Dimanche 30 juillet 7 30 /07 /Juil 17:26
RÉUSSITE ET PERFORMANCE









Face à ces notions de réussite et de performance, nous nous trouvons, comme souvent, un peu en porte-à-faux entre deux attitudes :


· d'un côté, l’acceptation de la modernité, habitée par l’impératif de la performance et de la réussite, particulièrement dans le domaine des études et de la vie professionnelle 
 
· de l'autre, une attitude de résignation et de fatalisme qui aboutit toujours à l'écrasement de l'homme devant l'adversité.

Comment, par exemple, trouver le juste équilibre entre la performance individuelle indispensable à l’économie de la société et une vie épanouie, unifiée, paisible, et , si cet équilibre n’est pas atteint, ne pas tomber dans le désespoir, le vide ?

Autre exemple : cet écart est particulièrement poignant pour des parents, confrontés à l'impératif de la réussite pour leurs enfants, parfois au delà des limites du raisonnable, et en même temps souvent habités par une certaine tentation de résignation devant des jeunes qui accumulent des insuffisances malgré tout ce que l'on peut tenter pour eux.

Dans une telle situation, la résignation semble particulièrement terrible, puisqu'elle conduit à baisser les bras, non pour soi, mais pour des jeunes dont l'avenir dépend en grande partie des décisions qui sont prises assez tôt.

La course à la performance

Il est assez objectif de constater à quel point la recherche de la performance, et sa mise en valeur marquent profondément l'ensemble de l'existence aujourd'hui.

· Dans le domaine scolaire ou sportif

D’où le phénomène est-il parti, est-ce du milieu scolaire ou du milieu sportif ? Il est clair que ces deux domaines sont particulièrement marqués par l'esprit de compétition.

L'objectif assigné à un élève n'est plus d'acquérir des connaissances ou un savoir faire utiles pour son existence humaine et professionnelle : il s'agit avant tout de faire mieux que le voisin, d'être le meilleur, d’avoir la meilleure note !

On pourrait multiplier les exemples des activités - sportives, musicales... - qui sont peu à peu détournées de leur gratuité, de leur caractère récréatif ou ludique pour laisser place à la compétition.

N'oublions pas que ces questions nous touchent tous, et qu'elles touchent l'ensemble de notre vie.

· dans le domaine professionnel

Nous sommes engagés dans la compétition dans tous les domaines et notamment celui professionnel.

Malheureusement, encore aujourd'hui, on ne retient de l'entreprise que l'image du patron exploiteur ; on oublie qu'une activité industrielle ou de services est aussi, sinon surtout, au service de ses clients. Dans la réalité quotidienne, c'est le consommateur qui récompense l'entreprise qui le sert le mieux. C’est le client qui, en finale, paye le salarié : là est la vraie compétition et la nécessaire réussite.

Anthropologie de la performance


Bien des gens aujourd'hui ne se sentent plus coupables à l'égard d'une norme morale - le goût du travail bien fait, par exemple - mais à l'égard des objectifs qu'ils se sont eux-mêmes fixés. On est humilié de ne pas être à la hauteur, de ne pas être reconnu.

La reconnaissance, un des plus grands maux de notre société !

Le problème est que l'homme n'est jamais un absolu, il est toujours relatif, contingent.

Le projet mené par l'homme de manière autonome dans le but d'une pure affirmation de soi dans l'instant est voué à un échec d'autant plus grave que l'individu s'y trouve identifié à son projet. L'échec du projet entraîne l'effondrement du sujet. Nous connaissons tous des situations où certains se sont complètement effondrés car leurs projets aboutissaient à des échecs, parce qu'ils s'étaient totalement investis, identifiés à la réussite personnelle et non collective vers laquelle ils courraient.

Etre une créature, est-ce se laisser entièrement diriger par une instance supérieure, renoncer à toute initiative, à tout projet ?

Ce que notre conviction nous révèle de la dignité de l'homme ne va pas dans ce sens.

Mais être créature c'est quand même reconnaître que nous n'avons pas le dernier mot, que nous n'avons pas la maîtrise ultime des événements.

Cet équilibre est difficile à tenir : ni démission, ni autonomie totale.

Ce qui est essentiel : la personne

Il y a une situation très révélatrice de notre manière de nous situer devant la réussite ou l'échec de nos projets, de nos initiatives, c'est lorsque nous sommes amenés à les raconter. Lorsque je raconte ma vie, je ne dis pas on mais je. Deux possibilités de fuite s'offrent en effet à moi dans ce récit : m'affirmer tout-puissant, seul maître à bord dans mon histoire, au risque de sombrer dans la culpabilité la plus noire, ou dans l'orgueil le plus aveugle, ou bien m'affirmer innocent, passif, victime, au risque d'être incapable de sortir de l'ornière.

Ni tout à fait innocent, ni complètement tout-puissant : telle est souvent notre juste place dans les événements de notre histoire. Et cela nous est difficile à reconnaître.

Nous aurions plutôt tendance à nous affirmer responsable des réussites et victime des échecs.

C'est un peu idiot, nous le savons bien. De plus, c'est très dangereux pour les projets à venir : si nous racontons toujours nos histoires de cette manière, nous allons nous conforter dans l'idée que la réussite ne dépend que de nos efforts, et que les échecs seront toujours des coups du sort, venus nous frapper injustement.

Prendre ainsi conscience de sa juste responsabilité dans les événements de sa vie n'est pas un exercice pratique de pur nombrilisme. C'est le moyen de sortir de la passivité, de l'écrasement dans lesquels certains échecs peuvent nous plonger.

Si j'arrive à discerner dans mon histoire, envisagée de façon longue, pas uniquement depuis la semaine dernière, quelles ont été mes propres décisions, mes propres responsabilités, entremêlées avec celles de mon milieu, de ma famille, je redeviens sujet de ce qui peut m'arriver.

Vous comprenez bien qu'il ne s'agit pas ici de se laisser envahir par une culpabilité massive, qui est toujours une façon voilée de se croire tout-puissant.

Il ne s'agit pas de nier les réalités économiques, les pressions du milieu familial, les décisions d'une hiérarchie dans l’entreprise.

Il s'agit de découvrir que tout cela s'entremêle avec des traces qui sont bien les miennes, que certains virages dépendent bien de moi, dans le passé comme dans l'avenir, que je ne suis pas impuissant face aux événements.


Cette petite analyse de la façon dont nous parlons de nos expériences passées donne des pistes importantes pour réfléchir à la manière dont nous espérons la réussite dans l'avenir, pour nous ou pour nos proches.

Il est clair qu’il s'agit bien de reconnaître que ce sont des talents qui nous sont confiés mais que nous ne sommes pas seuls dans l'histoire.

Il s'agit de faire du mieux que nous pouvons pour que les projets qui nous sont confiés aboutissent, mais en reconnaissant que nous sommes des créatures, donc des êtres limités.

Beaucoup d'aspect de la réussite espérée nous échappent, beaucoup d'erreurs et de défaillances sont possibles, chez nous et chez les autres.

L'un des drames du discours sur la performance et la réussite, c'est que le personne peu à peu disparaît derrière ce qu'elle fait, au point qu'elle finit par croire que ce qu'elle fait est une condition indispensable à l'estime, à l'estime qu'elle peut attendre des autres, à cette fameuse reconnaissance tant attendue et si peu rencontrée !

La personne humaine n'est jamais identifiable à ce qu'elle fait

Réfléchissez sur la façon dont vous regardez celui qui échoue. En effet, il est fort probable que la façon dont vous réagissez à l'égard de celui qui échoue, à côté de vous, ressemble à la façon dont vous vous jugerez vous-mêmes le jour où...

Si celui qui est collé aux examens ou qui passe des entretiens sans succès, est toujours à vos yeux  en échec, ou pire encore, quelqu'un qu'il convient d'oublier le plus vite possible, vous serez sans pitié pour vous-mêmes.

Si vous interdisez l'échec aux autres, comment pourrez-vous vous supporter vous-mêmes ?

La solution est-elle de se dire qu'il faut tout faire pour ne pas connaître cela ? Peut-être, mais vous connaîtrez toujours l'inéluctable de la vie : le vieillissement, la mort.

Si l'existence s'est résumée pour vous à courir comme tout le monde, car il est interdit de s'arrêter, quel sens aura votre vie dans ces moments là ?

La mort, l'affrontement des limites de l'existence humaine n'est pas le seul travail des personnes âgées ou des mourants.

Nous avons très tôt à nous confronter à ces questions : la fuite en avant n'est pas une attitude recommandable.

Il est particulièrement important de réfléchir à la manière dont nous parlons devant des jeunes des échecs et des réussites des autres. Si notre jugement est implacable, les jeunes dont nous avons la charge sauront à quoi s'en tenir de notre part, le jour où eux aussi connaîtront la défaillance.

Lorsque nous connaissons une situation d'échec, et que nous en souffrons, nous avons bien souvent l'impression que notre vie se résume à cela, qu'elle a commencé avec ce projet qui s'écroule, et que tout s'arrête avec lui.

Avec quelle facilité nous isolons alors l'échec comme si c'était la fin de tout.

Comme l'abeille qui s'énerve sur sa vitre et en oublie tout l'espace qui se trouve derrière elle, je bute sur l'obstacle et en oublie tout le reste. Si j'arrive à me retourner, mon histoire m'apparaît limitée à celle de cet échec, un espèce d'entonnoir qui se rétrécit jusqu'à la catastrophe.

Puis peu à peu, la douleur s'apaisant, je retrouve le fil ou plutôt les fils de mon histoire, je remarque qu'ils viennent de plus loin, que mon histoire n'était pas aussi identifiée que je le pensais à ce projet perdu. Je découvre que j'avais laissé tomber en route bien d'autres pistes qui auraient pu être intéressantes ; je comprends que je ne suis pas seul dans cette histoire, que mon existence n'est pas comparable à un fil isolé qui vient de casser, en me précipitant dans le vide, mais plutôt à un fil pris dans une trame complexe.

Notre identité ne repose pas sur ce que nous faisons, ou sur ce que nous n'avons pas réussi à faire, mais sur cette longue histoire qui nous a constitué et que nous racontons.

Retrouver sa propre trace dans une trame complexe, c'est aussi devenir plus lucide, souvent, sur ce qui constitue les autres fils de la trame, les exigences de notre milieu social et familial, les pressions et les encouragements qui nous ont orienté dans telle ou telle voie, les illusions collectives dans lesquels nous baignons, plus ou moins consciemment.

Il y a là un aspect important de la prévention des catastrophes avec des jeunes embarqués dans la course à la réussite : l'échec sera d'autant plus dramatique que les investissements auront été importants.

Des parents portent une lourde responsabilité lorsque leur désir de voir leurs enfants réussir les amènent à encourager l'identification de leur enfant à un projet.

Il est bon de se préparer, de se concentrer avant un examen, avant un concours, il est dramatique de penser que toute sa vie en dépend.

Il peut être encore plus dramatique que le jeune en vienne à penser que l'amour que lui porte ses parents dépend de la réussite de tel ou tel projet ou examen.


Clefs pour la réussite


Si nous croyons en la Transcendance, nous nous savons aimés d'un amour inconditionnel par Celui qui, par définition, connaît mieux que personne nos défaillances, notre faiblesse.

Au nom de quoi irions nous marchander notre confiance, et la faire dépendre d'une réussite qui reposerait sur l'absence de toute défaillance ?

Il y a donc urgence à :

· accepter une relation ajustée et plus paisible à la défaillance et même à la mort qui marque toutes nos existences,

· développer en permanence les talents reçus et encourager le développement de ceux des autres : par exemple, le seul rôle d'un responsable en entreprise qui vaille, est de valoriser les femmes et les hommes qui y exercent leur activité. Ils passent beaucoup de temps au travail et doivent être fiers de ce qu'ils font et où ils le font ; l'entreprise est un cadre où un jeune salarié se construit, notre devoir est donc de former et de favoriser l'épanouissement de chacun.

· accepter notre contingence et nos limites,

· prendre du recul par rapport à tous les événements que nous rencontrons ; nous ne sommes pas le centre du monde : se détacher, c’est se rendre libre,
 
· développer l’humilité : l’humble authentique ne craint rien ; ni lui-même, ses qualités, ses limites ; ni les autres ; ni les choses,

· accepter l’autre : aucun homme ne peut vivre seul sans s’appauvrir lui-même.

Ce n'est qu'à ce prix que nous aurons une chance de trouver la réussite sans tomber dans l'idolâtrie ou dans l'illusion de la toute puissance.


Par ROMAIN BERNARD - Publié dans : bernard-romain - Communauté : Ressources Humaines
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Relations Humaines

"La grandeur d'un métier est peut-être avant tout, d'unir les Hommes.

Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des Relations Humaines.

En travaillant pour les seuls biens matériels, nous batissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre."


                                                                                                                                       Antoine de Saint- Exupéry 

Recherche

Recommander

English

PRINCIPAL AUTEUR CITÉ

AUTRES AUTEURS CITÉS

ALBERT CAMUS : BONHEUR
ALBERT CAMUS : DIGNITÉ DE VIVRE ET DE MOURIR
ALBERT CAMUS : HAINE ET MÉPRIS
ALBERT CAMUS : JUGEMENT
ALBERT CAMUS : LE DROIT ET LA FORCE
ALBERT ROUET : CHEMIN VERS SOI
ALBERT ROUET : COMPLEXITÉ DES RELATIONS A L’AUTRE
ALBERT ROUET : L’AUTRE
ALBERT ROUET : RIGIDITÉ
ALBERT ROUET : TRAVAIL, LIEU DES CONTRADICTIONS D’UNE SOCIÉTÉ
ALBERT SCHWEITZER : CIVILISATION ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : BONHEUR
ANDRE COMTE-SPONVILLE : MORALE ET CAPITALISME
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : MORALE ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : PETIT TRAITE DES GRANDES VERTUS
ARISTOTE : BONHEUR
ARISTOTE : HEUREUX
ARISTOTE : PRUDENCE
AUGUSTIN : BONHEUR
AUGUSTIN : COMPRENDRE
AUGUSTIN : DOMINATION
AUGUSTIN : ETRE GRAND
AUGUSTIN : VOIR, SUPPORTER, ACCEPTER
AXEL KAHN : ALTÉRITÉ
AXEL KAHN : DÉFINITION DU BIEN
AXEL KAHN : SPLENDEUR DE L’HUMANITÉ
BADEN POWEL : POUR UN MONDE MEILLEUR
BERNANOS : INFIRMITÉ
BERNANOS : LE SECRET DU BONHEUR
BERNANOS : OBLIGATIONS
BERNANOS : PATIENCE
BERNANOS : RECONCILIÉ AVEC SOI MEME
CAMUS : ASPIRATIONS ESSENTIELLES DE L’HOMME
CAMUS : DIRECTION DES HOMMES
CAMUS : MONDE INSUPPORTABLE
CAMUS : NE RIEN ENVIER
CHARLES DE FOUCAULD : PARFAITE OBÉISSANCE
CHARLES DE FOUCAULD : RENAÎTRE
CHARLES JOURNET : LE MAL
CHARLES PEGUY : LE MAL
CHRISIAN DE CHERGÉ : COEUR
CHRISIAN DE CHERGÉ : L’AUTRE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : COURAGE !
CHRISTIAN DE CHERGÉ : DE RICHES VERTUS
CHRISTIAN DE CHERGÉ : ENGAGEMENT
CHRISTIAN DE CHERGÉ : LA VIE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : MERCI
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CLAUDE LÉVI STRAUSS
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : HUMILITÉ
CLAUDE RAULT : MESSAGE DU SAHARA 
CLAUDE RAULT : REFROIDISSEMENT 
DESCARTES : CE QU’EST L’HOMME
DESCARTES : LE BON SENS
DESCARTES : LES QUATRES PRÉCEPTES
DOSTOIEVSKI : RICHESSE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDITH STEIN : ETRE
EDITH STEIN : INTÉRIORITÉ ET ALTÉRITÉ
EDITH STEIN : QU'IL EST BEAU ET BON DE VIVRE 
EDITH STEIN : RESPONSABILITÉ
EDITH STEIN : SA PERSONNALITÉ
EDITH STEIN : SA VIE
EDITH STEIN : SERVICE
EDITH STEIN : TOUT SUR SA VIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’INDIVIDUALISME
EDITH STEIN ET LA RESPONSABILITÉ
ELIE WIESEL : BIEN OU MAL
ELIE WIESEL : IDÉE DE L’HOMME
EMMANUEL LEVINAS ET SARTRE : LIBERTÉ
ÉRASME : HOMME DEBOUT
ERIK ORSENNA : VALEUR TRAVAIL
ERNEST HEMINGWAY : HUMILITÉ
ETTY HILLESUM : BONHEUR
ETTY HILLESUM : ÊTRE
ETTY HILLESUM : FONDS COMMUN
ETTY HILLESUM : LA VIE EST BELLE
ETTY HILLESUM : PAROLE
ETTY HILLESUM : S’AGUERRIR
ETTY HILLESUM : UN SENS A LA VIE
ETTY HILLESUM : UN SENS DE LA VIE
ETTY HILLESUM : UNE VIE BOULEVERSÉE
FRANCOIS VARILLON : DÉSESPOIR
FRANCOIS VARILLON : JOYEUX
GANDHI : CUPIDITÉ
GRÉGOIRE DE NYSSE : CELUI QUI MONTE
HANNAH ARENDT
HANNAH ARENDT : ACTIVITÉS HUMAINES
HANNAH ARENDT : AUTORITÉ
HANNAH ARENDT : BONTÉ
HANNAH ARENDT : CHAQUE HOMME EST UNIQUE
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : ÉCONOMIE DE GASPILLAGE
HANNAH ARENDT : ÉDUCATION
HANNAH ARENDT : LE MIRACLE QUI SAUVE LE MONDE
HANNAH ARENDT : LIBERTÉ
HANNAH ARENDT : PARDON
HANNAH ARENDT : PAROLE
HANNAH ARENDT : PENSER LE TOTALITARISME
HANNAH ARENDT : POUVOIR
HANS JONAS : ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ ET ESPÉRANCE
HANS KÜNG : GRANDEUR ET MISÈRE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : STRUCTURE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : VÉRITÉ
HEIDEGGER : ÊTRE ET ÉTANT
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : LE MÉTIER DE LA PENSÉE
HEIDEGGER : LE MIRACLE DES MIRACLES
HEIDEGGER : PENSÉE
HENRI de LUBAC : IGNORANCE
HENRI de LUBAC : MÉPRIS
HENRI de LUBAC : PARADOXES
HENRI de LUBAC : PATIENCE
HENRI DE LUBAC : SOLEIL
HENRI de LUBAC : SOUFFRANCE
HENRI QUINSON : NOUVELLE SOCIÉTÉ
HENRI TEISSIER : UN MODÈLE A SUIVRE
HUSSERL : SENS DE CETTE EXISTENCE HUMAINE
JACQUES MARITAIN : ÉLOGE DU DON
JACQUES MARITAIN : ESSENTIEL
JACQUES MARITAIN : PAROLE DE SAGE
JAURES : DIRIGER
JEAN CHRYSOSTOME : BONHEUR INFINI
JEAN CHRYSOSTOME : HUMILITÉ
JEAN GIONO : CARACTÈRE INOUBLIABLE
JEAN GUITTON : DANS LE VENT
JEAN GUITTON : LA MORT
JEAN GUITTON : OBÉISSANCE
JEAN GUITTON : ORGUEIL
JEAN LUC MARION : LE PROPRE DE L’HOMME
KANT : ACTION ÉTHIQUE
KANT : ACTIONS BONNES OU MAUVAISES
KANT : CONTRAINTE
KANT : EXIGENCES DE LA PENSÉE
KANT ET LE MANAGEMENT
KARL BARTH : L’ESSENCE DU MAL
KARL JASPERS : ANONYMAT
KARL JASPERS : AUTORITÉ ET RAISON
KARL JASPERS : CONDUITE SENSÉE
KARL JASPERS : LIBERTÉ
KARL JASPERS : RACINES
KARL JASPERS : VÉRITÉ ET COMMUNICATION
KARL RAHNER : L'ÉTANT FINI
KHALIL GIBRAN : ÉLOGE DU TRAVAIL
KIERKEGAARD : ANGOISSE
KIERKEGAARD : COMPRENDRE
KIERKEGAARD : INCOMPRÉHENSIBLE
KIERKEGAARD : POUR UNE VIE NOUVELLE
KIERKEGAARD : SOUFFRANCE
KIERKEGAARD : SUR LE CHEMIN DE LA VIE
KIM EN JOONG
LA BRUYERE : MODESTIE
LACAN : LUMIÈRE
LACAN ET L’INCOMPLÉTUDE
LOUIS MARIE BILLÉ : UN MODÈLE POUR NOUS
MALRAUX : JUGER
MARCEL GAUCHET : EXTRAORDINAIRE BOULEVERSEMENT
MARCEL MAUSS : ESSAI SUR LE DON
MAURICE BELLET : LE LIEU DU COMBAT
MAURICE BLONDEL : ÉLOGE DE L’ACTION
MAURICE BLONDEL : EXIGENCE
MAURICE ZUNDEL : CONQUÊTE DE SOI
MAURICE ZUNDEL : CROYEZ-VOUS EN L’HOMME ?
MAURICE ZUNDEL : DIGNITÉ HUMAINE
MAURICE ZUNDEL : ÉCOUTE ET SILENCE
MAURICE ZUNDEL : HUMAIN
MAURICE ZUNDEL : LIBERTÉ
MAURICE ZUNDEL : RENCONTRE VÉRITABLE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE L’EXISTENCE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE LA DESTINÉE
MAURICE ZUNDEL : SILENCE 
MAURICE ZUNDEL : TRAVAIL
MAURICE ZUNDEL : VIE INACCOMPLIE
MAURICE ZUNDEL : VOCATION DE L’HOMME
MAX WEBER : ÉTHIQUE
MICHEL ALBERT : BONNE SANTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : ÉTERNITÉ
MONTESQUIEU : MÉPRIS
MONTESQUIEU : POUVOIR
NEWMAN : CONDITION HUMAINE
NEWMAN : ÉVOLUTION DE L’HOMME
NEWMAN : NÉANT DE CE MONDE
NEWMAN : VRAI GENTLEMAN
NIETZSCHE : APPRÉCIATION
NIETZSCHE : AVENIR
NIETZSCHE : CERTITUDE
NIETZSCHE : CRUAUTÉ
NIETZSCHE : ÉLOGE DU SILENCE
NIETZSCHE : FINITUDE DE L’HOMME
NIETZSCHE : MÉPRIS DE SOI
NIETZSCHE : MONDE DÉSTRUCTURÉ
NIETZSCHE : TRISTE SOCIÉTÉ
NIETZSCHE : VÉRITÉ
NIETZSCHE ET TEILHARD DE CHARDIN
NORBERT SEGARD
NORBERT SEGARD : BONHEUR
NORBERT SEGARD : UN MODÈLE
PASCAL : DIVERTISSEMENT
PASCAL : MOI
PASCAL : MORT
PASCAL : PARAÎTRE
PASCAL : PUISSANCE
PASCAL : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
PAUL CLAUDEL : VRAI ET RIEN
PAUL RICOEUR : ACTION
PAUL RICOEUR : ÉTHIQUE
PAUL RICOEUR : L’AUTRE
PAUL RICOEUR : MAL ET BONTÉ
PAUL RICOEUR : PARDON
PAUL RICOEUR : VALEUR DE L’HOMME
PAUL TILLICH : ANGOISSE
PAUL VALADIER : HOMME, ANIMAL MALADE
PÉGUY, BERNANOS, CLAUDEL : ARGENT 
PIERRE CLAVERIE
PIERRE CLAVERIE : L’AUTRE
PIERRE, PAUL ET JEAN
PLATON : AUTORITÉ
RABELAIS : DÉSESPOIR
RENÉ GIRARD : DÉSIR MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : HOMME MAÎTRE DU MONDE
RENÉ GIRARD : OPTIMISME
RENÉ GIRARD : ORIGINE DES CONFLITS
RENÉ GIRARD : RIVALITÉ MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : TERRORISME
RENÉ GIRARD : URGENCE
ROMAIN ROLLAND : BATAILLE DE L’HOMME
ROUSSEAU ET AUGUSTIN
SAINT EXUPERY : SILENCE
SAINT-EXUPERY : BUT COMMUN
SAINT-EXUPERY : CATHÉDRALE
SAINT-EXUPERY : CITATIONS POUR MANAGER
SAINT-EXUPERY : DÉSERT
SAINT-EXUPERY : HAINE
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : JUSTICE
SAINT-EXUPERY : L’ART DES PETITS PAS
SAINT-EXUPERY : L’ESSENTIEL OUBLIÉ
SAINT-EXUPERY : LE PETIT PRINCE
SAINT-EXUPERY : LE TEMPS
SAINT-EXUPÉRY : MOZART ASSASSINÉ
SAINT-EXUPERY : PAROLE DE SAGE POUR UN MANAGER
SAINT-EXUPERY : QUALITÉ DE LA CIVILISATION
SAINT-EXUPERY : RACINES
SAINT-EXUPERY : RESPONSABLE
SAINT-EXUPERY : STABILITÉ
SAINT-EXUPERY : TOURNÉ VERS SOI
SAINT-EXUPERY : VANITÉ DE L’HOMME
SAINT-EXUPERY : VOYAGE
SARTRE : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
SERGE DASSAULT : GESTION PARTICIPATIVE
SPINOZA : JUSTICE
TEILHARD DE CHARDIN : APPARITION DE L’HOMME
TEILHARD DE CHARDIN : AVENIR
TEILHARD DE CHARDIN : DÉFI A LA PENSÉE
TEILHARD DE CHARDIN : DÉSORDRE
TEILHARD DE CHARDIN : EFFORT
TEILHARD DE CHARDIN : LE MONDE SE CONSTRUIT
TEILHARD DE CHARDIN : MANTEAU D’HUMANITÉ
TEILHARD DE CHARDIN : MONDE STUPIDE
TEILHARD DE CHARDIN : OEUVRE
TEILHARD DE CHARDIN : PAIX
TEILHARD DE CHARDIN : PRENDRE DE LA HAUTEUR
TEILHARD DE CHARDIN : RÉFLEXIONS SUR LA CRISE
TEILHARD DE CHARDIN : RÉUSSITE
TEILHARD DE CHARDIN : SOUFFRANCE
TEILHARD DE CHARDIN : VALEUR ABSOLUE
TEILHARD DE CHARDIN : VIE FONTALE
TEILHARD DE CHARDIN : VISION DU MONDE
TEILHARD DE CHARDIN : VIVE LA VIE !
TEILHARD DE CHARDIN : VOLONTÉ DE VIVRE
THEODORE MONOD
THÉODORE MONOD : LE PROPRE DE L’HUMAIN
THEODORT MONOD : DÉSERT 
THOMAS D’AQUIN
THOMAS D’AQUIN : ÉQUITÉ
THOMAS HOBBES : RIRE
THOMAS JEFFERSON : UN VISIONNAIRE !
THOMAS MANN : BONHEUR
TOCQUEVILLE : RELATIVISME
TOLSTOÏ : FORMER SA RAISON
VOLTAIRE : CUPIDITÉ ET ORGUEIL
YVES CONGAR : ESPRIT POSSESSIF
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés