26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 02:05

FINITUDE HUMAINE

 

 







L’homme aspire au bonheur mais ne l’atteint pas pleinement.

La mort, qui met fin à toutes ses entreprises, apparaît comme le triomphe suprême du mal.

 

Pourquoi y a-t-il, dans la nature, souffrance et désordre ? Pourquoi l’homme, qui aspire à une vie sans fin, est-il sujet à la mort ?

 

Le mal est d’abord une « question sur l’homme ». Car enfin n’a-t-on pas cru naïvement au siècle dernier que la science allait régler tous nos problèmes et générer le bonheur absolu ?

 

On a tout fait pour évacuer l’idée de l’existence d’un Créateur supposé faire ombre à l’épanouissement de l’homme. Pour que l’homme soit, il fallait que le Créateur ne soit pas.

 

Or, cette « mort de Dieu », exprimée dans les idéologies de Nietzche, Marx, Freud ou Sartre, a abouti à la « mort de l’homme ». Non pas la mort symbolique, littéraire ou philosophique, mais l’élimination physique, radicale.


Jamais on n’a vu autant qu’au XXè siècle de camps de la mort, de goulags, de purifications ethniques, de condamnations arbitraires, au nom d’une prétendue libération de l’homme.

 

Certes la science a contribué de façon magnifique à soulager la misère mais l’idée d’un progrès scientifique, générateur à lui seul du vrai bonheur de l’homme, a fait long feu.

 

Il y aura toujours un problème insoluble. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Pourquoi un cancer ? Pourquoi un enfant trisomique ? Pourquoi la souffrance de l’innocent ?


Toute tentative de justification du mal échoue.  Le mal est l’inexplicable, l’injustifiable. Si on pouvait l’expliquer, il ne serait plus le mal. On résout une énigme, on trouve des solutions à un problème.

Le mal n’est pas un problème, mais un mystère, quelque chose que l’intelligence humaine ne peut cerner.

Terrible pouvoir du mal !

 

Alors la révolte monte au cœur de l’homme, celle qui faisait dire à un personnage d’Albert Camus : «  Je refuserai jusqu'à la mort d’aimer cette création où des enfants sont torturés. »

 

Bien sur, le bonheur est simple : un regard de sympathie, un sourire adressé par un voisin, une prévenance gratuite, un service rendu.

 

Mais ce bonheur, que les techniques publicitaires identifient à la consommation des biens de production, ce « bonheur-confort » est constamment menacé.

 

Il y a les fausses pistes qui égarent l’homme sur le chemin du mal et du malheur :

 

·      La cupidité. On ne doit pas être contre l’argent, qui est un bon serviteur. Il est nécessaire pour soi, pour sa famille et pour la bonne marche de l’économie. Mais on doit être contre son culte : le dieu argent est un mauvais maître.

 

·      L’orgueil qui méprise les autres et surtout les petits.

 

L’orgueil qui prétend décider par soi-même ce qui est bien et mal.

 

Par l’orgueil, le mal intérieur est entré dans le cœur humain.

 

L’enfer est la solitude de celui qui s’est voulu absolument autosuffisant.

 

La culture dominante actuelle propose un visage d’homme autonome qui ne veut d’autre référence que lui même et n’a que faire de mettre sa confiance en un autre, surtout si cet autre se présente comme transcendant.

 

Personne ne peut prétendre parvenir seul à une vision globale des problèmes humains et pour discerner les signes des temps, il faut chercher avec d’autres : le sens ultime qui n’est pas en nous.

 

Nous ne progressons dans la connaissance de la Vérité qu’en intégrant les recherches de ceux qui nous ont précédés.

Faire la rencontre d’un absolu qui puisse donner sens à nos errances humaines.

 

·      La violence qui est l’un des grands maux de notre société. Par la télévision, elle rentre dans tous les foyers : l’homme fort est l’homme qui tue, voilà ce qui est proposé à nos enfants.

 

Dans ce monde, source de bien de souffrances, qui se laisse polariser par des idoles - argent, pouvoir, plaisirs -, et qui trop souvent n’a qu’indifférence ou mépris pour les vraies questions - justice, solidarité.., le mal c’est de se laisser prendre par cette ambiance et de ne pas la dénoncer.

 

Nous vivons dans un monde pollué et cela nous marque ; notre jugement est obscurci, notre volonté rendue hésitante.

 

Nous devenons une humanité affaiblie.

 

Des lames de fond marquent actuellement notre culture : l’individualisme, la recherche du bonheur personnel, le bouleversement des structures familiales.. Ces mouvements nous arrivent porteurs de questions éthiques redoutables qui mettent en cause le visage élaboré par des siècles de civilisation.

 

La souffrance, mal en soi, peut être récupérable.

 

Elle peut détruire comme faire grandir.

 

Par exemple, la douleur peut rendre, si nous le voulons, plus attentif à la douleur d’autrui. Elle peut avoir une valeur éducative.

 

Dans «  Les nuits », Alfred de Musset dit admirablement : « L’homme est un apprenti, la douleur est son maître et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert. »

 

Mais, l’homme est fait pour le bonheur.

 

La joie véritable est une conquête, qui ne s’obtient pas sans une lutte longue et difficile.

 

Par un effort d’intériorité qui nous engage dans la quête de ce qui va devenir un absolu qui nous dépasse. Un absolu, une Transcendance !

 

S’il est un ennemi du bonheur, un mal implacable, c’est bien la mort.

 

Elle atteint tous les hommes, les riches, les pauvres, les bien portants comme les blessés de la vie.

 

On fait tout dans notre civilisation pour la cacher, mais elle ne cesse de nous agresser dans les médias : accidents, crimes, guerres, terrorisme.

 

Face à ce paradoxe, nous affirmons une stupéfiante Nouvelle : la mort n’est plus ce trou noir qui engloutit nos espérances. Elle est un tunnel qui débouche sur la lumière.

«  La mort n’est pas la fin, c’est l’aurore du jour qui ne finit pas. »

 

« Mourir sera pour moi, a dit Marthe Robin, un avantage puisqu’elle dissipera le voile d’ombre qui me cache une merveille. »

 

Sans doute, connaîtra-t-on angoisse et frayeur devant le mystère de la mort. Cette Bonne Nouvelle ne supprime pas le tragique de la condition mortelle, mais elle préserve de la désespérance.

 

Cette anthropologie nous fait également découvrir ce qui est si difficile à saisir : la rencontre possible d’une Transcendance que nous ne soupçonnions pas et d’une liberté.

 

Cette rencontre change les références essentielles de la vie. 

 

Occasion d’une émergence hors de la banalité morose et jamais satisfaite de la société de consommation.

 

Une rencontre qui suggère, invite, soutient, sans jamais imposer.

 

Paradoxalement, nous trouverons la réponse à nos questions, une fois de plus à Auschwitz, où le mal a touché l’extrême : avec Etty Hillesum, intellectuelle juive, gazée le 30 novembre 1943.

 

Elle découvre, au fond d’elle même, un puits très profond. Découverte qui l’étonne, qu’elle hésite à nommer avant de la reconnaître pleinement.

Le Dieu qu’elle prie et qui est sa joie est aussi le Dieu qu’on peut prier à Auschwitz. Pas le Dieu « tout puissant » qui aurait pu intervenir pour empêcher l’innommable, mais le Dieu désarmé de l’Evangile qui souffre de ce que les hommes ont fait de la liberté  qu’il leur a donnée et qu‘il respecte. Elle a su vivre courageusement l’espérance dans une situation marquée du sceau de l’irréparable. Elle avait 29 ans.

 

Au terme de ces quelques lignes, le mal a-t-il livré son secret ? Sans doute les dérives de la liberté de l’homme peuvent-elles en grande partie rendre compte de ses maux et de ses malheurs. Reste un résidu inexplicable.

 

L’intelligence humaine se heurte à un mur.

 

La souffrance fait partie du mystère de l’homme.

 

Le mal est l’inexplicable, l’injustifiable, scandale et mystère.

 

N’est-ce pas un des rôles majeurs de cette Bonne Nouvelle, dont nous parlions plus haut, que de préserver de la désespérance devant l’apparente absurdité du monde et de donner le courage du geste fraternel envers le souffrant ?

 

Le mal est un fait. Il est une épreuve. Avons-nous donné une explication du mal ? Non, on n’explique pas le mystère, on ne peut que se tenir respectueusement silencieux devant celui qui souffre.

 

Nous n’avons pas le droit de nous désintéresser de l’avenir du monde et encore moins d’en désespérer.

 

Plutôt que de passer notre temps à maudire les ténèbres, allumons une bougie dans la nuit. Le sens est devant nous, dans la rencontre de Celui qui est venu à nous et vers qui nous allons. Par delà tous les conformismes du monde ambiant et toutes ses servitudes, cette fidélité rend libre.

 

Des hommes et des femmes en ont porté témoignage, hier, face aux tyrannies les plus arrogantes et les plus cruelles, comme face aux pressions sournoises et diffuses de l’opinion commune, aujourd’hui.

 

Quand tout se ligue pour asservir l’homme, une vie authentique reste le rempart de sa liberté. Cette conviction nourrit notre espérance sur les chemins de l’existence.

Partager cet article

Repost 0
Published by ROMAIN BERNARD - dans Rediffusion
commenter cet article

commentaires

Recherche

Relations Humaines

"La grandeur d'un métier est peut-être avant tout, d'unir les Hommes.

Il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des Relations Humaines.

En travaillant pour les seuls biens matériels, nous batissons nous-mêmes notre prison, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre."


                                                                                                                                       Antoine de Saint- Exupéry 

English

Principal Auteur Cité

AUTRES AUTEURS CITÉS

ALBERT CAMUS : BONHEUR
ALBERT CAMUS : DIGNITÉ DE VIVRE ET DE MOURIR
ALBERT CAMUS : HAINE ET MÉPRIS
ALBERT CAMUS : JUGEMENT
ALBERT CAMUS : LE DROIT ET LA FORCE
ALBERT ROUET : CHEMIN VERS SOI
ALBERT ROUET : COMPLEXITÉ DES RELATIONS A L’AUTRE
ALBERT ROUET : L’AUTRE
ALBERT ROUET : RIGIDITÉ
ALBERT ROUET : TRAVAIL, LIEU DES CONTRADICTIONS D’UNE SOCIÉTÉ
ALBERT SCHWEITZER : CIVILISATION ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : BONHEUR
ANDRE COMTE-SPONVILLE : MORALE ET CAPITALISME
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : MORALE ET ÉTHIQUE
ANDRÉ COMTE-SPONVILLE : PETIT TRAITE DES GRANDES VERTUS
ARISTOTE : BONHEUR
ARISTOTE : HEUREUX
ARISTOTE : PRUDENCE
AUGUSTIN : BONHEUR
AUGUSTIN : COMPRENDRE
AUGUSTIN : DOMINATION
AUGUSTIN : ETRE GRAND
AUGUSTIN : VOIR, SUPPORTER, ACCEPTER
AXEL KAHN : ALTÉRITÉ
AXEL KAHN : DÉFINITION DU BIEN
AXEL KAHN : SPLENDEUR DE L’HUMANITÉ
BADEN POWEL : POUR UN MONDE MEILLEUR
BERNANOS : INFIRMITÉ
BERNANOS : LE SECRET DU BONHEUR
BERNANOS : OBLIGATIONS
BERNANOS : PATIENCE
BERNANOS : RECONCILIÉ AVEC SOI MEME
CAMUS : ASPIRATIONS ESSENTIELLES DE L’HOMME
CAMUS : DIRECTION DES HOMMES
CAMUS : MONDE INSUPPORTABLE
CAMUS : NE RIEN ENVIER
CHARLES DE FOUCAULD : PARFAITE OBÉISSANCE
CHARLES DE FOUCAULD : RENAÎTRE
CHARLES JOURNET : LE MAL
CHARLES PEGUY : LE MAL
CHRISIAN DE CHERGÉ : COEUR
CHRISIAN DE CHERGÉ : L’AUTRE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : COURAGE !
CHRISTIAN DE CHERGÉ : DE RICHES VERTUS
CHRISTIAN DE CHERGÉ : ENGAGEMENT
CHRISTIAN DE CHERGÉ : LA VIE
CHRISTIAN DE CHERGÉ : MERCI
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CHRISTIAN DE CHERGÉ : SIMPLICITÉ
CLAUDE LÉVI STRAUSS
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : DESERT 
CLAUDE RAULT : HUMILITÉ
CLAUDE RAULT : MESSAGE DU SAHARA 
CLAUDE RAULT : REFROIDISSEMENT 
DESCARTES : CE QU’EST L’HOMME
DESCARTES : LE BON SENS
DESCARTES : LES QUATRES PRÉCEPTES
DOSTOIEVSKI : RICHESSE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDGAR MORIN : LUMIÈRE
EDITH STEIN : ETRE
EDITH STEIN : INTÉRIORITÉ ET ALTÉRITÉ
EDITH STEIN : QU'IL EST BEAU ET BON DE VIVRE 
EDITH STEIN : RESPONSABILITÉ
EDITH STEIN : SA PERSONNALITÉ
EDITH STEIN : SA VIE
EDITH STEIN : SERVICE
EDITH STEIN : TOUT SUR SA VIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’EMPATHIE
EDITH STEIN ET L’INDIVIDUALISME
EDITH STEIN ET LA RESPONSABILITÉ
ELIE WIESEL : BIEN OU MAL
ELIE WIESEL : IDÉE DE L’HOMME
EMMANUEL LEVINAS ET SARTRE : LIBERTÉ
ÉRASME : HOMME DEBOUT
ERIK ORSENNA : VALEUR TRAVAIL
ERNEST HEMINGWAY : HUMILITÉ
ETTY HILLESUM : BONHEUR
ETTY HILLESUM : ÊTRE
ETTY HILLESUM : FONDS COMMUN
ETTY HILLESUM : LA VIE EST BELLE
ETTY HILLESUM : PAROLE
ETTY HILLESUM : S’AGUERRIR
ETTY HILLESUM : UN SENS A LA VIE
ETTY HILLESUM : UN SENS DE LA VIE
ETTY HILLESUM : UNE VIE BOULEVERSÉE
FRANCOIS VARILLON : DÉSESPOIR
FRANCOIS VARILLON : JOYEUX
GANDHI : CUPIDITÉ
GRÉGOIRE DE NYSSE : CELUI QUI MONTE
HANNAH ARENDT
HANNAH ARENDT : ACTIVITÉS HUMAINES
HANNAH ARENDT : AUTORITÉ
HANNAH ARENDT : BONTÉ
HANNAH ARENDT : CHAQUE HOMME EST UNIQUE
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : COMMENCEMENT
HANNAH ARENDT : ÉCONOMIE DE GASPILLAGE
HANNAH ARENDT : ÉDUCATION
HANNAH ARENDT : LE MIRACLE QUI SAUVE LE MONDE
HANNAH ARENDT : LIBERTÉ
HANNAH ARENDT : PARDON
HANNAH ARENDT : PAROLE
HANNAH ARENDT : PENSER LE TOTALITARISME
HANNAH ARENDT : POUVOIR
HANS JONAS : ÉTHIQUE DE LA RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ
HANS JONAS : RESPONSABILITÉ ET ESPÉRANCE
HANS KÜNG : GRANDEUR ET MISÈRE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : STRUCTURE DE L’HOMME
HANS URS VON BALTHASAR : VÉRITÉ
HEIDEGGER : ÊTRE ET ÉTANT
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : HUMANISME
HEIDEGGER : LE MÉTIER DE LA PENSÉE
HEIDEGGER : LE MIRACLE DES MIRACLES
HEIDEGGER : PENSÉE
HENRI de LUBAC : IGNORANCE
HENRI de LUBAC : MÉPRIS
HENRI de LUBAC : PARADOXES
HENRI de LUBAC : PATIENCE
HENRI DE LUBAC : SOLEIL
HENRI de LUBAC : SOUFFRANCE
HENRI QUINSON : NOUVELLE SOCIÉTÉ
HENRI TEISSIER : UN MODÈLE A SUIVRE
HUSSERL : SENS DE CETTE EXISTENCE HUMAINE
JACQUES MARITAIN : ÉLOGE DU DON
JACQUES MARITAIN : ESSENTIEL
JACQUES MARITAIN : PAROLE DE SAGE
JAURES : DIRIGER
JEAN CHRYSOSTOME : BONHEUR INFINI
JEAN CHRYSOSTOME : HUMILITÉ
JEAN GIONO : CARACTÈRE INOUBLIABLE
JEAN GUITTON : DANS LE VENT
JEAN GUITTON : LA MORT
JEAN GUITTON : OBÉISSANCE
JEAN GUITTON : ORGUEIL
JEAN LUC MARION : LE PROPRE DE L’HOMME
KANT : ACTION ÉTHIQUE
KANT : ACTIONS BONNES OU MAUVAISES
KANT : CONTRAINTE
KANT : EXIGENCES DE LA PENSÉE
KANT ET LE MANAGEMENT
KARL BARTH : L’ESSENCE DU MAL
KARL JASPERS : ANONYMAT
KARL JASPERS : AUTORITÉ ET RAISON
KARL JASPERS : CONDUITE SENSÉE
KARL JASPERS : LIBERTÉ
KARL JASPERS : RACINES
KARL JASPERS : VÉRITÉ ET COMMUNICATION
KARL RAHNER : L'ÉTANT FINI
KHALIL GIBRAN : ÉLOGE DU TRAVAIL
KIERKEGAARD : ANGOISSE
KIERKEGAARD : COMPRENDRE
KIERKEGAARD : INCOMPRÉHENSIBLE
KIERKEGAARD : POUR UNE VIE NOUVELLE
KIERKEGAARD : SOUFFRANCE
KIERKEGAARD : SUR LE CHEMIN DE LA VIE
KIM EN JOONG
LA BRUYERE : MODESTIE
LACAN : LUMIÈRE
LACAN ET L’INCOMPLÉTUDE
LOUIS MARIE BILLÉ : UN MODÈLE POUR NOUS
MALRAUX : JUGER
MARCEL GAUCHET : EXTRAORDINAIRE BOULEVERSEMENT
MARCEL MAUSS : ESSAI SUR LE DON
MAURICE BELLET : LE LIEU DU COMBAT
MAURICE BLONDEL : ÉLOGE DE L’ACTION
MAURICE BLONDEL : EXIGENCE
MAURICE ZUNDEL : CONQUÊTE DE SOI
MAURICE ZUNDEL : CROYEZ-VOUS EN L’HOMME ?
MAURICE ZUNDEL : DIGNITÉ HUMAINE
MAURICE ZUNDEL : ÉCOUTE ET SILENCE
MAURICE ZUNDEL : HUMAIN
MAURICE ZUNDEL : LIBERTÉ
MAURICE ZUNDEL : RENCONTRE VÉRITABLE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE L’EXISTENCE
MAURICE ZUNDEL : SENS DE LA DESTINÉE
MAURICE ZUNDEL : SILENCE 
MAURICE ZUNDEL : TRAVAIL
MAURICE ZUNDEL : VIE INACCOMPLIE
MAURICE ZUNDEL : VOCATION DE L’HOMME
MAX WEBER : ÉTHIQUE
MICHEL ALBERT : BONNE SANTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ
MICHEL-MARIE ZANOTTI-SORKINE : ÉTERNITÉ
MONTESQUIEU : MÉPRIS
MONTESQUIEU : POUVOIR
NEWMAN : CONDITION HUMAINE
NEWMAN : ÉVOLUTION DE L’HOMME
NEWMAN : NÉANT DE CE MONDE
NEWMAN : VRAI GENTLEMAN
NIETZSCHE : APPRÉCIATION
NIETZSCHE : AVENIR
NIETZSCHE : CERTITUDE
NIETZSCHE : CRUAUTÉ
NIETZSCHE : ÉLOGE DU SILENCE
NIETZSCHE : FINITUDE DE L’HOMME
NIETZSCHE : MÉPRIS DE SOI
NIETZSCHE : MONDE DÉSTRUCTURÉ
NIETZSCHE : TRISTE SOCIÉTÉ
NIETZSCHE : VÉRITÉ
NIETZSCHE ET TEILHARD DE CHARDIN
NORBERT SEGARD
NORBERT SEGARD : BONHEUR
NORBERT SEGARD : UN MODÈLE
PASCAL : DIVERTISSEMENT
PASCAL : MOI
PASCAL : MORT
PASCAL : PARAÎTRE
PASCAL : PUISSANCE
PASCAL : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
PAUL CLAUDEL : VRAI ET RIEN
PAUL RICOEUR : ACTION
PAUL RICOEUR : ÉTHIQUE
PAUL RICOEUR : L’AUTRE
PAUL RICOEUR : MAL ET BONTÉ
PAUL RICOEUR : PARDON
PAUL RICOEUR : VALEUR DE L’HOMME
PAUL TILLICH : ANGOISSE
PAUL VALADIER : HOMME, ANIMAL MALADE
PÉGUY, BERNANOS, CLAUDEL : ARGENT 
PIERRE CLAVERIE
PIERRE CLAVERIE : L’AUTRE
PIERRE, PAUL ET JEAN
PLATON : AUTORITÉ
RABELAIS : DÉSESPOIR
RENÉ GIRARD : DÉSIR MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : HOMME MAÎTRE DU MONDE
RENÉ GIRARD : OPTIMISME
RENÉ GIRARD : ORIGINE DES CONFLITS
RENÉ GIRARD : RIVALITÉ MIMÉTIQUE
RENÉ GIRARD : TERRORISME
RENÉ GIRARD : URGENCE
ROMAIN ROLLAND : BATAILLE DE L’HOMME
ROUSSEAU ET AUGUSTIN
SAINT EXUPERY : SILENCE
SAINT-EXUPERY : BUT COMMUN
SAINT-EXUPERY : CATHÉDRALE
SAINT-EXUPERY : CITATIONS POUR MANAGER
SAINT-EXUPERY : DÉSERT
SAINT-EXUPERY : HAINE
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : HUMILITÉ
SAINT-EXUPERY : JUSTICE
SAINT-EXUPERY : L’ART DES PETITS PAS
SAINT-EXUPERY : L’ESSENTIEL OUBLIÉ
SAINT-EXUPERY : LE PETIT PRINCE
SAINT-EXUPERY : LE TEMPS
SAINT-EXUPÉRY : MOZART ASSASSINÉ
SAINT-EXUPERY : PAROLE DE SAGE POUR UN MANAGER
SAINT-EXUPERY : QUALITÉ DE LA CIVILISATION
SAINT-EXUPERY : RACINES
SAINT-EXUPERY : RESPONSABLE
SAINT-EXUPERY : STABILITÉ
SAINT-EXUPERY : TOURNÉ VERS SOI
SAINT-EXUPERY : VANITÉ DE L’HOMME
SAINT-EXUPERY : VOYAGE
SARTRE : QU’EST-CE QUE L’HOMME ?
SERGE DASSAULT : GESTION PARTICIPATIVE
SPINOZA : JUSTICE
TEILHARD DE CHARDIN : APPARITION DE L’HOMME
TEILHARD DE CHARDIN : AVENIR
TEILHARD DE CHARDIN : DÉFI A LA PENSÉE
TEILHARD DE CHARDIN : DÉSORDRE
TEILHARD DE CHARDIN : EFFORT
TEILHARD DE CHARDIN : LE MONDE SE CONSTRUIT
TEILHARD DE CHARDIN : MANTEAU D’HUMANITÉ
TEILHARD DE CHARDIN : MONDE STUPIDE
TEILHARD DE CHARDIN : OEUVRE
TEILHARD DE CHARDIN : PAIX
TEILHARD DE CHARDIN : PRENDRE DE LA HAUTEUR
TEILHARD DE CHARDIN : RÉFLEXIONS SUR LA CRISE
TEILHARD DE CHARDIN : RÉUSSITE
TEILHARD DE CHARDIN : SOUFFRANCE
TEILHARD DE CHARDIN : VALEUR ABSOLUE
TEILHARD DE CHARDIN : VIE FONTALE
TEILHARD DE CHARDIN : VISION DU MONDE
TEILHARD DE CHARDIN : VIVE LA VIE !
TEILHARD DE CHARDIN : VOLONTÉ DE VIVRE
THEODORE MONOD
THÉODORE MONOD : LE PROPRE DE L’HUMAIN
THEODORT MONOD : DÉSERT 
THOMAS D’AQUIN
THOMAS D’AQUIN : ÉQUITÉ
THOMAS HOBBES : RIRE
THOMAS JEFFERSON : UN VISIONNAIRE !
THOMAS MANN : BONHEUR
TOCQUEVILLE : RELATIVISME
TOLSTOÏ : FORMER SA RAISON
VOLTAIRE : CUPIDITÉ ET ORGUEIL
YVES CONGAR : ESPRIT POSSESSIF