RAULT : REFROIDISSEMENT 
DESCARTES : CE QU’EST L’HOMME
DESCARTES : LE BON SENS
DESCARTES : LES QUATRES PRÉCEPTES
DOSTOIEVSKI : RICHESSE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDITH STEIN : ETRE
EDITH STEIN : INTÉRIORITÉ ET ALTÉRITÉ
EDITH STEIN : QU'IL EST BEAU ET BON DE VIVRE 
EDITH STEIN : RESPONSABILITÉ
EDITH STEIN : SA PERSONNALITÉ
EDITH STEIN : SA VIE
EDITH STEIN : SERVICE
EDITH STEIN : TOUT SUR SA VIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’INDIVIDUALISME
EDITH STEIN ET LA RESPONSABILITÉ
ELIE WIESEL : BIEN OU MAL
ELIE WIESEL : IDÉE DE L’HOMME
EMMANUEL LEVINAS ET SARTRE : LIBERTÉ
ÉRASME : HOMME DEBOUT
ERIK ORSENNA : VALEUR TRAVAIL
ERNEST HEMINGWAY : HUMILITÉ
ETTY HILLESUM : BONHEUR
ETTY HILLESUM : ÊTRE
ETTY HILLESUM : FONDS COMMUN
ETTY HILLESUM : LA VIE EST BELLE
ETTY HILLESUM : PAROLE
ETTY HILLESUM : S’AGUERRIR
ETTY HILLESUM : UN SENS A LA VIE
ETTY HILLESUM : UN SENS DE LA VIE
ETTY HILLESUM : UNE VIE BOULEVERSÉE
FRANCOIS VARILLON : DÉSESPOIR
FRANCOIS VARILLON : JOYEUX
GANDHI : CUPIDITÉ
GRÉGOIRE DE NYSSE : CELUI QUI MONTE
HANNAH ARENDT
HANNAH ARENDT : ACTIVITÉS HUMAINES
HANNAH ARENDT : AUTORITÉ
HANNAH ARENDT : BONTÉ
HANNAH ARENDT : CHAQUE HOMME EST UNIQUE
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : ÉCONOMIE DE GASPILLAGE
HANNAH ARENDT : ÉDUCATION
HANNAH ARENDT : LE MIRACLE QUI SAUVE LE MONDE
HANNAH ARENDT : LIBERTÉ
HANNAH ARENDT : PARDON
HANNAH ARENDT : PAROLE
HANNAH ARENDT : PENSER LE TOTALITARISME
HANNAH ARENDT : POUVOIR
HANS JONAS : ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ ET ESPÉRANCE
HANS KÜNG : GRANDEUR ET MISÈRE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : STRUCTURE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : VÉRITÉ
HEIDEGGER : ÊTRE ET ÉTANT
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : LE MÉTIER DE LA PENSÉE
HEIDEGGER : LE MIRACLE DES MIRACLES
HEIDEGGER : PENSÉE
HENRI de LUBAC : IGNORANCE
HENRI de LUBAC : MÉPRIS
HENRI de LUBAC : PARADOXES
HENRI de LUBAC : PATIENCE
HENRI DE LUBAC : SOLEIL
HENRI de LUBAC : SOUFFRANCE
HENRI QUINSON : NOUVELLE SOCIÉTÉ
HENRI TEISSIER : UN MODÈLE A SUIVRE
HUSSERL : SENS DE CETTE EXISTENCE HUMAINE
JACQUES MARITAIN : ÉLOGE DU DON
JACQUES MARITAIN : ESSENTIEL
JACQUES MARITAIN : PAROLE DE SAGE
JAURES : DIRIGER
JEAN CHRYSOSTOME : BONHEUR INFINI
JEAN CHRYSOSTOME : HUMILITÉ
JEAN GIONO : CARACTÈRE INOUBLIABLE
JEAN GUITTON : DANS LE VENT
JEAN GUITTON : LA MORT
JEAN GUITTON : OBÉISSANCE
JEAN GUITTON : ORGUEIL
JEAN LUC MARION : LE PROPRE DE L’HOMME
KANT : ACTION ÉTHIQUE
KANT : ACTIONS BONNES OU MAUVAISES
KANT : CONTRAINTE
KANT : EXIGENCES DE LA PENSÉE
KANT ET LE MANAGEMENT
KARL BARTH : L’ESSENCE DU MAL
KARL JASPERS : ANONYMAT
KARL JASPERS : AUTORITÉ ET RAISON
KARL JASPERS : CONDUITE SENSÉE
KARL JASPERS : LIBERTÉ
KARL JASPERS : RACINES
KARL JASPERS : VÉRITÉ ET COMMUNICATION
KARL RAHNER : L'ÉTANT FINI
KHALIL GIBRAN : ÉLOGE DU TRAVAIL
KIERKEGAARD : ANGOISSE
KIERKEGAARD : COMPRENDRE
KIERKEGAARD : INCOMPRÉHENSIBLE
KIERKEGAARD : POUR UNE VIE NOUVELLE
KIERKEGAARD : SOUFFRANCE
KIERKEGAARD : SUR LE CHEMIN DE LA VIE
KIM EN JOONG
LA BRUYERE : MODESTIE
LACAN : LUMIÈRE
LACAN ET L’INCOMPLÉTUDE
LOUIS MARIE BILLÉ : UN MODÈLE POUR NOUS
MALRAUX : JUGER
MARCEL GAUCHET : EXTRAORDINAIRE BOULEVERSEMENT
MARCEL MAUSS : ESSAI SUR LE DON
MAURICE BELLET : LE LIEU DU COMBAT
MAURICE BLONDEL : ÉLOGE DE L’ACTION
MAURICE BLONDEL : EXIGENCE
MAURICE ZUNDEL : CONQUÊTE DE SOI
MAURICE ZUNDEL : CROYEZ-VOUS EN L’HOMME ?
MAURICE ZUNDEL : DIGNITÉ HUMAINE
MAURICE ZUNDEL : ÉCOUTE ET SILENCE
MAURICE ZUNDEL : HUMAIN
MAURICE ZUNDEL : LIBERTÉ
MAURICE ZUNDEL : RENCONTRE VÉRITABLE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE L’EXISTENCE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE LA DESTINÉE
MAURICE ZUNDEL : SILENCE 
MAURICE ZUNDEL : TRAVAIL
MAURICE ZUNDEL : VIE INACCOMPLIE
MAURICE ZUNDEL : VOCATION DE L’HOMME
MAX WEBER : ÉTHIQUE
MICHEL ALBERT : BONNE SANTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : ÉTERNITÉ
MONTESQUIEU : MÉPRIS
MONTESQUIEU : POUVOIR
NEWMAN : CONDITION HUMAINE
NEWMAN : ÉVOLUTION DE L’HOMME
NEWMAN : NÉANT DE CE MONDE
NEWMAN : VRAI GENTLEMAN
NIETZSCHE : APPRÉCIATION
NIETZSCHE : AVENIR
NIETZSCHE : CERTITUDE
NIETZSCHE : CRUAUTÉ
NIETZSCHE : ÉLOGE DU SILENCE
NIETZSCHE : FINITUDE DE L’HOMME
NIETZSCHE : MÉPRIS DE SOI
NIETZSCHE : MONDE DÉSTRUCTURÉ
NIETZSCHE : TRISTE SOCIÉTÉ
NIETZSCHE : VÉRITÉ
NIETZSCHE ET TEILHARD DE CHARDIN
NORBERT SEGARD
NORBERT SEGARD : BONHEUR
NORBERT SEGARD : UN MODÈLE
PASCAL : DIVERTISSEMENT
PASCAL : MOI
PASCAL : MORT
PASCAL : PARAÎTRE
PASCAL : PUISSANCE
PASCAL : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
PAUL CLAUDEL : VRAI ET RIEN
PAUL RICOEUR : ACTION
PAUL RICOEUR : ÉTHIQUE
PAUL RICOEUR : L’AUTRE
PAUL RICOEUR : MAL ET BONTÉ
PAUL RICOEUR : PARDON
PAUL RICOEUR : VALEUR DE L’HOMME
PAUL TILLICH : ANGOISSE
PAUL VALADIER : HOMME, ANIMAL MALADE
PÉGUY, BERNANOS, CLAUDEL : ARGENT 
PIERRE CLAVERIE
PIERRE CLAVERIE : L’AUTRE
PIERRE, PAUL ET JEAN
PLATON : AUTORITÉ
RABELAIS : DÉSESPOIR
RENÉ GIRARD : DÉSIR MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : HOMME MAÎTRE DU MONDE
RENÉ GIRARD : OPTIMISME
RENÉ GIRARD : ORIGINE DES CONFLITS
RENÉ GIRARD : RIVALITÉ MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : TERRORISME
RENÉ GIRARD : URGENCE
ROMAIN ROLLAND : BATAILLE DE L’HOMME
ROUSSEAU ET AUGUSTIN
SAINT EXUPERY : SILENCE
SAINT-EXUPERY : BUT COMMUN
SAINT-EXUPERY : CATHÉDRALE
SAINT-EXUPERY : CITATIONS POUR MANAGER
SAINT-EXUPERY : DÉSERT
SAINT-EXUPERY : HAINE
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : JUSTICE
SAINT-EXUPERY : L’ART DES PETITS PAS
SAINT-EXUPERY : L’ESSENTIEL OUBLIÉ
SAINT-EXUPERY : LE PETIT PRINCE
SAINT-EXUPERY : LE TEMPS
SAINT-EXUPÉRY : MOZART ASSASSINÉ
SAINT-EXUPERY : PAROLE DE SAGE POUR UN MANAGER
SAINT-EXUPERY : QUALITÉ DE LA CIVILISATION
SAINT-EXUPERY : RACINES
SAINT-EXUPERY : RESPONSABLE
SAINT-EXUPERY : STABILITÉ
SAINT-EXUPERY : TOURNÉ VERS SOI
SAINT-EXUPERY : VANITÉ DE L’HOMME
SAINT-EXUPERY : VOYAGE
SARTRE : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
SERGE DASSAULT : GESTION PARTICIPATIVE
SPINOZA : JUSTICE
TEILHARD DE CHARDIN : APPARITION DE L’HOMME
TEILHARD DE CHARDIN : AVENIR
TEILHARD DE CHARDIN : DÉFI A LA PENSÉE
TEILHARD DE CHARDIN : DÉSORDRE
TEILHARD DE CHARDIN : EFFORT
TEILHARD DE CHARDIN : LE MONDE SE CONSTRUIT
TEILHARD DE CHARDIN : MANTEAU D’HUMANITÉ
TEILHARD DE CHARDIN : MONDE STUPIDE
TEILHARD DE CHARDIN : OEUVRE
TEILHARD DE CHARDIN : PAIX
TEILHARD DE CHARDIN : PRENDRE DE LA HAUTEUR
TEILHARD DE CHARDIN : RÉFLEXIONS SUR LA CRISE
TEILHARD DE CHARDIN : RÉUSSITE
TEILHARD DE CHARDIN : SOUFFRANCE
TEILHARD DE CHARDIN : VALEUR ABSOLUE
TEILHARD DE CHARDIN : VIE FONTALE
TEILHARD DE CHARDIN : VISION DU MONDE
TEILHARD DE CHARDIN : VIVE LA VIE !
TEILHARD DE CHARDIN : VOLONTÉ DE VIVRE
THEODORE MONOD
THÉODORE MONOD : LE PROPRE DE L’HUMAIN
THEODORT MONOD : DÉSERT 
THOMAS D’AQUIN
THOMAS D’AQUIN : ÉQUITÉ
THOMAS HOBBES : RIRE
THOMAS JEFFERSON : UN VISIONNAIRE !
THOMAS MANN : BONHEUR
TOCQUEVILLE : RELATIVISME
TOLSTOÏ : FORMER SA RAISON
VOLTAIRE : CUPIDITÉ ET ORGUEIL
YVES CONGAR : ESPRIT POSSESSIF