9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 02:00

KIM609.jpgBIEN DIRIGER

 

 

 





Celui qui veut diriger doit d’abord savoir se diriger lui-même.

 

Lorsqu’un manager, tout en maîtrisant l’organisation et les instruments de contrôle, ne se connaît pas lui-même et manque de pondération, il arrivera probablement à faire faire des profits à court terme à son entreprise, mais, à long terme, son immaturité finira par être contagieuse et freinera la motivation de ses collaborateurs.

 

Combien d’énergie est dissipée dans les jalousies, les rivalités, l’agressivité et le manque de pondération des managers.

 

La première condition pour bien diriger est de faire preuve de sagesse.

 


Sapiens
vient du latin sapere qui a donné ‘’saveur’’ et ‘’savoir’’.

 

La sagesse se distingue de l’intelligence.

 

Ce savoir n’a rien d’extérieur mais se rapproche plutôt, par sa racine, de ‘’voir’’.

 

Le sage est celui qui voit les choses telles qu’elles sont.

 

Le manager doit être en contact avec la réalité, il a besoin de goûter et de sentir ce qui est.

 

Il a besoin de se connaître et d’avoir l’expérience des autres.

 

La deuxième condition pour bien diriger est de faire preuve de maturité.

 

Les critères de la maturité humaine sont la paix intérieure, la sérénité, le fait de trouver son unité et son intégrité.

 

Celui qui se trouve relié à son centre ne se laisse pas déstabiliser.

 

Chez celui qui est immature naissent des comportements qui sont nuisibles aux autres.

 

La plupart des salariés exigent aujourd’hui  de leur manager qu’ils fassent preuve de maturité, faute de quoi ils se sentent démotivés et n’ont aucune envie de recevoir leurs ordres.

 

Beaucoup de managers ne perçoivent pas les choses telles qu’elles sont, mais les voient avec les lunettes déformantes de leurs désirs refoulés, de leurs émotions, de leur peur ou de leur méfiance.

 

Ils vivent dans l’illusion de pouvoir tirer profit de tout pour eux-mêmes.

 

Tout n’est là qu’à leur service, tant ils se sentent importants.

 

Celui qui traverse la vie dans l’ivresse de telles illusions n’est pas en mesure de diriger.

 

Son énergie n’est pas mise au service de la cause de l’entreprise mais à celui de son propre intérêt.

 

Aucun esprit d’équipe ne peut naître ainsi.

 

 La troisième condition pour bien diriger est de faire preuve d'humilité

 

 Nombreux sont ceux qui font un mauvais usage de leur pouvoir en abaissant les autres, en les dévalorisant pour se valoriser eux-mêmes.

 

L’humilité, c’est accepter sa fragilité et son instabilité, c’est reconnaître que l’on est un homme qui peut, à tout moment, chuter et dont les bases peuvent toujours s’effondrer.

 

L’humilité, c’est le courage de descendre dans ce que l’on a de plus humain, ses propres ombres, au lieu de s’élever.

 

Ce n’est qu’ainsi qu’il ne se mettra pas au-dessus des autres, qu’il se montrera humain envers eux et les respectera dans leur dignité.

 

Il n’apparaîtra pas, dans l’entreprise, arrogant et tête haute, mais se mettra dans la peau de ses collaborateurs et les rencontrera vraiment.

 

Il les comprendra, c’est-à-dire qu’il les soutiendra et se montrera présent lorsqu’ils auront des problèmes.

 

L’orgueil est le plus grand danger pour ceux qui assument des responsabilités en entreprise.

 

Aussitôt qu’ils voient dans leurs contradicteurs des empêcheurs de tourner en rond, des intelligences moindres, des gens incapables, ils ouvrent la voie à une souffrance.

 

Lorsqu’ils commencent à se retrancher, à s’isoler, à rétrécir le cercle de leurs visiteurs, ils ‘’tuent le messager’’, c’est-à-dire qu’ils étouffent dans l’œuf toute opinion divergente.

 

L’orgueil les empêche de toujours continuer à apprendre.

 

L’ego enfle de plus en plus, ils estiment pouvoir faire ce qu’ils veulent, mais, en réalité, ils sont guidés par leur part d’ombre refoulée.


La quatrième condition pour bien diriger est de faire preuve d’absence d’agitation.

 

 

Cette expression qualifie un homme incapable de trouver le calme, parce qu’il est en permanence troublé par le bruit de ses propres pensées, parce qu’il est tiraillé entre ses différentes émotions.

 

Un homme incapable de penser lucidement, en proie à son désarroi et à de multiples émotions qui le rongent.

 

Il n’est plus maître chez lui, son espace intérieur est livré aux ‘’squatteurs’’ que sont les passions et les émotions.

 

Rien de bon ne peut sortir d’un tel manager.

 

Au contraire, il ne fera que semer le désordre.

 

Beaucoup confondent leur agitation intérieure avec le stress qu’ils font régner autour d’eux et qu’ils exigent de leurs collaborateurs.

 

Pourtant, quand un manager bouscule ses collaborateurs, il ne les fait pas avancer pour autant.

 

Bien au contraire, il ne fait que créer une agitation inutile.

 

Le stress qu’il provoque n’est que l’expression de sa haine.

 

Parce que l’homme déchiré se hait lui-même, il ne peut que haïr les autres.

 

Au lieu de les diriger, il les plonge dans le désarroi et l’intranquillité.

 

Il pense qu’en diffusant sa propre agitation il va pousser ses collaborateurs à travailler.

 

Mais dans l’agitation, nul ne peut travailler efficacement.

 

Certains managers semblent confondre stress et management comme s’ils voulaient s’affirmer par le biais de leur propre agitation et de celle qu’ils répandent autour d’eux.

 

Ce n’est pas là du management mais une forme de haine des autres qui ne peut que détruire.

 

La cinquième condition pour bien diriger est de faire preuve de justice.

 

Celui qui dirige les autres ne doit pas les blesser.

 

Celui qui ne regarde pas en face ses propres blessures est condamné soit à blesser les autres soit à se faire du mal à lui-même.

 

Souvent la gestion des hommes est perçue comme l’exercice du pouvoir.

 

Pour sentir qu’il a du pouvoir, il peut arriver qu’un manager blesse un de ses collaborateurs jusqu’à le rendre muet.

 

Mais ce n’est pas là un pouvoir véritable.

 

Lorsqu’un manager blesse d’autres personnes, il n’éveille pas en eux la vie mais il l’entrave.

 

C’est pourquoi blesser les autres quand on les dirige produit tout le contraire de ce que donnerait un management efficace.

 

Pourtant cela se produit quotidiennement.

 

Dès le matin, quand ils font le tour des bureaux, les managers de ce type, au lieu de saluer tout le monde, ne remarquent que des défauts.

 

Nombreux sont, dans les entreprises, les managers qui n’ont pas réglé leurs problèmes et qui les projettent sur les autres à qui ils gâchent la vie.

 

Toutes ces vexations rendent malade et causent un fort absentéisme.

 

La sixième condition pour bien diriger est de faire preuve de décision.

 

Celui qui veut diriger les autres doit savoir prendre des décisions claires et rapides.

 

L’incapacité de décider est souvent liée au perfectionnisme.

 

Parce qu’on ne veut faire aucune erreur, on se refuse à décider.

 

Le manager doit s’être construit une colonne vertébrale qui lui donne le courage d’oser, de risquer.

 

Celui qui n’a pas cette colonne qui l’aide à se tenir debout, cherchera des ersatz.

 

Ce pourra être la rigidité des principes  et des normes.

 

On parlera d’un manager rigide.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article

commentaires

Recherche

Relations Humaines

"La grandeur d'un métier est peut-être avant tout, d'unir les Hommes.

Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des Relations Humaines.

En travaillant pour les seuls biens matériels, nous batissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre."


                                                                                                                                       Antoine de Saint- Exupéry 

English

Principal Auteur Cité

AUTRES AUTEURS CITÉS

ALBERT CAMUS : BONHEUR
ALBERT CAMUS : DIGNITÉ DE VIVRE ET DE MOURIR
ALBERT CAMUS : HAINE ET MÉPRIS
ALBERT CAMUS : JUGEMENT
ALBERT CAMUS : LE DROIT ET LA FORCE
ALBERT ROUET : CHEMIN VERS SOI
ALBERT ROUET : COMPLEXITÉ DES RELATIONS A L’AUTRE
ALBERT ROUET : L’AUTRE
ALBERT ROUET : RIGIDITÉ
ALBERT ROUET : TRAVAIL, LIEU DES CONTRADICTIONS D’UNE SOCIÉTÉ
ALBERT SCHWEITZER : CIVILISATION ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : BONHEUR
ANDRE COMTE-SPONVILLE : MORALE ET CAPITALISME
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : MORALE ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : PETIT TRAITE DES GRANDES VERTUS
ARISTOTE : BONHEUR
ARISTOTE : HEUREUX
ARISTOTE : PRUDENCE
AUGUSTIN : BONHEUR
AUGUSTIN : COMPRENDRE
AUGUSTIN : DOMINATION
AUGUSTIN : ETRE GRAND
AUGUSTIN : VOIR, SUPPORTER, ACCEPTER
AXEL KAHN : ALTÉRITÉ
AXEL KAHN : DÉFINITION DU BIEN
AXEL KAHN : SPLENDEUR DE L’HUMANITÉ
BADEN POWEL : POUR UN MONDE MEILLEUR
BERNANOS : INFIRMITÉ
BERNANOS : LE SECRET DU BONHEUR
BERNANOS : OBLIGATIONS
BERNANOS : PATIENCE
BERNANOS : RECONCILIÉ AVEC SOI MEME
CAMUS : ASPIRATIONS ESSENTIELLES DE L’HOMME
CAMUS : DIRECTION DES HOMMES
CAMUS : MONDE INSUPPORTABLE
CAMUS : NE RIEN ENVIER
CHARLES DE FOUCAULD : PARFAITE OBÉISSANCE
CHARLES DE FOUCAULD : RENAÎTRE
CHARLES JOURNET : LE MAL
CHARLES PEGUY : LE MAL
CHRISIAN DE CHERGÉ : COEUR
CHRISIAN DE CHERGÉ : L’AUTRE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : COURAGE !
CHRISTIAN DE CHERGÉ : DE RICHES VERTUS
CHRISTIAN DE CHERGÉ : ENGAGEMENT
CHRISTIAN DE CHERGÉ : LA VIE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : MERCI
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CLAUDE LÉVI STRAUSS
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : HUMILITÉ
CLAUDE RAULT : MESSAGE DU SAHARA 
CLAUDE RAULT : REFROIDISSEMENT 
DESCARTES : CE QU’EST L’HOMME
DESCARTES : LE BON SENS
DESCARTES : LES QUATRES PRÉCEPTES
DOSTOIEVSKI : RICHESSE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDITH STEIN : ETRE
EDITH STEIN : INTÉRIORITÉ ET ALTÉRITÉ
EDITH STEIN : QU'IL EST BEAU ET BON DE VIVRE 
EDITH STEIN : RESPONSABILITÉ
EDITH STEIN : SA PERSONNALITÉ
EDITH STEIN : SA VIE
EDITH STEIN : SERVICE
EDITH STEIN : TOUT SUR SA VIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’INDIVIDUALISME
EDITH STEIN ET LA RESPONSABILITÉ
ELIE WIESEL : BIEN OU MAL
ELIE WIESEL : IDÉE DE L’HOMME
EMMANUEL LEVINAS ET SARTRE : LIBERTÉ
ÉRASME : HOMME DEBOUT
ERIK ORSENNA : VALEUR TRAVAIL
ERNEST HEMINGWAY : HUMILITÉ
ETTY HILLESUM : BONHEUR
ETTY HILLESUM : ÊTRE
ETTY HILLESUM : FONDS COMMUN
ETTY HILLESUM : LA VIE EST BELLE
ETTY HILLESUM : PAROLE
ETTY HILLESUM : S’AGUERRIR
ETTY HILLESUM : UN SENS A LA VIE
ETTY HILLESUM : UN SENS DE LA VIE
ETTY HILLESUM : UNE VIE BOULEVERSÉE
FRANCOIS VARILLON : DÉSESPOIR
FRANCOIS VARILLON : JOYEUX
GANDHI : CUPIDITÉ
GRÉGOIRE DE NYSSE : CELUI QUI MONTE
HANNAH ARENDT
HANNAH ARENDT : ACTIVITÉS HUMAINES
HANNAH ARENDT : AUTORITÉ
HANNAH ARENDT : BONTÉ
HANNAH ARENDT : CHAQUE HOMME EST UNIQUE
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : ÉCONOMIE DE GASPILLAGE
HANNAH ARENDT : ÉDUCATION
HANNAH ARENDT : LE MIRACLE QUI SAUVE LE MONDE
HANNAH ARENDT : LIBERTÉ
HANNAH ARENDT : PARDON
HANNAH ARENDT : PAROLE
HANNAH ARENDT : PENSER LE TOTALITARISME
HANNAH ARENDT : POUVOIR
HANS JONAS : ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ ET ESPÉRANCE
HANS KÜNG : GRANDEUR ET MISÈRE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : STRUCTURE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : VÉRITÉ
HEIDEGGER : ÊTRE ET ÉTANT
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : LE MÉTIER DE LA PENSÉE
HEIDEGGER : LE MIRACLE DES MIRACLES
HEIDEGGER : PENSÉE
HENRI de LUBAC : IGNORANCE
HENRI de LUBAC : MÉPRIS
HENRI de LUBAC : PARADOXES
HENRI de LUBAC : PATIENCE
HENRI DE LUBAC : SOLEIL
HENRI de LUBAC : SOUFFRANCE
HENRI QUINSON : NOUVELLE SOCIÉTÉ
HENRI TEISSIER : UN MODÈLE A SUIVRE
HUSSERL : SENS DE CETTE EXISTENCE HUMAINE
JACQUES MARITAIN : ÉLOGE DU DON
JACQUES MARITAIN : ESSENTIEL
JACQUES MARITAIN : PAROLE DE SAGE
JAURES : DIRIGER
JEAN CHRYSOSTOME : BONHEUR INFINI
JEAN CHRYSOSTOME : HUMILITÉ
JEAN GIONO : CARACTÈRE INOUBLIABLE
JEAN GUITTON : DANS LE VENT
JEAN GUITTON : LA MORT
JEAN GUITTON : OBÉISSANCE
JEAN GUITTON : ORGUEIL
JEAN LUC MARION : LE PROPRE DE L’HOMME
KANT : ACTION ÉTHIQUE
KANT : ACTIONS BONNES OU MAUVAISES
KANT : CONTRAINTE
KANT : EXIGENCES DE LA PENSÉE
KANT ET LE MANAGEMENT
KARL BARTH : L’ESSENCE DU MAL
KARL JASPERS : ANONYMAT
KARL JASPERS : AUTORITÉ ET RAISON
KARL JASPERS : CONDUITE SENSÉE
KARL JASPERS : LIBERTÉ
KARL JASPERS : RACINES
KARL JASPERS : VÉRITÉ ET COMMUNICATION
KARL RAHNER : L'ÉTANT FINI
KHALIL GIBRAN : ÉLOGE DU TRAVAIL
KIERKEGAARD : ANGOISSE
KIERKEGAARD : COMPRENDRE
KIERKEGAARD : INCOMPRÉHENSIBLE
KIERKEGAARD : POUR UNE VIE NOUVELLE
KIERKEGAARD : SOUFFRANCE
KIERKEGAARD : SUR LE CHEMIN DE LA VIE
KIM EN JOONG
LA BRUYERE : MODESTIE
LACAN : LUMIÈRE
LACAN ET L’INCOMPLÉTUDE
LOUIS MARIE BILLÉ : UN MODÈLE POUR NOUS
MALRAUX : JUGER
MARCEL GAUCHET : EXTRAORDINAIRE BOULEVERSEMENT
MARCEL MAUSS : ESSAI SUR LE DON
MAURICE BELLET : LE LIEU DU COMBAT
MAURICE BLONDEL : ÉLOGE DE L’ACTION
MAURICE BLONDEL : EXIGENCE
MAURICE ZUNDEL : CONQUÊTE DE SOI
MAURICE ZUNDEL : CROYEZ-VOUS EN L’HOMME ?
MAURICE ZUNDEL : DIGNITÉ HUMAINE
MAURICE ZUNDEL : ÉCOUTE ET SILENCE
MAURICE ZUNDEL : HUMAIN
MAURICE ZUNDEL : LIBERTÉ
MAURICE ZUNDEL : RENCONTRE VÉRITABLE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE L’EXISTENCE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE LA DESTINÉE
MAURICE ZUNDEL : SILENCE 
MAURICE ZUNDEL : TRAVAIL
MAURICE ZUNDEL : VIE INACCOMPLIE
MAURICE ZUNDEL : VOCATION DE L’HOMME
MAX WEBER : ÉTHIQUE
MICHEL ALBERT : BONNE SANTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : ÉTERNITÉ
MONTESQUIEU : MÉPRIS
MONTESQUIEU : POUVOIR
NEWMAN : CONDITION HUMAINE
NEWMAN : ÉVOLUTION DE L’HOMME
NEWMAN : NÉANT DE CE MONDE
NEWMAN : VRAI GENTLEMAN
NIETZSCHE : APPRÉCIATION
NIETZSCHE : AVENIR
NIETZSCHE : CERTITUDE
NIETZSCHE : CRUAUTÉ
NIETZSCHE : ÉLOGE DU SILENCE
NIETZSCHE : FINITUDE DE L’HOMME
NIETZSCHE : MÉPRIS DE SOI
NIETZSCHE : MONDE DÉSTRUCTURÉ
NIETZSCHE : TRISTE SOCIÉTÉ
NIETZSCHE : VÉRITÉ
NIETZSCHE ET TEILHARD DE CHARDIN
NORBERT SEGARD
NORBERT SEGARD : BONHEUR
NORBERT SEGARD : UN MODÈLE
PASCAL : DIVERTISSEMENT
PASCAL : MOI
PASCAL : MORT
PASCAL : PARAÎTRE
PASCAL : PUISSANCE
PASCAL : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
PAUL CLAUDEL : VRAI ET RIEN
PAUL RICOEUR : ACTION
PAUL RICOEUR : ÉTHIQUE
PAUL RICOEUR : L’AUTRE
PAUL RICOEUR : MAL ET BONTÉ
PAUL RICOEUR : PARDON
PAUL RICOEUR : VALEUR DE L’HOMME
PAUL TILLICH : ANGOISSE
PAUL VALADIER : HOMME, ANIMAL MALADE
PÉGUY, BERNANOS, CLAUDEL : ARGENT 
PIERRE CLAVERIE
PIERRE CLAVERIE : L’AUTRE
PIERRE, PAUL ET JEAN
PLATON : AUTORITÉ
RABELAIS : DÉSESPOIR
RENÉ GIRARD : DÉSIR MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : HOMME MAÎTRE DU MONDE
RENÉ GIRARD : OPTIMISME
RENÉ GIRARD : ORIGINE DES CONFLITS
RENÉ GIRARD : RIVALITÉ MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : TERRORISME
RENÉ GIRARD : URGENCE
ROMAIN ROLLAND : BATAILLE DE L’HOMME
ROUSSEAU ET AUGUSTIN
SAINT EXUPERY : SILENCE
SAINT-EXUPERY : BUT COMMUN
SAINT-EXUPERY : CATHÉDRALE
SAINT-EXUPERY : CITATIONS POUR MANAGER
SAINT-EXUPERY : DÉSERT
SAINT-EXUPERY : HAINE
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : JUSTICE
SAINT-EXUPERY : L’ART DES PETITS PAS
SAINT-EXUPERY : L’ESSENTIEL OUBLIÉ
SAINT-EXUPERY : LE PETIT PRINCE
SAINT-EXUPERY : LE TEMPS
SAINT-EXUPÉRY : MOZART ASSASSINÉ
SAINT-EXUPERY : PAROLE DE SAGE POUR UN MANAGER
SAINT-EXUPERY : QUALITÉ DE LA CIVILISATION
SAINT-EXUPERY : RACINES
SAINT-EXUPERY : RESPONSABLE
SAINT-EXUPERY : STABILITÉ
SAINT-EXUPERY : TOURNÉ VERS SOI
SAINT-EXUPERY : VANITÉ DE L’HOMME
SAINT-EXUPERY : VOYAGE
SARTRE : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
SERGE DASSAULT : GESTION PARTICIPATIVE
SPINOZA : JUSTICE
TEILHARD DE CHARDIN : APPARITION DE L’HOMME
TEILHARD DE CHARDIN : AVENIR
TEILHARD DE CHARDIN : DÉFI A LA PENSÉE
TEILHARD DE CHARDIN : DÉSORDRE
TEILHARD DE CHARDIN : EFFORT
TEILHARD DE CHARDIN : LE MONDE SE CONSTRUIT
TEILHARD DE CHARDIN : MANTEAU D’HUMANITÉ
TEILHARD DE CHARDIN : MONDE STUPIDE
TEILHARD DE CHARDIN : OEUVRE
TEILHARD DE CHARDIN : PAIX
TEILHARD DE CHARDIN : PRENDRE DE LA HAUTEUR
TEILHARD DE CHARDIN : RÉFLEXIONS SUR LA CRISE
TEILHARD DE CHARDIN : RÉUSSITE
TEILHARD DE CHARDIN : SOUFFRANCE
TEILHARD DE CHARDIN : VALEUR ABSOLUE
TEILHARD DE CHARDIN : VIE FONTALE
TEILHARD DE CHARDIN : VISION DU MONDE
TEILHARD DE CHARDIN : VIVE LA VIE !
TEILHARD DE CHARDIN : VOLONTÉ DE VIVRE
THEODORE MONOD
THÉODORE MONOD : LE PROPRE DE L’HUMAIN
THEODORT MONOD : DÉSERT 
THOMAS D’AQUIN
THOMAS D’AQUIN : ÉQUITÉ
THOMAS HOBBES : RIRE
THOMAS JEFFERSON : UN VISIONNAIRE !
THOMAS MANN : BONHEUR
TOCQUEVILLE : RELATIVISME
TOLSTOÏ : FORMER SA RAISON
VOLTAIRE : CUPIDITÉ ET ORGUEIL
YVES CONGAR : ESPRIT POSSESSIF